jacqueline derens

retraitée

Sa biographie
professeur d'anglais , militante anti-apartheid,l'Afrique du Sud continue à me fasciner ouvrages Nous avons combattu l'apatheid ; DulcieSeptember : une vie pour la liberté ; Femmes d'Afrique du Sud , une histoire de résistance Traduction Les Vierges d'Albanie, étude ethnographique de Antonia Young.
Son blog
98 abonnés Le blog de jacqueline derens
Voir tous
  • Le Président Ramaphosa dans l’œil du cyclone

    Par
    Le rapport sur le rocambolesque cambriolage dans la ferme du Président Ramaphosa risque d’avoir un impact catastrophique pour sa carrière politique, sur la prochaine conférence nationale de l’ANC et les élections générales de 2024. Le pays est suspendu à l’annonce éventuelle de sa démission.
  • Crime et justice : un équilibre difficile dans une Afrique du Sud démocratique

    Par
    Le même jour l’annonce de la libération conditionnelle de Januz Waluś, assassin de Chris Hani et le retour en prison de Jacob Zuma, accusé de corruption, a bouleversé l’opinion publique sud-africaine.  Depuis l’adoption de la nouvelle constitution la loi est la même pour tous. Mais le passé et le présent ne pèsent pas le même poids selon le parcours de chacun.
  • La Commission Vérité et Réconciliation et les victimes de l’apartheid

    Par
    Un fonds de 2 milliards de rands avait été abondé pour payer des indemnités de réparation aux victimes des crimes de l’apartheid que la TRC avait identifiées. Cet argent repose dans les coffres d’une banque plus de 20 ans après la fin de cette commission qui avait pour mission la réconciliation du peuple sud-africain. L’argent est bien gardé, les inégalités se creusent et les victimes meurent.
  • Kusile, la centrale à charbon qui servait de pompe à fric

    Par
    De retard en retard, de scandale en scandale, les centrales à charbon de Medupi et Kusile , n’ont jamais réussi à fournir à Eskom l’énergie nécessaire à l’Afrique du Sud, entrainant délestages et coupures qui plongent régulièrement les habitants et l’économie dans le noir. Les dirigeants ont par contre mené grande vie avec des pot-de-vins somptueux. Mais la fête est finie.
  • Les bourreaux meurent aussi, mais dans leur lit

    Par
    Johan van der Merwe, dernier chef de la police de l’apartheid est mort le 27 août dernier, sans jamais avoir été puni pour les crimes commis sous ses ordres. Sa carrière de policier a atteint son apogée entre 1990 et 1995, la période la plus meurtrière de l’histoire de l’Afrique du Sud, quand tout pouvait basculer dans la guerre civile