LA VANITÉ PLUS QUE LA LIBERTÉ

Trente-quatrième sur cent-quatre-vingts, faut reconnaître ce n'est pas exceptionnel mais cela reste honorable. Je parle bien de la France mais pas des pays les plus avancés dans la vaccination ! Non, c'est le classement qui nous est attribué en matière de la liberté de la presse. Et c'est Reporter sans frontière qui s'en charge.

Pour être de la maison, j'aimais bien RSF. Belle cause dont je me sentais solidaire et pourquoi pas, un peu protégé aussi. Jusqu'au jour où l'on s'est aperçu que l'un de ses fondateurs et président de l'association de 1985 à 2008, Robert Meynard était un nationaliste proche des Le Pen, ce qui lui valut hélas de devenir maire de Béziers.

Bon, ça calme ! Mais doit-on pour autant jeter le discrédit sur une profession qui est souvent classée à gauche ? Y a qu'à voir : Elkabach, Mougeotte, d'Ormesson, Salamé, Bouleau, Delahousse, Pujadas et j'en passe !

Trente-quatrième, cela pourrait paraître correct si la France n'était pas le pays des droits de l'homme, de Beaumarchais, Voltaire et Mourousi (non je déconne !). Nous devrions être les premiers avec les pays Scandinaves et d'Océanie. Las, parmi les dérives qui éloignent la France des vertueux de la liberté d'expression, il y a eu évidemment le traitement des gilets jaunes et la fameuse loi "sécurité globale" qui est un scandale que l'histoire retiendra, si on en réchappe !
Mais à côté de quoi, je me sens encore libre même si je publie un blog pas franchement favorable au pouvoir en place et je que je trouve bien en deçà de ce qui se pratique un peu partout, tant ce chef de l’État a le don d'exaspérer et donc de révolter. Alors on doit bien être fichés, voire espionnés, mais n'ayant aucune activité frauduleuse, pas d'escroquerie au fisc, de pédophilie, de terrorisme, ils peuvent bien espionner et ficher... je m'en fiche.

Et je vais même vous étonner, je trouve que la police et la justice du net sont bien indulgents, laxistes ou inopérants à l'égard des résos-socios où s'expriment n'importe qui, affirmant tout et n'importe quoi. Il est incroyable et insupportable que circule en temps réel et par flots continus, des contre-vérités, des insanités, des propos diffamatoires et orduriers en toute impunité et sous le couvert de courageux pseudonymes.

Mais là où, en revanche, nous occupons réellement la trente-quatrième position c'est sur l'objectivité, la sincérité des informations télévisées. Comme au bon vieux temps de De Gaulle et jusqu'à ce que Mitterrand vienne briser les chaînes de la censure, les journalistes TV font unanimement montre d'une servilité insoutenable. C'était vrai du privé, TF1 en tête, puis se furent les chaînes infos mielleuses et redondantes à souhait, rejointes par le Canal de Bolloré (à pleurer quand on sait que la chaîne cryptée fut longtemps le symbole de la liberté de ton) et voici que le service public (France télévisions) a rejoint les cireurs de pompes généralisés du PAF, sous l'autorité d'une Ernotte bien en dessous de la moyenne !

Les opposants, qu'ils soient de la France Insoumise, du Mouvement Anti-capitaliste, les décroissants verts ou pas, les septiques de la vaccinations et tous ceux qui dans un domaine ou l'autre représentent une quelconque contestation en France, sont sous-représentés, parfois même exclus, lorsqu'ils ne sont pas raillés. Alors il reste bien notre bon Médiapart et quelques chaînes auxquelles il parait que Youtube commence à faire la guerre, mais c'est bien en cela que je trouve RSF finalement très indulgent.

Nous ne vivons pas en Chine ou en Russie (enfin méfions nous tout de même des élections 2022 et des conséquences dévastatrices de notre anti-macronisme !) mais enfin nous pourrions au moins rêver d'une télévision qui ne nous salisse pas à ce point les yeux.

En cette année marquée entre autre par le souvenir de Napoléon, on ne peut que méditer sa pensée glaçante : "La liberté n'est un besoin que pour une catégorie peu importante de la population." Et Stendhal de rajouter : "La liberté, les Français ne la comprennent, ni ne l'aiment. La vanité est leur seule passion."

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.