DE L'OR OLYMPIQUE ET DE L'ARGENT PUBLIC !

Vous connaissez, n'est-ce-pas, mon goût pour les breloques ! La croix de guerre, la légion d'honneur, le mérite agricole, les palmes académiques (qui sont exclusivement attribuées aux canards)... Tous les deux ans, c'est ma hantise. Revoici les Jeux Olympiques !

Une bande de reporters souvent incultes quoi que imbus de leur personne (voire même imbibés pour la plupart) nous égrènent un chapelet d'exploits forcément exceptionnels, surtout lorsqu'il s'agit de Français. Car outre la futilité d'un saut à cheval ou d'une prise du judo, il existe spécialement dans le sport une ferveur nationaliste que ne renient sûrement pas ni la fille Le Pen, ni le fils Zemmour.

Alors il paraît que la présence des Français est indispensable pour assurer l'audience télé. Prenons le handball - qui, avec le biathlon est notre principal réservoir de gloriole - lorsque c'est Danemark-Suède, cela fait 2 % de part du marché, un bide. Mais si c'est France-Norvège (oui parce qu'il y a quatre pays qui se disputent les honneurs mondiaux) cela fait 20 %, un triomphe !

C'est un curieux phénomène à mes yeux que les gens s'enthousiasment pour la couleur d'un maillot, tout en s'en tapant le coquillard s'il est rouge ou vert... Mais enfin bon, aux Jeux Olympiques c'est quand même différent. C'est pas le foot ou le golf quoi ! Ils ne gagnent pas des fortunes en ne branlant absolument rien d'autre que taper dans un ballon ou une balle. Le type qui fait du triple saut, la fille qui manie le sabre (y a quand même des sacrés tordus dans le sport !) ont au moins le mérite de faire autre chose de leur corps et notamment de leur tête, tout le restant de l'année. Faut-il rappeler en effet que les JO sont exclusivement réservés aux athlètes amateurs ?

Et puis la pratique physique c'est tout de même ce que l'on a trouvé de mieux pour préserver sa santé et la sécurité sociale (à condition de ne pas choper un cancer aux anabolisants, un infarctus à la cocaïne ou une double fracture de la malléole). Je croyais vraiment que les Jeux Olympiques avaient au moins gardé cette fraîcheur du désintéressement et que le slogan de Coubertin servait encore d'exemple aux adeptes du pentathlon moderne et du skateboard (si, si, vous pouvez vérifier, c'est olympique !)

C'est en voyant cet immense troupeau rassemblé sur le perron de l'Elysée autour de Saint-Emmanuel-les-mains-jointes que j'ai réalisé que valides ou handicapés, les vainqueurs ne s'étaient pas satisfaits du tout de participer ni même de breloques.

67 000 euros pour une médaille d'or ! Soit l'équivalent de trois ans de salaire d'un honnête homme, d'un français moyen qui porte plus souvent, c'est vrai, le bleu de travail que le bleu de France. Le deuxième de cordée lui, doit se contenter de 35 000 ça l'apprendra ! Quant au ringard de bronze, il empochera quand même ses 15 000. Vous pensez que cela fait beaucoup pour s'amuser ? Je vous le fais pas dire, mais c'est pas tout. D'après France Info, les Fédérations toucheraient aussi leur pactole, 35 000 € par médaille d'or et ainsi de suite...

C'est dingue où va quand même se nicher le fameux "quoi qu'il en coûte" jupitérien. Au total 9 millions, 9 petits millions d'euros attribués à ces gens qui à part de faire péter la Marseille et le champagne, ne servent à rien d'autre qu'à cultiver le fanatisme national et éventuellement la campagne d'en-Marche. Inutile de préciser que si vous ne portez pas un intérêt particulier aux régates de 470 et aux barres asymétriques, vous retrouverez tout de même la douloureuse sur votre feuille d'impôts. Et surtout soyez calmes et patients, car ils vont débarquer, saturer l'espace médiatique et nous pomper l'air trois ans durant, car en 2024 c'est la France qui régale.

Dans les hôpitaux, les EHPAD et les caisses de supermarchés, les salariés payés au SMIC feront la ola en voyant apparaître Claire Bové et Julien Mertine...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.