Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

310 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 déc. 2021

PREMIÈRE MARÉE NOIRE SUR LA COTE TAUBIRA

Les prises de positions, les positions sur les listes, les déclarations et autres sorties médiatiques de Christiane Taubira sont exhumées à la hâte par la plupart des médias, ainsi que partis et candidats. C'est que beaucoup craignent l'émergence de cette maîtresse femme au fort charisme qui jouit de la légitimité de la Primaire Populaire

Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Et bien sûr qu'il arrive que l'on se trompe ! Que l'on change d'avis. D'envie. D'époque. De fréquentations. De condition. Parfois ce sont les autres qui changent. Évoluent. Régressent. Transgressent. A moins d'être emporté dans le tourbillon de l'intégrisme religieux, de la foi du charbonnier, de ce récit à la fois improbable et sentencieux, nous évoluons tous sur la plaque tectonique de notre soi.

Ouh-làlà ! , penserez-vous, mais où il va le Jaco un dimanche matin ? N'aurait-il pas déjà entrepris le pavé de 666 pages de son nouvel ami Jean-Claude Grosse, éditeur et en l'occurrence auteur d'une somme qui demeure trop fraîche pour être classifiée. Sachant, raison supplémentaire, qu'il est déjà inclassable.

Non, je réagis aux premières controverses nées de la déclaration de Christiane Taubira qui, pour n'être pas encore candidate, n'en est déjà pas moins décanillée de partout. Tu parles ! Une femme, noire, Guyanaise, au verbe maîtrisée et perçant, aux positions pas forcément conventionnelles ni consensuelles, c'était couru ! Nous nous le sommes dit, avec quelques camarades partisans de la bonne femme : " Ils vont lui en mettre plein la gueule..." C'est parti et mon pronostic est que de la gauche radicale où Mélenchon n'apparaît plus objectivement que comme un gourou prêt à tout, aveuglé par son égo et les derniers extrémistes de sa secte, aux lobbies catholiques, en passant par les socialistes étroits, ils vont tout essayer pour entretenir un tel vacarme, un bordel innommable qui pourrait avoir raison de sa détermination.

J'évoquais en entrant, la normalité de l'évolution de nos idées, de nos sensibilités, au fil du temps et des âges. Je prends souvent pour exemple ces anciens activistes, anarchistes, communistes, révolutionnaires que l'on retrouve avec leur petit foulard BCBG et leur parfum raffiné dans leur belle auto. Certains se sont mis à aimer Saint-Emmanuel-les-mains-jointes qui est pourtant la pure incarnation de ce qu'ils ont combattu et détesté des décennies durant. 

Et je ne m'exonère point de ces cheminements prenant parfois l'allure de revirements. Je suis né gaulliste, subjugué par un général qui plus est (!) et je fus même un colleur d'affiche de Chirac jusqu'aux années 80, avant de réaliser le SAC, Boulin, Pasqua, Balladur, Sarkozy... J'ai parfois eu honte, je l'admets. Lorsque j'ai viré radicalement de bord j'ai aimé Mitterrand qui détestait De Gaulle et me suis aperçu que derrière l'homme au rayonnement intellectuel éblouissant, le sauveur et la saveur de la gauche, s'agitait un drôle de zigoto et parfois même un fieffé salaud. Quand à Marvhais, s'il n'avais pas été débilement Stalinien, il aurait eu mes faveurs. 

Alors j'en reviens à Taubira, attaquée dès ce matin par la presse dite de gauche. Enfin dans le cas de Marianne dirigé par des Tchèques et une Polony on ne dira plus du tout ça ! Et ce sont elles, l'égérie de la République et sa tache Natacha, qui tirent à balles réelles sur le positionnement de Taubira qui ne s'était pas opposée, par son vote à l'Assemblée, aux signes religieux à l'école. Nous étions déjà, en 2004, dans un contexte de diabolisation de l'Islam et cette femme indépendante et courageuse avait estimé que le port du voile ne mettait pas la République en danger. C'était incontestable, mais à la fois ce fut un coin enfoncé dans les règles strictes et longtemps intangibles du respect de la laïcité. Il s'est écoulé presque vingt ans et je serais très attentif à son positionnement, quitte à le combattre.

Un autre journal pas vraiment situé à droite (le Nouvel Obs je crois) soulève une deuxième  zone d'ombre dans la trajectoire taubirienne. Elle fut l'une des principales animatrices de la liste des Radicaux de gauche aux Européennes 1994 derrière....Tapie ! Oui, oui le même que l'homme que j'ai probablement le plus détesté dans notre vie publique, bien avant le Jupitre de l'Elysée. Elle marchait aussi avec un dénommé Baylet que le Canard Enchaîné avait baptisé le veau sous la mère et que je qualifierais dans mon bestiaire à moi, de gros porc. Cette liste MRG infréquentable que Christiane a ardemment fréquentée, avait été montée de toute pièce par Mitterrand - encore lui ! -. Il avait envoyé cet escroc de tapinard dans les pattes de la liste PS conduite par Rocard pour éliminer son rival et meilleur ennemi.

Et pour finir avec le réquisitoire à charge contre elle, il ne faut pas occulter la part considérable, la responsabilité même, qu'elle prit dans l'élimination de Lionel Jospin au premier tour de la présidentielle de 2002. Toujours soutenue par les Radicrus - rouge dehors et blanc dedans, aujourd’hui tout à la dévotion de Friquet à la houppe - elle ne fit que deux et quelques pour cent, mais partagea avec Chevènement - et la mauvaise campagne de Jospin tout de même ! - la présence hallucinante du fasciste J.M.l.P en finale face à un Chichi en érection et en réélection !

D'autres ajouterons à charge, sa participation au gouvernement de Hollande, son action à la Chancellerie et bien entendu le Mariage pour tous. Il s'en trouvera même pour lui reprocher son soutien aux frondeurs du PS et son départ du gouvernement après la loi sur la déchéance de la nationalité. Je n'en serais pas, car cette femme que j'admirais déjà par ces accents de sincérité, d'humanisme servis par une culture et un talent fous, a multiplié à mon sens les actes de courage et de raison.

Bien des faits énoncés sont prescrits et je ne vois en elle qu'une combattante des belles causes qui me préoccupent et auxquelles certains d'entre nous ont tant besoin de croire. Non pas le pouvoir d'achat de ceux qui dépensent déjà trop, ni le petit confort des nantis, ni la semaine au sport d'hiver, mais la mise à niveau d'une qualité de vie, pour ne pas dire de survie des gens qui ne sont rien. Car s'ils ne prétendent pas être autre chose, ils aimeraient bien aussi pouvoir bouffer un peu de temps en temps. Idem pour les petits Africains qui en ont assez de surnager dans ce monde, finissant d'ailleurs bien souvent par couler dans la Méditerranée.

Un autre organe de presse de gauche - et je m'en étonne - prétend dans son édition d'hier que Christiane Taubira partirait dans le bataille sans troupe ! Alors, que Plenel laisse ses journalistes s'exprimer, c'est tout à son honneur et c'est même ce que l'on attend de Médiapart en qui on a confiance, mais enfin, quelle contre-vérité ! Par sa configuration, ses origines et son fonctionnement, la Primaire Populaire est même le plus fort mouvement spontané jamais constaté. Presque 300 000 personnes ont signé et se sont engagés pour soutenir une candidature unique de la gauche. Beaucoup d'entre eux participeront au financement de la campagne et le vote organisé fin janvier pourrait connaître un engouement sans précédant…

Du coup, on comprend mieux l'agitation qui règne, proche bientôt du vent de panique dans le microcosme, car tout pourrait être remis en cause par la parole forte d'une dame qui ne se laissera pas intimider ni décourager par des campagnes dignes de la "une" de Valeurs Actuelles.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran