L’ÉPOPÉE RUSSE

Sûrement immunisé pour le novitchok, Alexeï Navalny a peut-être été interpellé dès son retour sur le sol de la mère patrie pour subir un test anti-COVID. On ne voit pas d'autre explication puisque le jeune opposant Russe à Poutine avait assuré qu'il ne risquait rien en rentrant au pays. A moins que le garçon ne soit tombé sur la tête en même temps que dans le coma !

Je ne connais quasiment rien d'Alexeï Navalny. Vous me direz que je devrais aller sur wikipédia. Un jour que j'aurais un peu plus de temps - et c'est pas encore demain vu que j'ai la maison pleine d'amis qui m'envahissent l'emploi du temps, sans que je puisse réellement leur en vouloir car c'est bien souvent moi qui les invite -, je révélerai le nombre incalculable d'erreurs relevées sur l'encyclopédie en ligne. C'est un peu comme avec mes amis à table qui en disent tellement que j'ai l'impression d'avoir à ma table M. Wikipedia lui-même !

Et quand je parle d'erreurs, vous m'avez suivi. Dans cette civilisation odieuse, hideuse où les zéro-socios font foi, les manipulations sont légion, les contre-vérités criardes et les usurpations fréquentes, wikipédia n'échappe pas à la règle au point que d'illustres inconnus autant que les malfaisants y sont référencés, plus par le culot de leur égo que par l'intérêt qu'ils présentent pour la patrie ou la science. 

Pas besoin d'aller sur le site participatif pour savoir qui est Vladimir Poutine. Un sordide personnage, une brute épaisse, un criminel. Et là où je m'étonne, au point de susciter une chronique au pied levé, bien éloigné de mes préoccupations du moment, c'est que certains de mes amis le trouvent très bien ce Poutine et reprocheraient presque à Navalny d'embêter sans cesse un si brave homme !

Non mais je rêve ! On se croit en pleine guerre froide, lorsque les camarades de cellule encensaient Staline qui, alors que nous promouvions en France avec le CNR les quatre semaines de congés payés, proposait aux récalcitrants au régime, une éternité en enfer des mines de sel, mais non payée. J'ai connu aussi la belle époque de Brejnev et les camarades qui fustigeaient les Soljenitsyne, Sakharov et tous les "ennemis de la révolution"... C'est curieux de constater que ce sont souvent eux, le anciens "cocos" mes amis, qui souffrant d'une nostalgie syndromique, se mouillent pour un autre dirigeant tortionnaire dont les mains dégoulinent probablement du sang de ses opposants. 

Je vous dois un confession. Alors que je suis dans une forme d'adhésion absolue aux principes qui donnèrent lieu à la religion communiste, que je ne crois guère qu'en ce qu'il y a de commun, de solidarité et d'humanité, pour une sorte d'abandon des principes de domination, de propriété et plus encore d'appropriation de la terre, de l'air et de la nature, j'ai toujours eu une peur rouge des Russes. 

C'est presque irrationnel. Il m'est arrivé de me réveiller en pleine nuit en entendant la sirène et de me quiller sur le lit en gueulant : "Les Russes attaques ! " Cela relève, pronostiquerez-vous peut-être d'un trouble obsessionnel paranoïaque. Et d'une incohérence totale aussi dans la mesure où ceux que je déteste réellement, ce sont évidemment nos colonisateurs économiques, géostratégiques et culturels : ces putains de Ricains. 

Ben oui c'est comme ça ! il faut que j'assume. Je crois que cela vient des Russes eux-mêmes. Bon quand je vois l'une de ces jeunes femmes Russes ça va. Elles sont même généralement aguichantes aussi bien dans les appartements luxueux de la Capitale que sur les sites dits pour adultes (que consultent parait-il désormais davantage encore les ados !). Mais les mecs alors, c'est quand même surprenant. Ils sont tous des têtes de tueurs. Vous me direz que c'est pas bien de juger au faciès et à l'allure, mais que voulez-vous pour un paysan tarnais à gros nez et béret, il est extrêmement compliqué d'y déroger.

Prenez Navalny, si ce n'était pas l'opposant persécuté que les autorités Russes n'arrivent toujours à empoisonner malgré des doses de novitchok de cheval, on parierait qu'il sort des rangs de la nomenclature russe, classé et même surclassé pour faire fonctionner la machine infernale.

Il faut toujours se méfier des perfidies, des diableries même de ce régime venimeux (qui sait si ce type n'est pas là pour amuser la galerie et feindre une opposition, dans le but d'empêcher la constitution d'un autre front véritablement hostile et structuré ?) Toujours est-il disais-je que ces jeunes gens, cheveux clairs en brosse, regard bleu glacial, port altier rappellent davantage les jeunes troupes de la wehrmacht que des militants trotskystes échevelés. Enfin ce que j'en dis...

Toujours est-il que si l'on tire le fil de l'actualité tel qu'il se présente prosaïquement on s'aperçoit que l'avocat anti-corruption a été arrêté dès son retour sur le sol de sa brave mère-patrie.

Peu avant son envol d'Allemagne, il déclarait . " Je suis certain que tout va bien se passer. On va m'arrêter ? Ce n'est pas possible, je suis innocent " ! 

Alors soit le type est complètement idiot où bien alors il éprouve un goût très prononcé pour les geôles moscovites. Car on voyait mal les autorités qui ont essayé de l'empoisonner, le laisser revenir, miraculé, pour continuer à semer le désordre dans les esprits faibles, flemmards et formatés des citoyens russes. 

Je serais Alexeï - mais notez bien que ce n'est pas du tout un appel à candidature ! - je m'engagerais aussitôt dans une grève de la faim ! La salade risque d'être chargée en pesticides...

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.