jacqueline derens
retraitée
Abonné·e de Mediapart

288 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 août 2022

jacqueline derens
retraitée
Abonné·e de Mediapart

Inégalité, violence, changement climatique : les femmes ont des solutions

Le 9 aout 1956, 20 000 femmes sud-africaines se rassemblaient devant le siège du gouvernement à Pretoria. Noires, blanches, indiennes, métisses ont chanté d’une même voix pour dire leur détermination à se faire entendre. Aujourd’hui, les mots et les chiffres pour parler des inégalités, de la violence sont devenus rengaines sans solutions. Des solutions il y en a, mais en écoutant les femmes.

jacqueline derens
retraitée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une grande lassitude semble envahir les pages de la presse sud-africaine à la vieille de la journée nationale des femmes. Les mêmes mots répétés depuis plus de trente ans ne sont que chimères, confrontés à la dure réalité vécue par les femmes. Un viol collectif vient de rappeler que le corps des femmes ne leur appartient toujours pas.

Huit femmes ont été violées par un gang de zama-zamas, ces mineurs illégaux et très souvent étrangers. La police a arrêté 80 d’entre eux. Aussitôt l’attention s’est portée sur ces présumés coupables, doublement coupables puisque violeurs et étrangers et les victimes ont été vite oubliées ! Pourtant les statistiques sont accablantes : 42289 viols et 7749 agressions sexuelles ont été enregistrés par la police sud-africaine pour la période 2019/2020

Ce n’est pas non plus en proposant la castration chimique comme vient de le faire la Ligue des femmes de l’Anc que le problème du pouvoir des hommes sur les femmes sera résolu.

Comme le fait remarquer Amanda Gouws, dans son article, cette solution est non seulement contraire à la constitution sud-africaine et vise à supprimer des « monstres » alors que le viol est systémique dans la société et concerne toute la société. De plus le viol n’est pas l’expression d’un désir sexuel, mais l’expression d’un désir de puissance qui cherche à détruire la victime. Faut-il rappeler que le viol à l’aide d’un objet, bouteille ou bâton, a été une pratique courante pour torturer des prisonnières politiques ? https://www.dailymaverick.co.za/opinionista/2022-08-07-womens-day-2022-just-another-day-on-the-island-of-lord-of-the-flies/

Non seulement le corps des femmes reste à la libre disposition des hommes, mais le changement climatique affecte plus directement les femmes africaines dans leur vie quotidienne.

Dans les zones rurales, les femmes cultivent souvent encore des terres dont elles n’ont pas la propriété. De ce fait, elles ne peuvent pas avoir accès aux subventions pour l’achat d’outils ou de semences. L’eau reste toujours la corvée des femmes et des filles et en période de sécheresse ce sont elles qui portent tout l’impact du manque d’eau sur les récoltes.La pénurie alimentaire touche en premier lieu les femmes enceintes, leurs nouveaux -nés et les très jeunes enfants et contribue aussi à raviver les violences genrées. Faire la cuisine avec du charbon de bois affecte les voies pulmonaires et aggrave les symptômes des comorbidités.

Il existe pourtant des solutions car ces femmes qui pratiquent l’agriculture de subsistance ont acquis un immense savoir. Elles ont des solutions pour s’adapter aux variations climatiques. Elles savent comment économiser l’eau, adapter les cultures et produire plus à moindre coût.

En conclusion d’une conférence consacrée à l’impact du changement climatique sur les femmes, une intervenante a été très claire : « En tant que femmes, nous pouvons proposer des solutions parce que nous connaissons nos besoins. Nous devons nous assurer que nous soyons partie prenante des décisions prises pour affronter le changement climatique. Rien ne doit se faire sans nous »

Plus que de discours creux, de programmes rarement mis en oeuvre ou de compassion un jour par an, les femmes sud-africaines ont besoin d’être écoutées, entendues et comprises tous les jours.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac