LE STEAK DE CÉLERI AU FIRMAMENT DE LA GASTRONOMIE

Le guide Michelin vient d'attribuer sa première étoile à un restaurant végane non loin de Bordeaux. Inutile de préciser que dans le paysage girondin la récompense est différemment interprétée. Si les blondes d'Aquitaine et notamment les adhérentes de la CGT se posent de graves questions sur leur raison d'être, on se frotte les feuilles dans les rangs de batavias

Vous me direz que je suis bien critique. C'est pour faire bonne mesure avec la meute, la horde, la ribambelle, la majorité, la quasi-totalité des Joyeux, des ravis, des bienheureux qui entre Naguy et Piazza, Pernaut et Zemmour, trouvent dans la télévision, aussi bien que dans leur hyper-marché, leur concessionnaire wolksvagen, amazon en ligne et Monsieur Bricolage tous les paradigmes du bonheur. 

Je préciserai néanmoins que si j'aboie abondamment en effet - et n'en suis nullement mécontent - parmi ce concert assourdissant de bêlements harmonisés par les violons de TF1 et de l’Élysée, je ne me plains jamais personnellement. Avec un revenu global de 2 600 euros pour notre foyer, une maison, de quoi manger, du bois pour l'hiver et de l'eau pour l'été, que pourrais-je souhaiter de mieux, à part peut-être un vaccin contre le coronavirus ? 
Nous sommes tellement chanceux mon épouse et moi que c'est pour les autres que je me battrais. Pour que ceux qui ont plus - c'est à dire trop - le rendent, afin que ceux qui ont moins aient autant. Car la voici la seule chose qui compte mes amis, c'est que tout le monde soit heureux. A Saint-Denis et au Soudan comme à Neuilly et en Californie. Vous êtes d'accord avec ça ? Tous ? Je le savais ! Alors comme on fera front ensemble, je vais vous parler d'autre chose. D'un sujet typique de dîner de famille, lorsqu'on attaque le pavé de biche ou le gratiné d'aubergine aux éclats de gingembre. Les véganes. Avant on disait végétariens. Ah non, ceux là sont des faibles, des traîtres, des affamés, des grolards insensibles à la douleur d'une poule lorsqu'elle pond. Criminels ! Non, on disait végétalien. 

La définition du végan est globalement assez simple. C'est un type qui ne bouffe rien et qui a donc énormément de temps pour aller emmerder ceux qui ne font pas comme lui. Après avoir parcouru les forêts à la recherche de chasseurs encore en liberté, inspecté les abattoirs où il eut la vaine de tomber sur quelques timbrés de l'autre bord, fouillé dans quelques jardins en quête de tortionnaires de poules et de lapin, il sondera bientôt vos dents pour vérifier qu'un morceau de bidoche ne s'y planque pas !

Rigolez, rigolez ! C'était mon cas jusqu'à ce que je découvre cette semaine que Michelin, le guide qui à fait Troisgros et même d'avantage : Boccuse, Rebuchon, Daguin et quelques autres poids lourds de la gastronomie, venait d'anoblir une nouvelle toquée. Ona que ça s'appelle. Pour Origine non animale. C'est joli, non ? Et certains me feront remarquer qu'il n'y avait pas de raison de ne pas décerner une étoile à une illuminée ! Mais enfin couronner une végane aux pays du foie gras, de la palombe, de l'huître et des civelles, cela me semble un tantinet provocateur. Au moins ne pourra-t-on plus taxer le guide Michelin de rétrograde et convenu.

Donc, pour le simple plaisir de le lire, je ne résiste pas à l'énoncé de l'un des plats emblématique de l'établissement de curistes : le souffle du colibri. Y a du topinambour confit, de la purée de yuka (au peigne est-il précisé mais ce ne sont pas des pellicules), des chips de champignon, un bon steak de céleri, et du jus d'oseille explosé. Aux abris ! Malgré tout, cela doit être bien tape à l’œil pour séduire les friqués et les bobos qui font semblant de l'être. Comme d'ailleurs un plat concurrent des restaurants normaux étoilés. Et c'est pour ça que c'est hors de prix !

Mais pour finir ce voyage en absurdie, vous accepterez bien une petite collation. Un lait de poule. J'ai appris que les véganes en avaient un à eux. Vous prenez des dattes, des amandes, des abricots secs, l'indispensable bâton de cannelle et quelques autres bricoles. Vous mixez le tout et hop vous obtenez un magnifique lait de poule sans lait de vache ni œuf de poule. Ah ! j'oubliais. Ils rajoutent 10 cl de whisky. 

Et si toute l'explication tenait dans ses 10 centilitres là ! 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.