Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

310 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 janv. 2022

VACCINGÉTORIX ET LES GAULOIS RÉFRACTAIRES

Et revoici Castex dans ses grandes clowneries. Franchement pour compléter le tableau surréaliste d'ahuris qui marchent à côté de la République et de leurs pompes, celui-ci est un morceau choisi.

Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 J'admets que ce genre de personnages ne me font même plus trop rire, depuis que je me suis aperçu que d'autres les prenaient tellement au sérieux et qu'à ce titre ils devenaient fort inquiétants. Pourtant celui-ci, qui fut un temps le plus proche conseiller de Sarkozy, devrait avoir perdu tout crédit et, avec un peu d'amour-propre (c'est quoi ça ?), abandonné dès lors la vie publique…

Nous avons connu les Fratellini, Oleg Popov et notre cher Achille Zavatta, mais lui c'est plutôt à Pipo, le triste clown blanc, qu'il me fait immédiatement penser. Non mais quel théâtre ! quelle indécence ! lorsqu'il vient sermonner les députés de tous bords qui s'opposent au passe vaccinal. Des députés qui font enfin leur travail d'opposition, y compris dans la majorité, même s'il sont tenus par la discipline de parti - vous savez ces partis que Saint-Emmanuel-les-mains-jointes détestait, jusqu'à ce que le sien vienne lui servir la soupe -.

Ce pouvoir autoritaire devient hargneux et menaçant parce qu'il ne maîtrise plus vraiment ce virus sur lequel il compte tant pour s'en repayer une belle tranche de cinq ans. Désormais c'est Omicron - quelle ironie toute de même que ce nom de variant ! - qui l'a pris, le pouvoir. Il se moque bien de la vaccination et comme il va bientôt devenir unique et qu'il se fout aussi de pfizer comme de moderna, il va contaminer tout le monde et finir par immuniser la planète.

Voilà qui n'arrange pas les affaires des big-pharmas et des États corrompus. Va falloir trouver d'autres sources de revenus, même si j'ai dans l'idée qu'ils vont pouvoir tenir quelque temps et vivre sur leurs économies. Bon enfin, moi je ne suis pas un spécialiste de la Covid - contrairement à Jupiter 1e - et le virus demeure une affaire dramatique, dont on ne connaît sûrement pas la fin, avec laquelle je me refuse de badiner - malgré de multiples tentations -.

Remarquez, je continue de plaisanter avec le cancer alors que je suis bien plus cerné - et concerné - par les cas plus ou moins tragiques, tandis que je n'ai toujours pas l'honneur de connaître la moindre victime du coronavirus. De mauvaises fréquentations en somme. Peut-être même ne suis-je pas normal - question récurrente que je regrette d'être quasiment seul à me poser -.

Parce qu'alors, Pipo - le clown blanc - il ne se la pose jamais la question ! Pétri, confit et même farcis de certitudes, il prend ses grands Rrrrr d'énarque pour nous expliquer la vie et nous sermonner à l'envie. Oui parce que le Jeannot est énarque ! Et vous voulez pas que les petites gens aient envie de brûler des élites de cet acabit ? Si vous en avez la force, écoutez son dernier numéro de haute volée à l'Assemblée. Vous n'allez pas en revenir…

En résumé et pour tenter de rester un tant soit peu sérieux, ce dont rêvent les ultra-libéraux est de contraindre l'ensemble de la population à se soumettre à un seul sentiment : la peur.

Article 1 : j'ai peur. Article 2 : j'ai peur. Article 3 : j'ai peur. Article 4 : où sont les toilettes ? (Léo Ferré).

Entretenir un peuple de peureux. Tellement peureux qu'il est capable de dénoncer celui qui ne serait pas comme lui, triplement vacciné. Parce que les gens bien, les péteux eux, ils le savent : être vacciné c'est exemplaire, ne pas l'être, c'est honteux. Et Friquet à la houppe - et les brigands qui le soutiennent - ont échafaudé ce plan finalement tout prosaïque : les partisans de l'obligation vaccinale et du laisser-passer voteront pour eux en avril dans une écrasante majorité, laissant à ceux qu'ils appellent les extrêmes, les pauvres cons d'anti-passe vaccinal.

N'en doutez pas et regardez l'évolution autour de vous, cela risque bien de marcher !    

LE NUMERO DE CIRQUE C'EST CI-DESSOUS 

https://www.youtube.com/watch?v=w7V4eIwPnaE

            ______________________________________________________________________________________________________

QUANT A MESSIRE LE PRESIDENT QUI DIT A PROPOS DES NON-VACCINÉS
" AVOIR TRES ENVIE DE LES EMMERDER..."
MOI ÇA VA FAIRE BIENTÔT 5 ANS QU'IL M'EMMERDE
ET POURTANT... JE SUIS VACCINÉ !

            ______________________________________________________________________________________________________

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)

La sélection du Club

Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse