Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

349 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 janv. 2023

Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

Serait-ce le début de Ruffin ?

Que voulez-vous, je suis comme ça ! Plutôt que de me résigner, tirer un trait, passer à autre chose, aller me faire voir railleur, cynique et désobligeant, je préfère guetter tous les frissonnements, voire les bouillonnements, pouvant évoquer une espérance de gauche dans ce pays.

Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est vrai, parfois, j’ai bien envie d’envoyer tout péter, de me foutre de tout - et pas que du PS hollandisé et ravagé - puisqu’aussi bien, je ne suis pour rien dans le dérèglement climatique et les injustices qui frappent les pauvres gens ici et ailleurs, à des degrés divers. Même si par 50 sous abri et au-dessus de zéro, c’est bien pire en Afrique que dans la banlieue de Mulhouse...

Je le disais encore cet après-midi dans une intéressante discussion avec Christian - on va l’appeler ainsi pour ne pas le compromettre -, un type que je ne connaissais que de très loin, bien que voisin et qui, par miracle semble écolo et donc, de gauche. Oui j'ai bien écrit miracle ! Quand tu tombes en Aubrac, sur un mec de gauche - enfin vous voyez ce que j’entends par là, pas un disciple de Hollande ! - tu as intérêt à aller vite remplir une grille de loto. Et tandis qu’il rejetait la faute sur les "politiques" et notamment sur les incartades de Mélenchon, je soutenais moi, que c’était tout de même les électeurs, - le « peuple » dans tout ce qu’il recèle ici de péjoratif -, les premiers responsables. Incapables qu’ils sont, de faire le tri entre les propositions des marquis de « Renaissance » ou d’« Horizon » dont l'obsession est de protéger les nantis en affamant les pauvres et en les faisant bosser plus longtemps et ceux qui, au nom d’une gauche plus radicale, veulent au contraire piller les riches, pour augmenter sensiblement les petits salaires et diminuer leur temps de travail.

Enfin, on s’est mis d’accord, même si Mélenchon demeurait à mon sens un peu trop sa cible, vu que c’est malgré tout lui qui, depuis plus de quinze ans, maintient la flamme d’un courant puissant d’opposition au libéralisme Macronien, même s’il est de fait encore insuffisant. Et là, avec Christian, comme avec tant d’autres, nous nous sommes accordés sur un nom : Ruffin. Et nos yeux se sont enflammés et notre poul, discrètement mais effectivement, à battre plus fort. Et voyez, on va encore nous dire qu’il est incontournable, qu’il régente tout et garde son pouvoir de nuisance, mais c’est Mélenchon lui-même qui à lâché le morceau en évoquant Ruffin : " j'ai un faible pour lui ". Voilà qui tombe bien, nous aussi ! Et même si sans doute, ce sont les événements et la gifle de Quatennens, qui ont orienté sa position. Qu’importe le chemin, pourvu que la destination soit bonne.

Assidu au propos de Méluche - qui selon moi n’est pas seulement comme on l’y réduit souvent, un tribun d’exception, c’est aussi une grande pointure intellectuelle où là, il s’avère extraordinairement séduisant, tout en érudition et en finesse – j’avais bien noté dans l’une de ses interventions, ce message aux prétendants à sa succession : « Voilà ma consigne : faites-vous aimer. Celui ou celle qui sera le plus aimé, il sera naturel qu’on lui dise, allez vas-y  ! " A priori il n’aura donc pas fallu très longtemps pour découvrir celui qui était le plus aimé. 

C’est que Ruffin n’a pas attendu non plus la course à la succession, pour donner de la voix et de sa personne. Journaliste et responsable d’un fanzine picard, il s’est lancé dans la lutte sociale - et un peu des classes aussi, même s’il ne peut trop le concéder-.. Défenseur des opprimés, pourfendeur des fortunés, il s’est attiré les foudres des puissants et notamment du sordide Bernard Arnault, lequel n’avait pas hésité à payer une fortune, un barbouze de Sarkozy, pour l’espionner et tenter de le maîtriser. Cela nous a donnés un légendaire "Merci patron !" Et avec "J’veux du soleil" - en hommage aux gilets jaunes et "Debout les femmes" -en soutien des opprimées de la société du mâle, le député de la Somme - qui ne percevait que l'équivalent du SMIC lors de sa première législature-, est probablement le type de personnage dont nous avons besoin pour rétablir la connexion entre le plus gros des gens de ce pays et la sphère politique. Capable entre-autre, mais c'est essentiel, de sortir les "innocents" des griffes du Rassemblement National. 

Même si c’est, à mon sens, bien trop tôt, l’émergence d’une personnalité aussi remarquable par son engagement auprès des humbles, constitue une nouvelle rafraîchissante et exaltante. D’autant que, de ce qu’il reste des vrais socialistes, aux écologistes éparpillés, en passant par les cocos de Roussel, peut-être même les amis de Besancenot et Poutou, celui-là ne sera pas loin de faire l’unanimité. Bien trop tôt, disais-je car car il va devoir résister quatre ans durant, au pilonnage des socio-libéraux, de la droite et des nationalistes, d’autant plus sauvage, qu’il sera un dangereux prétendant à l’Élysée. Sans compter que l'avenir immédiat, la grande bataille sociale des retraites contre la brutalité libérale, reste confus, flou et posslblement agité. Et le nouveau leader potentiel de cette famille politique subira un test de fiabilité et de solidité dans la fermeté.  

Ce qui me comblerait, c’est que dans le même esprit, le candidat unique de la vraie gauche soit désigné non pas par un appareil constitué de politiciens professionnels et plus ou moins compromis, mais par la base des Français comme avait si joliment tenté de l'imposer la primaire populaire. Ruffin était d’ailleurs celui que j’avais soutenu - avec Clémentine Autain et Christiane Taubira –. Arrivé second, loin devant de Mélenchon, il avait choisi de renoncer à la compétition finale par loyauté -et obligation- envers le candidat Insoumis depuis longtemps auto-proclamé et refusant ce jeu pourtant démocratique.

Mais ne remuons pas le passé, d’autant que l’avenir semble enfin sourire à l’union populaire , écologique et sociale. 

Amen !  

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André