MANIFS, UNE DIXIÈME DOSE INUTILE !

Dix manifestations consécutives dont les premières ont mis des centaines de milliers de personnes dans les rues en plein été. Voici le genre de performance que seul un président sans expérience, ni fibre populaire et avec une légitimité des urnes toute relative, pouvait réaliser.

D'autant que cela s'est produit en réplique à un mouvement de fond que la France n'avait jamais connu, durant quasiment six mois à partir de novembre 2018. Et c'est à grand coup de démagogie, de promesses bidons et d'incantations que Saint-Emmanuel-les-mains jointes, parvint à rétablir le calme dans la rue. Après avoir sûrement eu rudement chaud aux miches.

Pour les gilets jaunes, en caricaturant un peu, il a suffi d'un panneau de limitation à 80 à l'heure posé par Édouard Philippe ( qui entre ce mouvement et la gestion pitoyable du virus incarna l'incompétence, mais dont Jupiter vient de faire son grand officier de la Légion d'honneur, ça valait bien  ça !) pour embraser tous les ronds points de l'hexagone. Ils furent tenus avec acharnement et non sans héroïsme, par des milliers de gens qui portaient en eux plus d'espoir que quoi que ce soit d'autre à perdre. Le pouvoir ayant joué l'usure, la faim, la matraque et pour finir ... le populisme, la révolte finit par s'éteindre d'elle-même. Mais les petites gens qui sont rentrées chez elles, non sans avoir subi une profonde humiliation, n'en ont pas moins conçu d'amertume et de rancœur.

C'est en partie à ceux-là que le mouvement "anti-passe" doit son succès historique. Historique parce que la présence d'un demi-million de manifestants dans 250 villes, en plein mois d'août, constitue un phénomène jamais observé jusque-là. Vous me direz qu'il n'y avait pas dans la rue des vacanciers de Courchevel, Saint-Raphaël ou des îles grecques. Il s'agissait des exclus de la grande orgie et gabegie touristique dans laquelle on retrouve ces millions de nantis qui crachent aussi bien sur les réfugiés que sur les miséreux.

Alors je vous entends : " Il y avait aussi les fachos de Philippot, les azimutés de Lalanne et de je ne sais quel antispéciste." Exact ! Du reste les médias et le petit monde enchanté de Riquet à la houppe n'ont pas manqué de mettre en exergue ces drôles de spécimens afin de dénigrer l'ensemble du mouvement. Mais ce qui ne cesse de me surprendre et forcément de m'irriter c'est de vivre dans un pays sans cesse présenté comme libre mais où l'on vous impose de vous vacciner - pour protéger ceux qui sont déjà vaccinés -, de porter le masque - pour protéger ceux qui portent le masque et sont aussi vaccinés - ! De mettre autrement dit, le petit doigt sur la couture du pantalon. Des apprentis dictateurs voudraient tester la docilité, la soumission de leurs sujets, ils ne s'y prendraient pas autrement.

Quant à l'obligation de montrer son certificat pour accéder à tous les lieux qu'ils soient récréatifs ou professionnels, cela dépasse l'entendement. Mais lorsque qu'on estime à quelques centaines de milliers seulement, les gens qui se sont ouvertement opposés, on mesure mieux l'inexistence de la réflexion ou en tout cas de la capacité de nos concitoyens à dire non. Le prochain stade est le tatouage d'un QR code sur le bras (ou les fesses) et je vous fiche mon billet qu'il y en aura toujours suffisamment pour justifier la mesure. Et les manifs "Mon corps n'est pas un QR" finiront par s'essouffler comme ils aiment à dire sur BFM et France Info, après avoir été dûment - voire durement - réprimées.

Maintenant, tout en ayant bien conscience que mon avis et mon engagement ne sont pas forcément les bons, je conseillerais notamment aux dizaines de milliers de résistants du "passe" de mettre fin à leurs manifs du samedi. En attendant les prochaines... Car moins ils seront au fil des semaines et plus le mouvement massif et populaire des premiers jours sera occulté, nié même, par les médias qui ne retiendront que "l'essoufflement" dont ils se gobergent et ne tarderont pas à juger que la révolte anti-passe fut un fiasco. Sans compter que lorsque la pandémie prendra fin, le candidat jupitérien et ses toutous vous expliqueront que ce sont eux, avec leurs mesures courageuses et bien comprises par les merveilleux Françaises et les Français, qui ont vaincu le terrible coronavirus.

                          ________________________

Encore berné !

La Suisse enfonce le clou et préfère l'avion de combat F-35 américain, plutôt que notre (trop) cher Rafale. Du coup l'enfant gâté de l’Élysée trépigne et annule son voyage officiel à Berne. Les Helvètes s'en remettront-ils ? En tout cas, le président des riches n'est visiblement pas l'ami des Suisses. Avec de tels fiascos dans nos ventes d'armes, il va falloir envisager l'exportation de patates. Ça tombe bien, il y a de la place dans nos campagnes et elles n'ont jamais tué personne, à part quelques clients invétérés de McDo.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.