TIKTOK ET CARLITO, ON SENT QUE ÇA VA MIEUX !

C’est sûr, lorsqu’on est un vieux schnock revenu de tout et plutôt sur le départ, il est plus raisonnable et urgent d'en rire. C’est d’ailleurs cette insouciance qui, avec la perte des dents et le port des couches, nous rapprochent le plus de l’enfance. Sans que ce soit forcément plus agréable.

 Donc on tente de se convaincre à chaque pas vers le précipice que rien n’est grave. « Après moi le déluge » se vantait régulièrement Louis XV auquel succéda François Hollande rendu célèbre pour ses interventions publiques sous des pluies diluviennes.
Et pourtant, malgré ce détachement qui frise la désertion, je n’arrive toujours pas à m’y faire. Aux zéros-socios. Fessebouc, touiter et ouatesape qui symbolisent la dégénérescence galopante de la société française. Ce sont d‘ailleurs sur eux que les politiciens modernes se fondent et se reposent entièrement pour espérer l’emporter au prochain coup. Mais on me dit que même là, dans ce profond désespoir désarmé, je suis déjà en retard. On s’est étonné récemment : « tu connais pas TikToks ? » Ben non et comment je le connaîtrais, moi, ce TikToks ? Le tic-tac de la pendule de mémé Cécile, oui je l’ai dans l’oreille et même celui qui rafraîchit l’haleine, je l’ai sur le bout de la langue. Les toc-tocs des résos aussi, mais les TikToks, non. Or justement m’a expliqué le copain, c’est un autre type de résos. Au départ on y montrait de très courtes vidéos éphémères : un petit chaton léchant le bout du nez d’un nouveau né, une gamine exécutant une œuvre de Céline Dion, un chauffeur routier exposant sa nouvelle calandre...

Une stupidité de plus dans un monde stupide, y avait rien de bien rassurant, mais rien de nouveau non plus. Jusqu’à hier où j’ai accueilli, dans un monde délabré, une certaine Estelle Redpill. Ne cherchons pas à savoir qui se cache derrière ces poils rouges. Son vrai nom est sans importance, mais sa jeune renommée est désastreuse. Il paraît que la pétasse est influenceuse. Et quel serait son domaine d’influence ? La politique ! Au secours ! La tiktokeuse assène ses coups sans ménagement. Elle trouve le Rassemblement National trop « gauchiste » et Marine Le Pen « un peu molle » (comme Darmanin en somme). Proche des Identitaires - ces groupuscules de fachos terrifiants - la mignonne de 25 ans qui doit avoir autant de neurones que de poil sous les bras, voue son combat à la lutte contre les migrants et pour le patriotisme. La liberté, la justice, la fraternité et la laïcité, elle s’en tape ! Ce qu’elle veut c’est la pureté de la race. Et pour la défendre, si elle juge que pour 2022 c’est cuit, elle pense déjà à la présidentielle de 2027. Il nous tarde…

Toujours à droite, toujours aussi détestable et qui se veut pourtant tellement plus respectable, nous voici sur youtube avec deux mignons de Macron. Ceux là, ils nous ont achevés ! McFly et Carlito. Des sortes de Hanouna en moins connus. Sans même parler de de Gaulle et sans surestimer Sarkozy, aucun président dit de la République n’aurait eu l’impudeur, l’outrecuidance, l’indécence d’échouer comme vient de le faire celui-ci dans la fange, le purin, l’ignominie de ces deux minables à l’égard desquels nous serions restés cois, consterner et néanmoins indifférents s’ils n’avaient servis de support à la voix de la France.

Mal en point dans les sondages, grillés chez les vieux, démasqués par ses derniers soutiens de gauche et pas totalement débarrassé de quelques réticences à droite, l’illuminé jupitérien s‘enfonce encore dans les bas-fonds de ces démagogies à courte vue mais qui en disent long.

Ce populisme adossé à un jeunisme de bas étage devrait se retourner inexorablement contre lui. Les nouvelles générations ne seront pas fatalement inspirées par ce petit banquier complètement égocentré et les plus mûrs dans toute l’acception du sens, détesteront ces postures puériles et dégradantes.

En sorte que s’il subsiste une grande nébulosité dans ma boule de cristal concernant l’avenir lointain de la TikTok à poil rouge, un brouillard épais sur la réélection de l’entubeur de chez Carlito, je vois plus nettement s’entrouvrir les portes du Palais à une certaine Marine qui ouvre les bras aux bonnes gens comme une Sainte Thérèse de Lisieux.

Elle est tellement plus... rassurante !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.