VOILA POURQUOI JE CROIS EN TAUBIRA !

Epouvantail de la droite libérale et nationaliste aussi bien que de la gauche factice, l'ancienne ministre de la justice est fortement plébiscitée. Non seulement par un "fan club" très partisan, mais également par les parrainages de la primaire populaire. Une belle idée qui tarde à s'étoffer mais dont les efforts des derniers jours pourraient être récompensés.

La primaire populaire connaît son petit succès même, me direz vous, si avec un peu plus de 90 000 pratiquants, cela ne reste qu'une chapelle. Plus grosse en tout cas que bien des partis structurés. Cette initiative citoyenne, issue d'un collectif de jeunes déterminés à défendre leurs valeurs, est digne d'intérêt car elle repose d'abord sur un socle programmatique vraiment ciblé, clarifié et auquel le candidat désigné serait invité à adhérer. Programme de gauche et d'écologie réunies. Les participants, dont je suis évidemment - et certains des lecteurs de Macronique aussi ! - ont rapidement placé Christiane Taubira en tête et c'est ensuite François Ruffin qui est venu la talonner... de loin ! En somme, c'est un grand bol d'air frais comme en témoigne la relégation, assez et même très loin dans le classement, de Mme Hidalgo, de MM Jadot, Mélenchon, Montebourg et Roussel.

Comme moi, une très nette majorité des personnes engagées dans la primaire populaire pense que Christiane Taubira serait la meilleure candidate pour une gauche la plus élargie possible. A condition d'abord qu'elle réponde favorablement à ce plébiscite, puis qu'elle soit la seule. Car s'ils sont deux, trois ou quatre qui en veulent, elle n'ira pas et tous vont se casser la gueule ! Casser la gauche.
Et s'il n'est pas si fantaisiste de croire en cette femme, c'est qu'elle est aussi bien capable de parler au bobo certes envoûté par Saint-Emmanuel-les-mains-jointes, mais tout de même impressionné par son autorité pour imposer le mariage pour tous, avancée majeure dans une société gangrenée par son hypocrisie judéo-chrétienne, ses préjugés, ses vieilles lunes. Parler aussi à son propre camp non pas tant parce que Faure, Le Foll, Cazeneuve la bénissent mais parce qu'ils connaissent sa solidité et qu'il vaudrait mieux pas trop la faire chier, dès fois qu'ils pourraient gratter un poste au cas où le miracle adviendrait. Parler enfin aux prolos, aux derniers de cordée, aux gauchistes exacerbés (oui je sais, ça c'est moi !) qui aimeraient mieux suivre une socialiste bon teint, plutôt qu'un tribun hystérisé, un écolo azimuté...

D'autant que quelque chose me dit que la dame, avançant tout en finesse, serait parfaitement en mesure de fédérer largement, y compris la fausse gauche en évitant de l'effaroucher, quitte, une fois élue, à imposer quelques grands desseins socialistes : limitation des salaires, hausse des impôts, nationalisation des services publics... Soit exactement l'inverse de ce que fit Hollande, élu contre la finance et qui en devint son valet. Puis son complice. 

Rêvons encore. Enfin moi, parce que j'sais pas vous ! Admettons que le plébiscite de la primaire populaire soit si éclatant qu'il contraindrait tous les autres à s'écraser. Venue de loin (Guyane) et au dernier moment, elle parvient au second tour, distançant soit le Républicain, soit Le Pen, soit Macron. Resterait alors le second tour. Une montagne et ce, quel que soit l'autre finaliste.

Car nous avons beau être quelques centaines de milliers à être séduits par cette grande dame d'un mètre cinquante - autant parce que c'est une femme, qu'elle est honnête et vraiment de gauche - à lui trouver un classe inouïe, une humanité infinie, une sensibilité, une sincérité confondantes, il faut bien se dire que dans le camp d'en-face, c'est à dire toute la droite, libérale celle de Macron, nationaliste celle de Le Pen, il y a bien souvent plus que de l'hostilité virulente, de la haine !

Durant trop longtemps j'ai entendu que la gauche n'avait personne pour l'incarner. Elle, le pourrait ; elle, le ferait ! Imaginez Christiane Taubira en débat de second tour, face à la gourde nationale ou au petit banquier jupitérisé. Elle n'en ferait qu'une bouchée... Et là, sait-on jamais ! Bon elle est noire, bon c'est une femme, bon elle est de gauche ... Mais enfin elle en a...entre les oreilles et elle ne s'enlèvera devant personne.

Or la présidence de la République, ce n'est pas un jeu pour ado attardé et égotique, ce n'est pas non plus le Graal d'un(e) incapable obnubilé(e) par la préférence nationale et l'inviolabilité des frontières. C'est de la fermeté, de la générosité, du désintéressement...


Allez voir ici cette vidéo de présentation de la primaire
https://www.facebook.com/LaPrimairePopulaire/videos/254641536516992/?t=2

Et pour participer au parrainage de la primaire populaire, ici
https://primairepopulaire.fr/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.