Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

249 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 oct. 2021

DU MATRAQUAGE EN DÉMOCRATIE

La prochaine élection présidentielle, que Coluche -peut-être ?- trouvé pestilentielle, risque de battre tous les records en la matière. Car l'arrivée sur le marché des présidentiables du mutant Zemmour, va placer la barre un peu plus haut. Pas de quoi effrayer un Macron qui a fait dela propagande un mode de gouvernance.

Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Mon cousin de Montpellier, que je n'appellerai plus mon cono avant d'avoir re-disserté ici sur l'écart fondamental avec mon con - qui si vous voulez est un peu le même qu'entre une vache qui rit dans un prés et une vacherie n'importe où - m'a fait parvenir cette vidéo que je soumets à vos conscience et sagacité. Cette émission diffusée sur la chaîne Blast de l'excellent Denis Robert se risque à cette proposition : La propagande est à la démocratie ce que la matraque est à la dictature. Cela vise, si vous ne l'aviez pas reconnu le très fameux Zemmour, dont je finis par avoir peur moi aussi à force d'en entendre parler. Car ne me risquant jamais à regarder la télévision, je trouve évidemment que question Zemmour, mes douces montagnes aubracoises sont plutôt protégées.

Et quitte à faire encore de la peine à mes derniers lecteurs adorateurs de Saint-Emmanuel-les-mains-jointes, je dois bien reconnaître que sa réélection me couvre beaucoup plus de boutons purulents que l'arrivée sur le trône d'un petit histrion de médias et de m... Non mais sans déconner, vous l'avez bien examiné le nouveau champion des ondes, le gourou des croisés, prédisant le grand remplacement ? Je sais pas vous, mais il me fait penser à une sorte de vautour posé sur l'enseigne d'un croque-mort et attendant patiemment de futurs macchabées. Si vous avez chevauché durant l'enfance dans les galops de Jolly Jumper, vous voyez bien de quoi je parle.

L'individu en question est d'une laideur absolument repoussante, je dirais glaçante et si les filles se sont inexplicablement égarées à voter en 2017 pour un ado mal dégrossi, à la sexualité incertaine, je ne les imagine pas un instant frissonner au moindre fantasme zemmourien. Pour moi, les chances de ce type sont encore inférieures à celles du fantôme de Montretout (qui ne cache rien non plus de ses intentions). Au pire, le bateleur de Bolloré se rallie à Madame 30 % - et elle en fera quarante - au mieux les deux se maintiennent et il y aura un autre challenger au second tour - et l'on peut du même coup espérer se débarrasser de notre Jupiter d'opérette -.

Car oui, cette fois, j'ai peur ! Lorsque j'entends des gens bien, animés des meilleures intentions sans doute, s'émouvoir de la publicité faite à Zemmour, je m'étouffe. Et m'interroge : me prend-on pour un con, ou le suis-je vraiment ?

S'il en est un qui pratique le matraquage, c'est bien lui, ce Riquet à la houppe qui nous sert de président. Et quand j'écris président, je devrais plutôt préférer le mot communicant. Telle est, me semble t-il, la réalité. Depuis ses premiers pas en politique, sa campagne électorale foireuse mais luxueuse et surtout victorieuse, sa gestion de la crise des gilets jaunes, sa guerre menée d'abord contre les personnels de santé de la fonction publique puis contre la COVID et l'accumulation d'erreurs et de contradictions, les réformes de la santé, des retraites et du chômage, ce pur opportuniste égocentrique marche avec un remarquable équilibre - il est vrai - sur le fil de la communication outrancière.

Parmi ses opposants, nous avons été des centaines de milliers à penser que l'acrobate allait finir par mettre un pied à côté et à se vautrer. On a même parfois mis le champagne aux frais... Il funambule toujours à destination d'avril 2022 ! Il n'empêche que l'on pourra d'ores et déjà déclarer que ce président à accompli une révolution, conformément à ses proclamations. En reniant toutes les idées - je ne parle même pas des idéaux - en laminant les partis politiques qui fédérèrent durant deux siècles des citoyens engagés et généreux, les syndicats et bon nombre d'autres corps intermédiaires, il aura institutionnalisé le pouvoir par la communication en lieu et place de l'action publique et du service d’État.

Une communication qui se prolonge lourdement comme un soap marseillais dont on ne comprend pas la fin après avoir oublié le début. De la cité phocéenne, il a conçu sa piste d'envol pour la présidentielle, avec toutes les vieilles recettes électoralistes. Des sauces qui semblent impeccablement s'accommoder au nouveau monde. Toutes les promesses de lendemains qui chantent comme l'accent du midi, peuchère, y passent sans modération.

Et s'il n'a pas encore signé à l'OM, cela ne devrait tarder. Car entre sa vénération pour Tapie - Brigitte assistait même aux obsèques du brave homme !- et ses exploits footballistiques avec le Variété Club de France, une nouvelle carrière lui semble promise si jamais il devait se planter l'an prochain. D'ailleurs, je vais vous faire une confidence : je préférerai nettement le voir jouer au centre dans une équipe de football, que pour cinq ans de plus à l’Élysée.

Ce serait nettement moins grave !

                 __________________________________

Et voici le lien de la vidéo en question

">


https://www.youtube.com/watch?v=yHBLQ8OcgKM&t=121s

                        __________________________


Un petit texte bien senti de mon ami de Toulon, Grognard Vincent, qui pourrait être la réincarnation aussi bien de Grouchy le dernier Maréchal d'empire de Napoléon, que Gramsci l'un des grand théoricien de notre idéal en commun. 
Je n'ai rien retouché, car ce style n'appartient qu'à lui. 

Faute d'avoir appliqué la politique qu'il avait tenté d'insinuer pendant son ascension vers le trône, alors que les plus aisés, sans besoin, ont été immédiatement gratifiés, lorsqu'il s'est assis dessus, la première épidémie, la jaunisse est apparue et fut réprimée avec le brio et la violence que l'on a vu.
Les Français, sur qui ses pouvoirs s'exercent se sentent trahis, meurtris, méprisés, humiliés, pourquoi ? Taxe carburant, pas d'argent magique pour eux, il vide les caisses pour son électorat, prépare une régression sociale et projet de réformes iniques et collabore avec un virus, géré avec un soin tout particulier pour qu'il règne à ses côtés. Si tout cela, ça ne mérite pas une claque... La tragique doublure de président, armé de vanité, retournera au contact des français, car ils Z'aiment ces thuriféraires, faire des selfies avec lui, sa majesté. Pauvre pays !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal
Du local au global, le mouvement climat assume de vouloir « faire école »
Finies les batailles en solitaire, le mouvement climat adossé aux luttes locales théorise désormais de voir les choses en grand. Un effort stratégique indispensable pour contrer l’appétit sans cesse renouvelé des aménageurs et industriels pour les « mégaprojets » et une certaine inertie politique.
par Mathilde Goanec
Journal — Diplomatie
Moyen-Orient : Macron réhabilite le « prince tueur »
Commanditaire de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, le prince héritier saoudien « MBS » était jugé infréquentable par les dirigeants occidentaux. En lui rendant visite, le président français brise sa quarantaine diplomatique, et vend au passage 80 Rafale à son homologue émirati et allié dans la guerre du Yémen, « MBZ ».
par René Backmann
Journal — Moyen-Orient
Nucléaire iranien : la solitude d’Israël
La volonté américaine de reprendre les pourparlers sur le nucléaire iranien s’oppose au refus israélien de toute perspective d’un accord avec l’Iran, contre lequel Israël menace de livrer une guerre, même si les États-Unis y sont hostiles. Mais Tel-Aviv dispose-t-il des moyens de sa politique ?
par Sylvain Cypel (Orient XXI)
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau