MACRON - BIDEN : C'EST DANS LES VIEUX POTES...

J'ai lu ce titre dans la presse de propagande : "Macron et Biden s'affichent ensemble et promettent d'accomplir de grandes choses ! " Ça vous étonne ? Moi non plus !

Toutefois si j'avais été titreur dans ces journaux de Pinault, Lagardère ou Niel, j'aurais plutôt choisi au plus juste "Macron s'affiche avec Biden..." Parce que comme dragueur celui-ci ! Ça ne m'étonne pas qu'outre les riches et les jeunes loups persuadés que la jeunesse est un atout pour diriger un pays, ce soient les femmes sans réelle consistance et conscience politique qui l'aient élu de leur cœur. D'autant que croyant qu'il vivait encore chez sa mère, elles l'imaginaient disponible et plein de vigueur.

Un véritable jeune chien fou ! Et que je me frotte à la jambe de Joe et que je lui caresse le dos et que je fasse plein de risette à madame... Vous pouvez le croire ces deux là ils s'aiment. Enfin surtout lui. Parce que se produire aux côtés du winner des States ça fait tout de suite de l'effet, même si en réalité le vieux Ricain, il en a rien à taper du petit ambitieux qui voudrait conquérir le leadership comme il dit avec tant d'élégance en paluchant tout ce qui passe. Car peut-être vous l'ai-je déjà dit, il semble bien que ce type possède une douzaine de mains... à chaque bras. Et que je t'en passe une dans le dos et qu'en même temps, je t'en joigne deux pour circonvenir les mormons... le nœud !

En France on n'a pas vu les autres, ceux du G7 se mettre à genoux devant le Yankee. Bon d'accord nos caméras s'en foutent des autres, mais si ça se trouve ils en ont pas fait tant, des courbettes, au général de la world company ! La vieille peau de Merkel par exemple, elle s'en fout, elle ne se représentera pas à la Chancellerie. Et l'Italien, le Japonais, le Canadien, si ça se trouve ils jugent indécent un tel abaissement. Quant à Johnson lui, c'est mieux, il n'a qu'à attendre que le petit français ait terminé son numéro de séduction et de représentation, vu que depuis le Brexit, le seul vrai partenaire des États-Unis en Europe, c'est justement le Royaume-Unis.

Gardons-nous toutefois de tout excès de dénigrement. Car il est un fait que les USA, Macron, il les bade et que ce n'est pas nouveau. C'est son modèle, son Amérique à lui. Même que peut-être dans six ans, après l’Élysée il est foutu de partir à la conquête de la Maison Blanche, comme l'a fait si bien Manuel Valls au parlement Catalan. Parce qu'en vérité lorsqu'on est à ce point ultra-libéral on est forcément Américain.

D'ailleurs n'a t-il pas lancé sa campagne présidentielle 2017 à grands frais et à la Silicone Valley ? Autre preuve : vous vous souvenez lorsqu'il a rendu visite à Trump à Washington ? Et "mon cher Donald" et l'amitié Franco-Américaine... et que je te repasse la main dans le dos, une fois même sur le genou - là ça devenait chaud !- et que je te parle à l'oreille et que je rigole des super-bonnes blagues et que je te tweete, te retweete et dix de der ! En retour l'ami Trump fut même l'invité d'honneur d'un 14 juillet (2018 peut-être ?) un peu comme le chef de nos armées. Non les États-Unis, y a pas, c'est son dada !

Entre Biden et Macron, outre la vaste fumisterie d'une amitié improbable, il existe une vraie trajectoire commune. Ce sont des gens qui sont passés par une pseudo gauche, pour mieux se faire aimer de la droite. Et là, réellement, ça créait des liens !

                    _____________________

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.