MARS ET ATTRAPE

J'ai des copains scientifiques, soit dans l'action, soit dans la collaboration, qui voudront me démontrer que je fais zéreur et que cette nouvelle mission américaine dite " Persévérance " débouchera un jour sur une transformation de l'humanité. Ah bon, si vous le dites !

Cela me ramène à la guerre froide entre les années cinquante et soixante-dix. Les ingénieurs haut-perchés avaient pour obsession d'envoyer dans l'espace encore à peu près vierge, toute une ménagerie. Il y avait des mouches, des écureuils, des chiens, des oiseaux et même des poissons rouges qui ont peut-être inspirés Juliette Gréco. Mais pour ce qui est de savoir en quoi la science a réellement avancé, peu de réponse. Il aurait peut-être fallu recueillir le témoignage de Miss Sam, cette guenon qui a été mise sur orbite avant de rentrer au bercail légèrement secouée à l'atterrissage.

Soyons honnêtes, cette arche de Noé spatiale contribua joliment au bordel qui règne sur la planète. Depuis le Bon Dieu est régulièrement bousculé sur son nuage par des lancements intempestifs de fusée. Les premières l'ont amusé, mais là ça pétarade de partout, de Chine, d'Inde, du Brésil et il très étonnant que l’Éthiopie n'ait pas encore entamé son baptême astral. Vous allez voir que la surenchère va nous conduire à une conquête de l'espace à partir du rocher, où la famille Rainier de Monaco déjà complètement lunaire embarquera et fera la une de Jour de France !

Bon j'ai l'air de m'emballer comme ça, plein d'enthousiasme mais enfin pas tant tout de même que les fameux ingénieurs qui dans leur centre de lancement de Cap Canaveral, se jettent dans les bras les uns des autres lorsque leur SUV rover envoyé sur Mars effectue un tour de roue. "Il a roulé quatre mètres en arrière, témoigne l'une des bienheureuses, puis a effectué une manœuvre arrière sur deux mètres cinquante." Ça vous la coupe ça, non ? Et de préciser avec des trémolos dans la voix : " Je crois que je n'ai jamais été aussi heureuse de voir des traces de roues..." Ah oui, ça le lui fait à elle aussi ! Moi c'est pareil. C'est souvent le cas, mais c'est plus fort encore lorsque les traces du quad de mon ami Alain, m'apparaissent sur le chemin de Saint-Jacques. Parfois c'est vrai, moi aussi, je me sens transporté sur Mars.

Attention, je vous sens goguenards, mais on apprend de Cap Canaveral des trucs vachement importants. Enfin, je veux dire vitaux. Ainsi grâce à la supercam embarquée, on a pu repérer de jolies pierres brunes et même les traces d'un ancien lac de cratère, qui aurait été asséché il y a à peine plus de trois milliards d'années. On ne sait s'il s'agit d'années lumières, mais je sens de toute façon que tout s'éclaire. Ça peut paraître un peu loin comme ça, mais tout va si vite. Avec des amis de ma génération on se disait encore hier, que les années soixante-dix remontaient déjà à un demi siècle !

Donc Mars ce n'est pas rien, surtout pour les Américains, qui se sont beaucoup amusés avec les Indiens mais voudraient bien tourner la page et aller sortir un peu les Martiens de leur réserve. Car à tous les coups ils existent les Martiens, puisqu'on a même retrouvé des traces de bactéries. On ne sait dans quoi, un pot de yaourt oublié par une famille qui pique-niquait au bord du lac il y a trois milliards d'années, une peau de singe égarée dans le monde sidéral. Là faut attendre, rester prudent, mais y a vraiment de l'espoir. Quelques tout petits milliards d'années à patienter - et d'euros à dépenser - , mais on sent que c'est proche, d'ailleurs je viens d'apercevoir les ingénieurs de la NASA s'embrasser goulûment. Soit ils ont vaincu la COVID, soit Persévérance vient de leur faire un appel de phare depuis Mars.

Ils sont si impressionnants ces savants tellement spatiaux, que je leur proposerais bien d'aller prospecter un peu l'espèce humaine. Vérifier par exemple sur terre, s'il ne resterait pas un peu d'eau en Somalie, un bout de pain en Haïti. Sait on jamais ? Ils découvrent tant de choses !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.