LE GENTIL TEXTO DE CASTEX

Vous l'avez reçu, vous aussi, le SMS du gouvernement ? J'avoue que sur l'instant j'ai pensé qu'il s'agissait d'un message personnel. Peut-être un remaniement, une invitation à entrer dans l'équipe Castex 2. En ce moment tout est possible.

Regardez, si on avait dit aux chasseurs il y a un mois qu'ils seraient les seuls autorisés à sortir, aux skieurs qu'ils pourraient monter en haut des pistes à pied cet hiver, aux évêques qu'il feraient la loi dans un pays laïque, aux restaurateurs qu'ils pourraient réveillonner chez eux en famille, aux CRS qu'ils pourraient tabasser sans même avoir le privilège d'un reportage télé, l'auraient-ils cru ? Le cœur battant, fébrilement, j'ouvrai mon texto en me disant : " Ils est gentil Castex, finalement ils sont plus ouverts que je ne l'imaginais à la REM (République Emmanuel Macron) mais qu'ont-ils donc à me proposer ? " 
La santé ? je l'ai quand même plus trop et c'est un ministère où il faut donner l'exemple surtout ces temps-ci. Vous avez vu l'actuel ? Malgré un certain zozotement, il est fringuant. L'agriculture ? je connais bien quelques éleveurs de race Aubrac et j'ai moi - même plutôt bien réussi mes choux cet automne, pour autant ma palette de compétences demeure réduite. L'économie ? Non Bercy ! C'est pas que je ferais forcément plus mal avec une enveloppe supplémentaire de 400 milliards. Il est certain que je ne le donnerais pas aux mêmes. Plutôt que de le livrer aux capitaines d'industrie sur leurs yachts, je les balancerais plus volontiers par les fenêtres dans l'espoir qu'un billet tombe sous le carton d'un de ces SDF dont Jupiter avait plastronné qu'il n'y en aurait plus un seul dehors ! L'économie non ! si c'est ça je décline. Comprends pas cette histoire de 3 % et de règle d'or. Depuis quinze ans on ne parlait que de ça. Et lorsque le petit commissionnaire de Rothschild fut bombarder à l’Élysée, il pontifia même que de déficit, il n'y en aurait goutte. On en est à plus de 11 % et l'on nous promet que ce n'est pas fini. Si vous avez le moindre indice quant à cette logique économique et politique, faites m'en part.
Car jusqu'ici pour ne pas dépasser les 3 % de déficit, il fallait réduire les fonctionnaires, ne pas investir dans les hôpitaux et ne pas augmenter les salaires des soignants, des enseignants, fallait réduire les factures de l'assurance chômage à grand coup de radiations, de l'assurance maladie avec force déremboursements et bien entendu, sur le dada macronien, fallait reculer l'âge de la retraite. Tout ça pour que la banque centrale, l'union européenne, l'Allemagne et Goldman Sachs nous tapotent la croupe en s'émerveillant, c'est un bon petit toutou ça, qui remue la queue-queue, oh oui c'est un bon chien-chien... Et puis là, paf ! 12% du PIB. Et du coup, pour arroser ça, voilà que l'état français fonce à tout va, quatre cent milliards pour les copains des avions, des bagnoles, des banques et de toutes les cordées de la création ! Non, l'économie n'insistez pas, c'est hors de question, je suis trop inquiet pour dormir avec une dette de 120 % sous le traversin. Déjà que quand j'ai oublié de payer le pain…

Les sports ? Non j'ai horreur. Tous ces tricheurs, ce pognon... j'en vomis tous les jours. La culture ? Bon sang mais oui ! la culture. J'ai tout ce qu'il faut. L'anthologie de la poésie française de Georges Pompidou, j'ai lu Malraux, Balzac, Hugo, les mémoires de Raymond Poulidor, j'ai la discographie complète de Brel, un faux tableau de Baboulène, un buste de Platon en plastique et j'écoute même de temps en temps les Grosses têtes. Bon, ma copine Gabrielle, prétend bien que je lâcherais quelques caisses de fautes d'orthographe puantes, mais je suis pas certain que la Roselyne n'en commette pas autant. Et donc, comme ils disent dans les DRH de maintenant, je coche presque toutes les cases là, non ?
Aussi lorsque j'ai vu que le message du gouvernement, n'était qu'une circulaire d'invitation à télécharger l'application hashtag-Stop-Covid je m'en suis un peu voulu d'avoir rêvé. Cela démontre bien que c'est tout comme dans le monde d'avant et qu'il y en a que pour les copains marcheurs. Certes je marche aussi, beaucoup même, mais à contre-courant. 
Mais je remercie tout de même les autorités républicaines de m'avoir spécialement écrit pour me rappeler qu'un virus circulait en France et qu'il convenait de le dénoncer au numéro d'appel gentiment indiqué en fin de message. J'espère que ce n'est quand même pas un 0800... facturé, 1,25 € la minute. Pour se refaire des 400 milliards, ils seraient bien capables. Faudra bien les reprendre quelque part et tout porte à croire que nous serons mis davantage à contribution dans la basse-cour que dans les hautes sphères de la start-up néchion.
Ils sont déjà plus de 10 millions à avoir téléchargé l'application permettant de dénoncer la COVID. Ça prouve quand même qu'ils n'aiment pas plus ce virus que la peste juive et que sur la délation, il reste un large terrain consensuel. Mais la bande à Macron devra encore batailler ferme puisque j'apprends qu'il y a en France quatre-vingt-millions de cartes SIM, soit 30 millions de plus que ce qu'il n'y a d'habitants de plus de seize ans. Ce qui démontrerait que, soit les bébé naissent désormais directement avec un abonnement téléphonique dans le cul, soit que des millions de Français ont deux, voire trois téléphones chacun.
Quoi qu'il en soit, si un jour l'état décide de lâcher les guenilles des pauvres gens pour prendre les salopards par le col de la redingote, je peux leur refiler quatre noms (quoi ! et pourquoi je ne délationnerai pas moi non plus ? ) : Bouygues, Orange, SFR et Free... pouille ! 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.