Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

251 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 oct. 2021

IL FAUT VITE PRIVATISER LES JUGES

Vous le connaissiez-vous, Gilles-William Goldnadel ? Moi non plus. Jusqu'à ces derniers mois où je retrouve le gazier littéralement déifié par les camarades du Figaro. Typiquement, en voilà un qui mérite la notoriété. Certes il doit beaucoup œuvrer pour ce faire, à l'image de bien de ces hommes en robe noire portant le deuil de la justice et l'hermine pourtant bien arrogante.

Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mais enfin, comme on dit, il en faut ! En tout cas, il y en a... La pénurie de toubibs, d'aides soignantes et de plombiers fait rage, mais des baveux, ça, y en a. C'est que la soupe doit être bonne et le travail pas trop pénible. Pourtant, un peu salissant lorsqu'on passe sa vie à défendre, pour certains évidemment, l'indéfendable.

Et dans la catégorie des lourds, celui-ci cumule les titres mondiaux. Voyez le palmarès ! Il a défendu : Maurice Arreckx (dont on ne présente plus les exploits  aux Toulonnais), Patrick Buisson, Arcady Gaydamak (une journaliste italienne contre le MRAP, la ligue des droits de l'homme et la LICRA) et tenez vous bien, Nadine Morano ! Je ne sais pas ce qu'elle a bien pu faire celle-là, mais alors la défendre... Il s'est aussi indigné de la dissolution de Génération identitaire ! C'est vous dire si ce grand pourfendeur de l'islamo-gauchisme, se meut en revanche au milieu de la fachosphère avec une aisance bien déconcertante.

J'avoue que sans être à ce point orienté et haineux, j'aurais aimé déniché dans ses glorieux états de service la défense d'un Tapie aux côtés d'un Dupont-Moretti, mais enfin c'est déjà une bonne pêche, il  faut en laisser pour les autres... Or donc, alors que les raisonnements du pépère, qui entre nous soit dit n'a pas l'air non plus de se prendre pour la moitié d'un avocat-vinaigrette, m'exaspérait au fil des chroniques de mes alertes gougueul, il est venu défoncer le mur des cons et des lamentations ce matin en gémissant de douleur et de désespoir " je n'ai plus confiance dans la justice de mon pays." Il parlait je suppose de la France. Parce que c'est vrai qu'en Israël -son autre pays- la justice, y compris dans les Territoires occupées, est particulièrement reluisante et nullement préoccupante.

Il se désespère, le pauvre lapin, parce que Nicolas Sarkozy vient d'écoper d'un an de prison ferme. Dont il a évidemment fait appel et qu'il ne purgera de toute façon et au pire, qu'avec une gourmette à la cheville. Même s'il est effectivement frustrant qu'elle ne soit pas en or. Dura lex, sed lex.

Voilà pourquoi je déteste ce monsieur. Alors qu'il se dit que l'ancien président aurait commis des faits encore bien plus graves dont il n'est - au moins pour l'instant - pas justiciable, et qu'il est à mes yeux en tout point détestable, Gilles-William chiale sur l'acharnement des juges forcément orientés, forcément de gauche et forcément coupables. Certes il reste préférable de ne pas être aveugle, mais parfois en lisant des trucs pareils, on fini par se demander...

Et au fait, vous savez aussi pourquoi Goldnadel n'a plus confiance en la justice ? C'est parce que cette salope a osé condamner Valeurs Actuelles pour injures raciales à l'encontre de Danièle Obono. L'hebdomadaire nationaliste avait présentait à sa une, la député de la France Insoumise enchaînée telle une esclave du bon vieux temps ! Bon, si on peut plus plaisanter alors... y a vraiment de quoi destituer tous ces juges.

On pourrait d'ailleurs privatiser la magistrature et créer de grands cabinets comme ceux des avocats. Vous verriez qu'ils cesseraient vite d'être de gauche et c'est la justice qui en sortirait grandie... comme Sarkozy ! 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch