S.O.S MÉDECINS EN DANGER !

Après la longue léthargie engendrée par la crise sanitaire, on nous promettait une rentrée chaude. Contre toute attente, ce ne sont pas les hausses brutales de l'énergie ou la raréfaction de certains produits qui provoquent les premiers mouvements sociaux, mais le prix de la consultation à domicile...

J'espère que vous n'avez pas été malade ce lundi, car figurez-vous que la fédération des libéraux de SOS médecin, tel un minable syndicat de chemineaux, était en grève ! Pour avoir un jour tenté vainement de trouver un toubib disponible à trente kilomètres à la ronde (moyennant cent euros pour deux enfants), je connais les affres de la souffrance solitaire, d'une crise d'angoisse, voire de désespoir. Mais si vous êtes dotés et honorés d'un tant soit peu de cœur, vous ne pouvez que vous mettre à la place de ces docteurs dont le seul souci, l'honneur hippocratique est de sauver des vies quoi qu'il en coûte... mais dont on abuse désormais en ne leur concédant aucune augmentation de l'indemnité de déplacement bloquée à dix euros !

Ils la trouvent bien légère la consultation à 35 balles les nomades de la médecine, tandis que leurs collègues sédentaires se la coulent douce dans leurs cabinets où leur seule mobilité consiste à aller ouvrir la porte au patient. Il faut le savoir, un adhérent à SOS médecin ne perçoit en moyenne que 85 000 € annuel ! Rendez-vous compte, 7 000 euros par mois ! Bon d'accord, ils sont souvent en couple, mais sans quoi ! Vous avez essayé, vous, de vivre avec 7 000 euros par mois ? Surtout qu'en plus, faut payer des impôts là-dessus ! En gros il ne reste quasiment rien…

Et ils ont raison les appelés au secours, les Saint-Bernard modernes, c'est carrément la disparition de la visite à domicile qui est programmée. Et même la médecine tout court. Parce que pour des sommes à ce point ridicules, qui ira descendre dans les mines des CHU, sacrifiant une décennie durant, leur jeunesse dans des études dont ils sortent éreintés, vieillis de dix ans et avec une espérance de vie réduite de dix ans également ?

Et encore s'ils pouvaient s'installer à Saint-Germain-des-Prés ou à la rigueur dans le Marais ! Mais là encore, pas moyen. Il y en a déjà des dizaines dont la planque est indéboulonnable et les vieux sont tous en bonne santé, y z'ont pas trop travaillé ceux-là et leur pognon ils le laissent plus volontiers chez Fauchon et à la banque Rothschild... Non pour les toubibs de l'année, c'est direct la Seine-Saint-Denis ou pire encore -excusez-moi d'évoquer de telles horreurs qui pourraient heurter les plus fragiles d'entre vous -, Le Creusot ou le Cantal (ce qui reviendrait à faire le 15 dans le 15) !

La fédération d’associations des libéraux SOS Médecins a eu raison de frapper d'un grand coup en se déplaçant encore moins vite que d'habitude. Et comme là je vous sens vraiment touchés de voir ainsi couler une profession terriblement paupérisée, il me semble que nous devrions ouvrir une cagnotte à destination de ces pauvres toubibs. Et qui sait si nous ne pourrions pas éviter, en procédant ainsi, une série de drames. Je pense au déshonneur pour eux de tomber d'un joli Mercedes GLE coupé à un vulgaire GLA, comme ça, de but en blanc ; de se priver peut-être des quinze jours de ski à Crans-Montana, obligés de s'arrêter avec la plèbe aux Ménuires ; de renoncer pour leurs dîners à l'Orangerie ou au Fouquet's pour finir à l'Européen.

Cette grève aura fait l'objet d'un soutien enthousiaste et unanime de toute la population, des aides soignants aux techniciens de surface en passant par les caissiers de supermarchés et professeurs des écoles.

La France n'est jamais aussi belle que lorsqu'elle est solidaire.

                                                                     _____________________________________

Cuisine électorale 

Saint-Emmanuel-les-mains-jointes assiste actuellement au grand raout des chefs cuisiniers. Et il aime ça les chefs ! Faut dire qu'un menu à moins de deux cents balles ça ne lui fait pas frissonner les papilles. Donc à Lyon au milieu de tout ce gratin il est un peu comme chez lui à la Rotonde ! 

Et c'est donc tout naturellement qu'un des convives à je ne sais quelle visite électorale lui a servi un oeuf. Rien de bien méchant.

Heureusement toutefois qu'il ne participait pas au congrès des  granitiers et marbriers...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.