Jaco 48

Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout

Nasbinals - France

Sa biographie
Une vie vouée à l'écriture. Journaliste dans le sud par le rugby d'abord (!) Engagé dans le combat pour une société solidaire et fraternelle. Contre le profit, la croissance et le nationalisme. Utopiste paraît-il. Et c'est bien triste....
Son blog
20 abonnés Le blog de Jaco 48
Voir tous
  • MCKINSEY ÇA  LEUR PLAIT AUX ÉLECTEURS DE MACRON !

    Par
    A sept heures et demi, j'ai soupé - tiens voilà que je parle comme ma grand-mère maintenant !- mais vous avez traduit : juste avant vingt heures, j'ai dîné. D'un pauvre appétit. Une simple soupe. Mais avec un os dedans ! Chez les Larrue on a toujours était soupe - certains diront, soupe-au-lait ! - Et pauvres. Mais pas question de faire maigre, même en plein Carême.
  • RUPTURE DES STOCKS DE CARBURANT

    Par
    Vous l'avez compris, au moins ceux qui en faisaient cas - en faisant caca le matin ou pas -, Macronique, c'est fini ! Enfin, soyons raisonnables, ne disons jamais... jamais. Au mieux Macronique deviendra épisodique. Je veux dire qu'elle pourrait resurgir tel un volcan en sommeil lorsque la fusion donne lieu à une éruption incontrôlable. Nous verrons bien...
  • ILS PRÉFÈRENT LE PEN À TAUBIRA !

    Par
    Hé bien voilà, ils y sont arrivés ! Sans peine, faut en convenir. C'est qu'à gauche comme à droite on préfère avoir à débattre avec Dupont-Aignan et Jean Lassalle qu'avec Christiane Taubira. Quant au second tour, comme dirait Bayrou, on le remportera sans panache, mais aussi sans peine si c'est Marine Le Pen... Avec son système de parrainages, la France démontre la vitalité de sa démocratie
  • LE MAIRE A TRÈS ENVIE DE LES EMMERDER !

    Par
    Bruno Le Maire, déjà bien connu pour sa capacité à changer de camp et à trahir qui il faut, quand il faut - bref pour son opportunisme, véritable marqueur du macronisme -, vient d'asseoir une réputation qui peut d'ailleurs l'inscrire dans l'histoire des grands fiascos internationaux.
  • A SATAN, SATAN ET DEMI

    Par
    Il y a longtemps, très, trop longtemps - disons 40 ans - je fus réveillé à l'aube par une sirène étrange - courte, rapide, stridente - dans le genre de celles qui résonnaient durant l'occupation allemande, signifiant qu'il fallait descendre aux abris. Je me retrouvai, paniqué, assis sur mon lit. Ma femme interloquée. " C'est la guerre ! " avais-je dû décréter avant de me raviser bien vite.