Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

243 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 oct. 2021

GEORGES, JE ME FENDS LA PIPE ! -

Il y a tout juste un siècle naissait Georges Brassens. Et si beaucoup se sont lamentés d'être venu trop tard ou trop tôt dans ce monde, tel n'est pas son cas. S'il sévissait dans les années 2000, des ligues féministe à la République en Marche, on lui imposerait de la fermer. On le lapiderait. Dors en paix, bel homme...

Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Et pourtant j'en ai aimé des chanteurs, des poètes, des interprètes ! Aucune épithète - fabuleux, magique, providentiel même - ne serait à leur mesure. Ni à la mesure de mon admiration et plus encore de ma gratitude.

La plupart des enfants, lorsqu'ils ont l'opportunité, le bonheur de se cultiver, le font à partir de leurs études et de leurs lectures. J'avoue que c'est en absorbant les textes de mes géants du microsillon, les dévorant, les décortiquant, les mastiquant, les ruminant, les ingérant, que je me suis fait mon petit nid culturel et mon immense bonheur.

Mes sources, vous l'imaginez bien, ne posaient pas dans Salut les Copains, elles ne jaillissaient pas, accompagnées de musiques obscènes et de paroles ineptes, des bouches de branleurs mal coiffés en patte d'éléphants, en carton pâte, de Londres, Liverpool ou San Francisco... J'en frémis à l'idée que Johnny ou Mick Jagger eussent pu être mes idoles !

Mais de tous ceux à qui vous avez sûrement pensé - Barbara, Brel, Ferrat, Ferré, Reggiani - c'est tout de même Brassens qui émerge. Il n'y a pas eu une chanson, c'est-à-dire un texte, une mélodie, une manière unique de l'interpréter, qui ne m'ait pas mis en joie.

Un jour, un jeune collègue avec lequel je fis un court bout de chemin me suggéra : "Quelqu'un qui aime vraiment Brassens, ne pas pas être foncièrement mauvais !" J'avais médité cela en le trouvant très juste. Il s'avéra pourtant que l'auteur de cette proposition était un fieffé con ! De la dernière averse évidemment, mais je crains bien qu'il le soit devenu, des neiges d'antan.

Qu'importe ne pas aimer Brassens me semble suspect. Impossible. Quoi que ! Le panurgisme étant devenu un "art de vivre", les braves gens qui n'aiment pas que, l'on suive une autre route qu'eux... n'en seraient pas forcément adeptes. Ce vieil anarchiste - je le traite de vieux alors qu'il s'est barré dès ses 60 piges, soit trois de moins que moi qui suis bien et bon vivant ! - rigolerait, me badinerait et peut-être me rudoierait, s'il découvrait dans mon bureau, ces trois cartes postales achetées à Sète il y a vingt ans, épinglées à côté de moi. 

Sur la première, il caresse son chat sur le ventre et il est écrit :
Selon lui,
Mettre en plein soleil,
Son cœur ou son cul, c'est pareil.

Sur la seconde, il tient sa pipe d'une main fine et ferme :
Au temps où les faux culs sont la majorité,
Gloire à celui qui dit toute la vérité !

Quant à la troisième où il serre fort sa guitare sur fond d'azur :
Gloire à qui n'ayant pas d'idéal sacro-saint,
Se borne à ne pas trop emmerder ses voisins.

J'éprouve une grande considération pour tous ceux qui ont côtoyé Platon, Héraclite et pourquoi pas Descartes, Kant et Nietzsche. J'en connais de près, Grosse et Savidan, je mesure la somme de travail, la mobilisation neuronale, l'investissement cérébral que cela comporte et même si j'admets que les deux ne sont pas incompatibles, je ne les envie pas.

Je ne sais pas si tout est dans tout, mais il y en a assez dans un Brassens. Au moins pour enchanter une petite vie. La mienne. Car chaque fois que m'apparaissait une nouvelle pépite dans le ciel de Sète, il s'agissait d'une fête bien plus proche des bacchanales que des douces nuits de baloche et de barbe à papa sur la place du village.

Ce n'est donc pas la moindre des ironies que celui qui n'eut jamais ni Dieu, ni maître ( ça c'est aussi Ferré mais en plus tourmenté ) puisse compter désormais tellement de fidèles. A la différence près que l'on vénère Georges pour le bonheur qu'il a lancé au vent par poignées de notes et de rimes et non pour ce qu'il aurait été censé faire de miracles et d'oracles. Il eut le talent d'exister - lui au moins, on en est sûr ! - et de tout donner entre douceur et malice, sans rien demander.

Et quand je pense aux mouvements féministes, nationalistes, à la woke et à la cancel culture, tous ceux qui auraient prétendu faire taire Brassens, je me fends la pipe.

Enfin voilà ! il y a un siècle aujourd'hui, Brassens naissait. Il y aura quarante ans de malheur dans une semaine, il mourait. J'ai préféré l'anniversaire de sa naissance. D'autant qu'en aucun cas il n'est mort. Mais je reviendrai peut-être vous en raconter d'autres. Elle est tellement joyeuse, sa compagnie !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le nouveau variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
UE : Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod
Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières