Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

310 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 janv. 2022

L'IRRUPTION JUVÉNILE (NOUVELLE GUERRE DES BOUTONS)

Soixante-dix pour cent des sondés - dont je n'ai jamais eu le privilège d'être malgré mon grand âge - forment un grand cartel des droites libérales et/ou nationalistes. Laminée aussi bien par ses divisions, que ses contradictions et résignations, que risque la gauche à se réunir derrière une candidature populaire issu d'une primaire promue par la jeunesse ?

Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les études d'opinion sont accablantes. Toutes plus ou moins dérivées d'un monopole financier qui n'a d'yeux (et Dieu) que pour Saint-Emmanuel-les-mains-jointes, le confirment les unes après les autres. Et je ne comprends pas que le plus gros du corps électoral se retrouve sur des candidats dont les valeurs sont le pognon (la banquier-président), la nation (le Pen et Zemmour) ou bien les deux (Pécresse). Ces quatre candidats de droite totalisent soixante-dix pour cent des Français qui répondent encore aux questions de l'IFOP et de la SOFRES, mais s'expriment aussi dans les urnes. Et c'est incompréhensible en effet, lorsqu'on perçoit au fond de soi cette évidence que les seuls critères qui devraient prévaloir en cette époque troublée par de lourdes incertitudes, sont le bien-être à sauvegarder en étant soucieux de la nature et de l'équilibre entre les humains.

Pour ces gens qui semblent nous dominer et qui en tout cas nous imposent leur politique, l'essentiel est ailleurs, il est nuisible et destructeur. S'enrichir toujours, quelle que soit la richesse déjà obtenue, aller plus vite, plus loin, plus fort et en avoir une plus longue que celle de son voisin ! Le degré zéro de l'intelligence et de la sensibilité humaine.

Le constat est affligeant, mais est-ce que tout est perdu comme nous l'entendons parfois  et le pensons souvent ? Même si la gamine m'agace par son côté impersonnel et froid, j'avoue avoir une certaine confiance en la Greta Thumberg attitude qui a gagné les toutes dernières générations. Elles partent à l'exact opposé de celles de leurs parents, nos enfants, ces quadras qui ne jurent que par la startup néchion ultra connectée, à l'image de l'icône élyséen. Ils s'aperçoivent, ces gamins, que le profiteur, le gros bourgeois plein de soupe avec sa petite auto et sa grande gueule, a tout saccagé autour de lui, dans le but d'une noblesse et d'une solidarité inouïe : en avoir toujours plus. Cela paraît tellement absurde et dépassé...

Alors oui, je me remets à y croire lorsque je constate que de jeunes militants, dont certains pourraient presque être mes petits-enfants, s'engagent dans un combat citoyen, écologique, social et responsable. Qu'à travers cette Primaire Populaire qui a déjà gagné son premier pari, ils prennent leur destin en main en balayant les vieux partis politiques fossilisés dans leur plus simple appareil, incapables de fédérer et de faire entendre une voix claire, sincère, humaine. Et ne me parle pas d'En-Marche qui prétendait dégommer le système et qui s'y est immédiatement lové en formant le plus grand rassemblement d'opportunistes que la République n'ait jamais produit. J'y ai retrouvé d'anciens sarkozistes, socialistes à la gomme et même quelques communistes, c'est vous dire la force de leurs convictions : se faire élire en profitant de l'appel d'air macroniste. Bel idéal !

Je crois en cette jeunesse, car elle me paraît sensible au discours éthéré de Christiane Taubira qui, si elle était désignée dimanche soir, s'appuierait sur ce socle commun qu'ils ont en grande partie rédigé et qu'elle s'est engagée à tenir. Ainsi l'urgence climatique et de vraies mesures telles que les préconisèrent les membres de la Convention pour le climat, l'urgence sociale avec une augmentation sensible des bas salaires et des coupes drastiques dans les hauts revenus, les changements de mode de gouvernance avec une nouvelle constitution se rapprochant des citoyens pour en finir avec la monarchie Républicaine, peut établir un socle bien plus large de jeunes, néo-votants, mais aussi d'électeurs confirmés ayant abandonné l'exercice démocratique en rase campagne. C'est d'ailleurs dans leur capacité à aller éveiller la conscience citoyenne aussi bien dans les quartiers que les territoires ruraux, tous les deux oubliés, méprisés, que les militants de la Primaire Populaire, pourront espérer remporter leur deuxième pari : aller à l’Élysée !

Ils écouteront Taubira leur parler de tout ce qui peut unir sans trahir, réunir sans calcul et réussir sans exclure. Ce serait un beau chemin que nous aurions à suivre et les jeunes se moqueraient bien que les journalistes en mission et les vieux rivaux de retour et amers, viennent leur rabâcher que la grande dame fut balladurienne et même tapiste et qu'elle fit perdre Jospin en 2002. Nous en avons tous cherché des chemins de vie. Plus jeune, nous avons même fait pipi au lit !

Ce qu'ils entendront c'est la belle voix de quelqu'un qui les engage courageusement sur une autre voie...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB