Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

251 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 avr. 2021

UN DÉCOMPTE QUI SENT LE CALCUL

Voici donc plus d'un an, bientôt deux au train où vont les choses qu'on nous décompte les morts, victimes malheureux de la COVID. Cela m'a toujours interpelé, sachant comme tout un chacun que le cancer, l'AVC, le coeur et même la vieillesse tuent ! Alors pourquoi tant de lourdeur au service d'une telle dramatisation ?

Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je sais pas vous, mais moi il m'arrive de me demander si je suis con à ce point ou seulement en avance ? Bref, si ce ne sont pas les autres qui le sont... Comme disait papa, il est indéniable que certains " cas le sont ". Oui parce que je ne sais pas si je vous l'ai déjà dit, mais j'essaie toujours d'alléger ma pratique de la haute philosophie, parfois porteuse de haute-tension lorsque les sujets deviennent électriques et le calembour, qui comme le disait quelqu'un, sont les pets de l'esprit. Mais cela soulage bien parfois.

Con et complotiste... Ce qui est un parfait pléonasme, surtout au regard de ceux qui savent, ont tout compris ! Et je m'engluais dans cette navrante crainte, cette sombre perspective, lorsque mon camarade Alain de Bretagne (enfin de Nantes pour ne pas tout mélanger) m'expédia la courte vidéo en lien ci-dessous. Les propos qui remettent en cause le commerce médiatique de la COVID, n'émanent pas d'un professeur de faculté sénile ou d'une prosélyte amish et anti-vaccin, non ils sortent de la bouche d'André Comte-Sponville. Cela ne vaut peut-être pas la cuisse de Jupiter mais enfin, mérite au moins considération.

Vous le savez je ne suis pas un grand inconditionnel, sans en être le pourfendeur, de nos philosophes. Beaucoup s'écoutent penser, engoncés dans leurs certitudes, abrutis par tout ce qu'ils ont pu lire, assimiler et parfois régurgiter compulsivement, convulsivement. Suffisants, méprisants, déconnectés. Hors sol. Et je ne parle que des vrais, car cela devient d'un ridicule consommé, lorsque c'est un ancien rugbymen qui s'y essaie ou un acteur dans le plus mauvais rôle de sa carrière.

Non mais Comte-Sponville ! Là je dis : pas pareil. Laissez parler Dédé la science. Chaque fois que je l'ai entendu, écouté et surtout compris, je me suis incliné. Et je dis, chapeau pour cet Épicure de rappel. Oui, car c'est l'un des descendants d'une lignée grecque, fort peu portée sur les bondieuseries, mais singulièrement agréable à côtoyer à table. Et comble de plaisir, il s'agit aussi d'un éminent collègue - et disciple - de Marcel Conche, que je suis en train de découvrir grâce à Jean-Claude Grosse du Revest. Il était temps ! le philosophe dordognot fêtera bientôt son premier siècle d'existence. Et il en faut de la philosophie pour s'accrocher à la vie avec une telle constance...

Gonflé, c'est sur l'un des médias privés les plus insupportables (RTL), que le Comte en question est allé dire ce que je rêvais d'entendre. Oui, je sais pas si ça vous l'a déjà fait, mais quand un type censément plus intelligent que vous, sort quelque chose que vous ne cessez de ruminer et parfois de vagir avec nettement moins d'écho, vous vous sentez soulagé !

Mais qu'a-t-il donc dit, dit donc, me demanderez vous un brin impatients ? Eh bien que ce sont les médias (on ne reparlera pas des chaînes merdiques d'info, mais le cœur y est) qui nous pourrissent la vie et pervertissent l'esprit. A entretenir sans cesse cette peur, comme s'il y avait derrière tout ceci d'étranges desseins ! Cette énumération morbide des victimes de la COVID. Et Sponville (c'est commode d'avoir un prénom, un diminutif et deux noms, cela permet d'éviter les redondances) de le dire enfin : " Cela n'a pas de sens de compter les victimes du virus tous les jours. C'est comme si l'on énumérait les cent-cinquante mille morts par cancers, les centaines de milliers de victimes d'AVC, d'infarctus..." et autres maladies nettement moins populaires.

Bref de Macron à Ruth Elkrief en passant par Véran, ils nous les brise-menu dirais-je avec outrance, comme me le reproche non sans un certain toupet, un certain GE que j'aime pourtant... tant. ! Le seul point sur lequel je ne suis pas entièrement d'accord avec André (vous permettez que je l'appelle André ?) c'est que plutôt que de faire sans cesse le procès de la télévision il faudrait commencer par s'intéresser au phénomène hallucinant et totalement flippant de ces millions de connards qui passent le plus clair de leur temps... à la regarder !

https://www.facebook.com/RTL/videos/313738849911695/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Zemmour, un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau