Son blog
12 abonnés Le blog de Jaco 48
Voir tous
  • NO PASS (ARAN) SANITAIRE

    Par
    Lassé d'être pris à partie, traité d'inconscient, voire de dégénéré j'ai choisi de joindre ma voix à celles qui se lèvent contre le "passe sanitaire". Il parait qu'il ne faut pas dire "dictature". Et c'est vrai que ma foi, lorsqu'on vit dans les beaux quartiers, que l'on se paie des vacances opulentes et que l'on se fout totalement de la misère du monde, sa petite santé est plus forte que tout
  • VACCINATION PUNITIVE : ARRÊTONS DE MARCHER !

    Par
    Plus d'un million de personnes qui n'avaient pas prévu de se faire vacciner se sont précipité sur les centrales de réservation pour se shooter le plus vite possible à l'anti-COVID. Il a suffit que Jupiter, Dieu de la terre et du ciel, menace d'exclusion ces Français, privés de restos et de cinoche (vous vous rendez-compte) pour que ces résistants entrent dans le rang. Quelle constance !
  • PRIMAIRE POPULAIRE, FAUT Y ALLER !

    Par
    En ces temps troublés pour la démocratie et l'altérité il est urgent de ne pas renoncer. Un espoir s'offre à ceux qui n'ont pas totalement renoncé à une République si ce n'est exemplaire ou idéale, en tout cas honorable et fraternelle. Pour la première fois en France une organisation de citoyens propose de désigner le candidat de la gauche. Une Inversion salutaire de la pyramide
  • QUAND L'INFLATION DEVIENT LA SOLUTION

    Par
    Comme tous les vingt-troisièmes jeudis de l'année, nous allons parler économie. Vous y comprenez quelque chose vous, à l'économie ? Moi non plus. Mais enfin si tous les gens qui parlent, maîtrisaient réellement leur sujet, nos repas de famille, nos soirées télévisées, seraient comblées de silence. Et nous avec ! Las, ça cause, ça pérore, ça glose... Glissons.
  • YES WE KAHN !

    Par
    Bien sûr, il ne s'agit pas de tomber dans le panneau manichéen et ridicule, du choix entre le cancer et la COVID. Du reste le match serait bien inégal lorsqu'on sait combien de dizaines de milliers de gens se battent au fond de leur lit, ici et à travers le monde, depuis des décennies. Mais à l'aune de la disparition digne d'Axel Kahn, de s'interroger sur l'instrumentalisation du virus