REFAIRE DE L'HUMANISME LE COMBAT PRIMORDIAL

Mon "cono" de cousin de Montpellier que j'aime presque autant que les champignons qu'il cueille avec ce sens inné des trouveurs que l'on distingue évidemment des chercheurs dans les forêts de Margeride et des Monts de Lacaune, me disait entre les deux tours qu'il était plus à gauche que moi. "Moi je suis de gauche insista-t-il, toi tu es un utopiste."

Oui et alors ? Je le revendique et ne voit pas en quoi ce serait incompatible d'une gauche philanthropique et humaniste, c'est même je crois en partie ce qui l'honore au nom de ce principe selon lequel les causes désespérées sont les plus belles. Jusqu'au moment où elles se réalisent !
Je me sens plus à gauche - même si je me trompe - que toi mon cher cousin qui soutiens Carole Delga. Laquelle refusa de discuter avec les pestiférés de la France Insoumise qui le sont un peu aussi, me semble-t-il, de gauche. Peut-être n'étaient-ils pas assez électoralement corrects, ce en quoi on ne peut lui donner tort ! Mais enfin les idéaux là-dedans...

La réalité c'est que, qu'elle soit de gauche, de droite ou de Macron, la politique est un commerce, un marché de dupes et que tout cela suffit amplement à expliquer, voire à justifier les taux d'abstention historiques, dépassant bientôt ceux des pays totalitaires. On accable plus qu'on ne cherche à les comprendre, les abstentionnistes, de peur de découvrir peut-être qu'ils n'ont pas tort !

Être de gauche à mon avis, ce n'est pas militer pour que les bobos paient moins d'impôts, que les classes moyennes puissent partir en vacances au Maroc et creusent leur piscine comme le voisin.

Être de gauche c'est vouloir et se battre pour que partout, du Pas de Calais, de la Seine-Saint-Denis au Soudan et au Venezuela, tout le monde mange, boive, se lave et se chauffe. C'est contribuer par les témoignages, les rencontres, les appels à ce que toute la planète se mobilise pour l'instauration d'un humanisme mondial. La quête écologique est remarquable, elle est même un exemple à suivre, mais elle est incomplète et même défaillante, si elle n'inclut pas l'exigence sociale à cette prise de conscience.

Et c'est là, quand j'entends nos jeunes se plaindre qu'ils ne peuvent pas aller au restaurant ou s'offrir des voyages que je m'agace : on s'en fout ! Quand tout le monde vivra décemment, dignement, aussi bien chez nous - les étudiants, les intermittents, les précaires de toute espèce -  que partout sur le terre, on pourra alors reparler des sorties au restaurant...


A la lutte populaire !


L'absence de conscience de nos compatriotes, la grande comédie du Front Républicain face au Front National, les records d'abstention et l'effondrement des partis de gauche, nous imposent d'agir et d'investir sur un rassemblement de tous les humanistes, écologistes, internationalistes afin d'exiger et d'obtenir une candidature unique en 2022.
Je vous invite à rejoindre l'une de ces deux structures (ou les deux)

https://primairepopulaire.fr/

https://www.2022encommun.fr/

Le chiffon rouge 

 

Si vos enfants, vos amis, vos voisins ne connaissent pas ce chant de Michel Fugain, hymne à la Révolution des consciences (avant celui de HK "On lâche rien") faites en sorte qu'ils l'entendent et en saisissent le sens. 

https://youtu.be/k5zhoWoiiKw

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.