jacqueline derens
retraitée
Abonné·e de Mediapart

268 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 déc. 2021

Un pas de géant : un vaccin Covid-19 bientôt fabriqué en Afrique du Sud

Si l’accord tacite entre Johnson&Johnson et Aspen Pharmacare se concrétise, le vaccin Johnson sera fabriqué bientôt dans l’usine ultra moderne du géant sud-africain pharmaceutique de Gqueberha et sera distribué dans tout le continent africain. Un espoir pour vaincre la pandémie.

jacqueline derens
retraitée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il a fallu des mois de négociations entre les directions des deux géants pharmaceutiques, du Président Cyril Ramaphosa, de Afreximbank et de l’OMS pour aboutir à cette décision de bon sens face à la fulgurance de l’expansion du virus et ses multiples variants.

 Selon cet accord qui a encore besoin d’être confirmé, Johnson & Johnson accorderait volontairement sa licence à Aspen qui fabriquerait le vaccin dans son usine de Gqueberha et vendrait ce vaccin sous le nom de Aspenovax en Afrique. Ce qui serait tout à fait inédit pour la firme américaine qui n’accorde jamais ses droits intellectuels à une partie tierce.

Le bon sens devant l’inégalité de l’accès au vaccin pour la population africaine a-t-il amené la firme américaine à revoir ses fondamentaux ? Les propos tenus par Adrian Thomas le vice-président de Johnson&Johnson vont dans ce sens « Le taux de vaccination est beaucoup plus bas en Afrique que sur les marchés développés. Sans intervention cette pandémie ne finira pas de manière équitable ».

 L’Afrique importe 99% de ses vaccins et dépend des pays comme l’Inde qui a une capacité de production importante. Quand ce pays a décidé de suspendre ses exportations, l’Afrique a été gravement touchée par cette pénurie. Pour Stephen Saad, PDG d’Aspen, cet accord est un pas de plus vers la possibilité pour l’Afrique d’avoir la capacité de fabriquer ses médicaments et vaccins à des prix abordables.

Aspen est habitué à ce genre de tractations difficiles et à les voir aboutir pour le bien de tous. Il y a plus de dix ans, Aspen avait obtenu un accord de licence volontaire pour la production d’antirétroviraux qui avait permis l’accès à des médicaments à des prix abordables pour les tous les malades du sida.

Cette avancée montre que la fabrication massive de médicaments bon marché est faisable si tous les acteurs jouent le jeu et admettent une fois pour toutes que la santé ne se résume pas à de sordides calculs de profits.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose