jacqueline derens
retraitée
Abonné·e de Mediapart

280 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 mars 2022

BRICS, Ukraine et Nations unies

Brésil, Russie, Inde, Chine un assemblage de géants, imaginé par un économiste de Golden Sachs en 2001, qui voyait dans ces pays émergents les futurs géants économiques mondiaux. L’Afrique du Sud, un nain économique, a cru bon de s’y associer en 2009. La guerre en Ukraine fait voler en éclats cet attelage bancal et le retour du chacun pour soi s’affiche aux Nations unies.

jacqueline derens
retraitée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En 2009, la Russie, représentée par Dmitry Medvedev, la Chine par Hu Jintao, l’Inde par Manmohan Singh et le Brésil par Lula da Silva se rencontraient en Russie pour leur premier sommet. L’Afrique du Sud a alors montré son intérêt pour ce groupe de pays qui pouvait offrir une vision du monde différente. En effet la déclaration des quatre pays appelait « à un ordre mondial plus démocratique et multipolaire, basé sur le droit international, l’égalité, le respect mutuel, la coopération, l’action coordonnée et la prise de décision collective de tous les Etats » et aussi « la réforme complète des Nations unies ».

Texte resté sans effet, car ni la Russie, ni la Chine, membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies n’ont apporté le moindre soutien à l’Inde ou au Brésil et plus à tard l’Afrique du Sud à leur aspiration à devenir membres permanents d’un Conseil de Sécurité élargi. Pourtant l’Afrique du Sud, nain économique, mais auréolé de sa victoire sur le régime d’apartheid, et nouvelle et ambitieuse démocratie, devint membre officiel du groupe, qui de BRIC est devenu BRICS.

En 2014, pourtant, quand l’Assemblée générale des Nations unies condamna l’annexion de la Crimée par la Russie par une résolution approuvée par 100 pays, l’Afrique du Sud choisit le camp des abstentionnistes. La semaine dernière, l’Afrique du Sud a encore choisi l’abstention alors que 145 pays votaient pour la condamnation de l’agression de la Russie contre l’Ukraine et 38 abstentions.

Un vote qui pose question puisque l’Afrique du Sud avait condamné l’agression russe dès le 24 février par la voix de sa ministre des affaires étrangères. Les contorsions diplomatiques pour expliquer ce retournement ne sont guère convaincantes sauf à retenir que l’Afrique du Sud ne veut pas froisser un allié économique de poids aujourd’hui et préserver pour les plus anciens le souvenir du soutien de l’Union soviétique à la lutte de libération. Dans la situation actuelle cela semble plutôt un faux pas qui ne va redorer le blason bien terni de l’ANC. La condamnation de l’invasion russe est largement soutenue par l’opinion publique sud–africaine, horrifiée comme les autres par les morts de civils, les destructions massives et les  conditions de vie épouvantables des populations.

L’ambassadrice de l’Afrique du Sud aux Nations unies a expliqué que son pays, bien que très inquiet des implications humaines et économiques du conflit, trouvait que la résolution « ne crée pas un climat propice à la diplomatie, le dialogue et la médiation » et qu’un rôle plus important doit être donné au Conseil de sécurité et au Secrétaire général des Nations unies.

L’ambassadrice de l’Ukraine en Afrique du Sud a exprimé sa consternation devant ce vote et a proposé à l’Afrique du Sud d’utiliser la voie diplomatique pour faire pression sur la Russie pour la création de couloirs humanitaires pour l’évacuation des civils. « La voix forte de l’Afrique du Sud doit se faire entendre maintenant, non pas aux Nations unies, mais au niveau bilatérale avec la Russie, pour sauver des vies ». Elle a aussi exprimé son inquiétude pour les16 000 étudiants africains qui sont dans une situation dramatique en Ukraine et pour les ressortissants ukrainiens bloqués à l’étranger en particulier ceux qui se trouvent en Afrique du Sud.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot
Journal — Histoire
Le docteur est-il encore en vie ?
Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de notre série.
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi
Journal — Amérique du Sud
En Équateur, victoire en demi-teinte pour les autochtones après 18 jours de lutte
Un accord a été conclu jeudi entre le gouvernement et les responsables autochtones, à l’issue d’une longue grève générale, pour réclamer de meilleures conditions de vie. Dans la capitale Quito, la « Casa de la Cultura » (Maison de la culture) a été un endroit clef du mouvement.
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa