Non merci pas de titane, nous préférons les requins !

Une équipe de  huit nageurs va parcourir 22 kilomètres le long de la côte sauvage protégée du Pondoland, dans la province du Cap oriental en Afrique du Sud, pour empêcher un projet minier de détruire un écosystème fragile.

Les nageurs vont aller de Mzamba à l’estuaire de Mthentu, près du village de Xolobeni dont les dunes sont convoitées par un géant minier australien qui a détecté du titane et autres minerais précieux, utilisés dans l’industrie pour leurs qualités uniques.

Les habitants du village sont divisés entre ceux qui voient dans ce projet minier la promesse de  création d’emplois et un retour en royalties, et ceux qui veulent préserver leur façon de vivre, leur faune et leur faune tout en développement l’écotourisme.

 L’affrontement a déjà fait un mort et les opposants au projet minier sont victimes de harcèlement et de menaces de mort. En novembre 2018, un tribunal avait donné raison aux habitants contre la compagnie minière et le ministère des mines d’Afrique du Sud, en faisant valoir que la licence d’exploitation ne peut  pas être accordée sans l’accord de la communauté où se trouve le gisement minier, ce que conteste le ministère qui a fait appel.

Le défi des huit nageurs, The Wild Swim, se déroulera sur cinq jours d’une manière symbolique entre le 27 avril, date des premières élections libres en 1994 et le 1ermai, la Fête du travail, deux jours chômés en Afrique du Sud. Les requins, les méduses géantes sont abondantes dans ces eaux, mais le nageur  Stanley Kozlowski, qui n’en est pas à son coup d’essai, affirme qu’il craint « les Requins, les joueurs de l’équipe de rugby, mais pas les animaux », et les  mouches bleues sur la côte sont pour lui un souci plus important que de croiser un requin dans l’eau!

 Stanley Kozlowski et les sept autres nageurs sont tous des nageurs expérimentés, habitués des eaux froides et fervents défenseurs de l’environnement marin. Ils espèrent pouvoir collecter 250 000 rands pour un projet d’écotourisme respectueux du milieu maritime.

Source : GroundUp 31 March 2019    Luke Riley

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.