Jaco 48

Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout

Nasbinals - France

Sa biographie
Une vie vouée à l'écriture. Journaliste dans le sud par le rugby d'abord (!) Engagé dans le combat pour une société solidaire et fraternelle. Contre le profit, la croissance et le nationalisme. Utopiste paraît-il. Et c'est bien triste....
Son blog
23 abonnés Le blog de Jaco 48
Voir tous
  • Et combien cette fois, d'après la police ?

    Par
    Il me tarde évidemment de compter le nombre de manifestants, même s’il est probable qu’entre les deux extrêmes de la police et de la CGT, il sera compliqué de connaître la vérité. Qu’importe il ne s’agit pas de tenir des comptes d'apothicaires gouvernementaux, mais de mesurer l’intensité du mouvement. Son intensité, sa vivacité et sa constance.
  • Quand Macron joue contre l'Etat

    Par
    Renationaliser EDF pour reprendre la main sur l'énergie et forcer la dose de nucléaire ; laisser filer les augmentations folles des sociétés privées des autoroutes, tel est le jeu d'un pouvoir dont le seul intérêt est le pognon et l 'approbation des puissants. Pendant ce temps toutes les promesses concernant l'environnement, sont du vent qui ne fait même pas tourner les éoliennes
  • Drogue de Pellerin !

    Par
    Après Laurent Bigorne, l'ultra-libéral consommateur de cocaïne et dragueur-drogueur, c'est un autre baron de la Macronie qui est pris le nez dans la farine. Une fâcheuse habitude qui n'est hélas pas l'apanage des amis du président. Tous les milieux d'affaires, du sport, du show biz et naturellement de la politique sont concernés. Et c'est la loi du silence
  • Serait-ce le début de Ruffin ?

    Par
    Que voulez-vous, je suis comme ça ! Plutôt que de me résigner, tirer un trait, passer à autre chose, aller me faire voir railleur, cynique et désobligeant, je préfère guetter tous les frissonnements, voire les bouillonnements, pouvant évoquer une espérance de gauche dans ce pays.
  • Le PS aux Faure...ceps !

    Par
    Je suis du pays de Jaurès et je m’en trouve honoré ; je suis épidermiquement, profondément de gauche et je m‘en sens soulagé. Parfois, je me réveille la nuit, assis sur mon lit, avec des sueurs froides, après avoir cauchemardé que j’étais de droite. Pauvres gens quand même, quelle vie intérieure ! Enfin…