Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

277 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 déc. 2021

L'ENCHANTEUR PARTISAN

Alors que la gauche essaie de se rassembler, caressant le rêve d'une candidature unique, on ne nous parle que de Zemmour, de COVID et de Rafale. Un vent mauvais assurément. Alors il est peut-être temps de tout couper et de s'écouter le dernier Lavilliers et son coeur énorme...

Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je l'ai déjà confessé,- profitez-en je ne me confesse pas tous les lundis ! - c'est par la chanson que s'est développé en moi  aussi bien la sensibilité que l'intelligence. L'une dépendant d'ailleurs intimement de l'autre. Je crois que cela vient à la fois de cette émotion unique que véhicule la belle musique et les paroles profondes. Car attention je n'ai jamais écouté n'importe quoi. De Trenet à Ferré en passant par Brassens et Reggiani et tellement d'autres, je n'ai écouté que les meilleurs. Pas de voix de crécelles ni de pucelles, pas de musique synthétique, ni de guitare hystérique. Pas de textes niaiseux, de rimes vaseuses et de propos oiseux. Moins encore d'English, la négation du bon goût et une incompréhension totale. 
Beaucoup s’imprègnent de littérature, la grande - je ne parle de Musso, Bussi, Lévy, la triplette infernale qui vend à tour de bras en écrivant sur des algorithmes -, d'autres de musique, la belle baroque ou italienne des grands siècles et bien moi, ce qui m'a profondément ancré dans une culture d'harmonie et d'infini, c'est la chanson. Qu'elle relaie les grands textes de Rimbaud, Verlaine, Baudelaire, Villon, Aragon, Hugo, qu'elle soit le fait de paroliers - Dabadie, Lemesle, Vidalin - ou des interprètes - Brel, Barbara, Renaud... - nous avons là un trésor exceptionnel. Las, la plupart sont disparus - sans la moindre réincarnation - ce qui laisse à penser que le XXe siècle aura été celui, le plus grand, quasiment unique, où la chanson française fut un art sublime et furtif. 
Personne ne nous enlèvera ce patrimoine et il est à revisiter sans cesse et pour l'éternité comme s'écoutent aujourd'hui Bach, Mozart et Rossini. Ils me manquent aussi, ces enchanteurs qui poussaient leur passion et leur humanité à fleur de peau, à s'engager. Et vous l'aurez sûrement remarqué, toujours du côté des humbles. Des humains. Pas des affaires, ni des banques. J'aimais aussi Montand, Brel et Ferrat pour cela. Et il n'en reste quasiment plus.. 
Alors vous imaginez si la voix de Lavilliers compte pour moi. Qu'elle résonne avec la force confondue de la nostalgie et de la Résistance. J'aime aussi Pierre Perret, brave bonhomme qui aura fredonné de si belle choses, si drôles parfois et qui à quatre-vingt-dix piges se dresse encore pour dire leur quatre vérités aux puissants. Mais chez Lavilliers il y a ce supplément de vigueur. Celui du Stéphanois qui ne s'est jamais aplati même devant les laminoirs des hauts fourneaux et qui brandit avec fierté, héroïsme et panache, ses mains d'or. Et ce poing dont il se servit pour tracer sur le ring les chemins d'une adolescence turbulente, puis celui qu'il tendit aux côtés des travailleurs dans les usines en grève, les manifs fiévreuses et les fêtes de l'Humanité. 
Plus personne ne s'engage désormais. Tous ces petits chanteurs n'ont plus beaucoup d'idées et pas bien plus de courage. J'ai extrait Gauvain Sers l'autre jour dont la voix fluette milite joliment. Même Renaud s'est tu et c'est tant mieux, puisque le dernier jugement porté à un an de la présidentielle 2017 était celui-ci : " Je voterai Fillon parce que c'est un honnête homme..." Mais on me dit qu'il a arrêté de picoler. Il était tant !
Donc deux choses : écoutez l'interview donnée sur TV5 monde (bon d'accord c'est pas BFM ou CNews !). Quarante minutes de tendre virilité et de calmes vérités. Il y partage son âme téphanoise et ça me parle, moi qui sent toujours la mienne, graulhétoise, m'animer et me posséder. Des origines rudes, des conditions pénibles qui génèrent des gens entiers, sincères, combatifs - ceux que les bobos appellent les écorchés vifs ! - . 
Et puis, je vous sentais vous affolant au fils des lignes : mais où est passé Saint-Emmanuel-les-mains-jointes ? Il est là, le chef des petits marquis, dans la chanson "Beautiful days" où il ose nous parler de jours heureux "ce président qui nous ment, dément, effrontément - ça lui va bien - " Et puis, parce que nous ne sommes pas si nombreux à goûter ses engagements, à lui en être reconnaissant car il est l'un des rares porte-voix de ces minorités hors du troupeau vacciné de tout, il faut l'acheter. Juste pour le bonheur de prolonger encore cette culture de la chanson française qui s'éteint dans une multitude de paroles insignifiantes... 
Cela s'appelle Sous un soleils énorme et l'Interview de TV 5  monde - Bernard Lavilliers, c'est ici : https://youtu.be/qWMJMkthaJ4 

                                _____________________________

COURRIEL 

Par un vieux réflexe, je branche ce soir les "informés de France info", pour voir Olivier Delagarde, toujours aussi content de lui, démarrer sur le meeting de Zemmour et l'entendre dire : "On l'écoute". 
Mais non, on ne l'écoute pas ! Il faut dire que sur la 3, après avoir brièvement présenté les shows de Mélenchon et de l'EELV, ils ont longuement tartiné sur cette partie fachisante. Quand même, leur commentateur a sèchement remis les choses en place. 
On va donc voir Bolloré contre Rotschild ! Affaires contre affaires. Quant à la candidate de LR... 
Bref, de quoi te mettre la rate au court bouillon ! Mais restons Zen... 

Claude R. de Marseille

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Le naufrage d’un ministre désinvolte
Le voyage de Jean-Michel Blanquer aux Baléares, à la veille d’une rentrée scolaire à haut risque, résume deux années de gestion de la pandémie de Covid-19 : par désintérêt manifeste, il n’a jamais répondu aux craintes et à l’épuisement des enseignants comme des familles. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre
Journal — Industrie
Industrie française : l’attractivité de la rente
Accusé d’être le fossoyeur de l’industrie, Emmanuel Macron entend contre-attaquer : grâce à sa politique, la France aurait retrouvé son attrait pour les investisseurs étrangers. Mais il confond compétitivité-prix et attractivité, qui repose sur des écosystèmes détruits systématiquement par le gouvernement au profit d’un capitalisme de rente.
par Martine Orange
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico

La sélection du Club

Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire
Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran