jacqueline derens
retraitée
Abonné·e de Mediapart

275 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 janv. 2022

Un cercueil de bois contre un costume Versace

Les funérailles de l’archevêque Desmond Tutu à peine finies, un incendie ravageait le Parlement sud-africain. Jamais la presse n’avait consacré autant d’articles à la mort d’un des géants de la lutte contre l’apartheid, à part celle de Nelson Mandela, qu’il fallait relater vite l’incendie du parlement. Deux symboles de l’histoire sud-africaine.

jacqueline derens
retraitée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jamais autant d’éloges n’auront accompagnées la disparition d’un homme qui fuyait les honneurs et la pompe du pouvoir pour rester près des siens et partageait leurs souffrances et leurs espoirs. Desmond Tutu, l’homme d’Eglise, fidèle à sa foi, fidèle à la charité chrétienne qui dit que l’on doit aimer son prochain comme soi-même, que l’on doit aider les pauvres et respecter la dignité de tous.

 Au pays de l’apartheid, c’était un combat quotidien pour qui n’avait pas une peau couleur de lis et où le moindre soupçon de métissage vous envoyait dans la mauvaise case : non-blanc. Dès la naissance chacun savait à quoi s’en tenir et toute révolte était réprimée sans pitié. Mais aucun régime, aussi totalitaire soit-il n’ a réussi à détecter les petits fissures par lesquelles la colère populaire finit par ouvrir des brèches de plus en plus grandes qui font écrouler les murs de l’arrogance des nantis.

Desmond Tutu savait trouver la faille, s’y glisser, l’agrandir pour faire passer des foules qui le suivaient pour dire leur soif de justice. Celui qui croyait au ciel, voulait aussi que la vie sur terre ne soit plus un enfer pour le pauvre et l’opprimé. L’homme d’église avait toute sa place dans les luttes pour la dignité de tous. A part l’Eglise réformée hollandaise, toutes les églises ont participé à la lutte contre ce régime, et même au sein de cette église qui attendra son synode de 1986 pour admettre que l’apartheid était un péché, des hommes courageux comme Bayers Naudé avait rejoint, bien avant cette date, la lutte contre le régime d’apartheid. Le document Kairos (l’heure est venue) de septembre 1985 était une invitation lancée par des hommes d’église à tous les chrétiens à rejoindre la lutte et un appel à la solidarité internationale pour mettre fin à un régime tyrannique. La force de Desmond Tutu est d’avoir été un rouage essentiel de ce rassemblement et de n’avoir jamais failli à dénoncer ce qui lui paraissait mauvais et contraire à cet engagement.

Aussi quand l’ANC remporta les premières élections libres, que Nelson Mandela devint le premier président noir du pays, que les proscrits d’hier prirent en main le pouvoir, la tentation fut grande de vivre dans l’opulence et le luxe qu’ils estimaient comme un dû. Quand un responsable de l’Anc, à qui on faisait remarquer la marque de luxe de ses chaussures, répondit « Je ne me suis pas battu pour être pauvre », on avait compris que le « gravy train » allait remplir les assiettes de ces dirigeants jusqu’à l’écoeurement.

On connaît la suite : scandale des pots de vin pour l’achat de matériel militaire dès 1999 ; scandale du mariage d’une fille Gupta avec l’utilisation d’un aéroport militaire pour recevoir les invités ; scandale de la résidence de Jacob Zuma ; scandales des enveloppes, et sacs Vuitton pour les glisser discrètement, distribuées par les frères Gupta ; scandales des dépenses somptuaires aux frais du contribuable.

La Commission Zondo vient de remettre son premier rapport au Président Ramaphosa et ce rapport est public. Chargée d’enquêter sur le mécanisme de la capture de l’Etat par des individus sans foi, ni loi, les 800 pages de ce rapport démonte ce mécanisme, nomme les responsables de ce pillage des ressources de l’état et fait des recommandations. On y apprend que celui qui était en charge des impôts n’était qu’un escroc conseillé par la compagnie de conseil Bain& Company , que la responsable de la compagnie aérienne SAA, amie de Jacob Zuma, a coupé les ailes de la compagnie dont elle avait la responsabilité en détournant des fonds, que les comptes falsifiés et les fausses factures alimentaient les comptes de sociétés bidons, etc. etc. etc.

Pendant que ces nouveaux riches se pavanaient dans leurs somptueuses limousines, les pauvres devenaient plus pauvres, la violence devenait la réponse à la misère, l’espérance d’une vie meilleure un rêve qui s’évanouissait, les jeunes n’avaient plus pour modèle que les chefs de gangs dont l’honneur se gagne et se garde à coup d’armes généreusement fournies par des policiers véreux.

Le Président Ramaphosa est maintenant au pied du mur ; il lui faut agir contre les coupables et prendre des mesures pour regagner la confiance populaire qui a gravement fait défaut à son parti aux dernières élections. L’incendie du Parlement, quelles qu’en soient les causes, prend une valeur symbolique après la disparition de l’Archevêque du Cap.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage en comparution immédiate.
par Feriel Alouti
Journal — Politique
Violences conjugales : le jugement qui condamne le candidat LREM Jérôme Peyrat
Investi par la majorité présidentielle malgré sa condamnation pour violences conjugales, l’ancien conseiller d’Emmanuel Macron continue de minimiser les faits. Mais le jugement rendu en septembre 2020 par le tribunal correctionnel d’Angoulême note que Jérôme Peyrat a « adapté sa version » aux stigmates, physiques et psychologiques, constatés sur son ex-compagne, ayant occasionné 14 jours d’ITT.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat