jacqueline derens
retraitée
Abonné·e de Mediapart

265 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 août 2014

Quand les femmes sud-africaines marchaient sur Pretoria

jacqueline derens
retraitée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 9 août 1956, 20 000 femmes sud-africaines venues de tout le pays se sont réunies dans les jardins entourant les bâtiments du gouvernement pour accompagner leurs dirigeantes qui déposaient des milliers de pétitions collectées pendant près d’un an pour demander l’annulation de la loi imposant aux femmes noires le port du « pass ». Cette date est devenue la journée de la femme sud-africaine, mais au-delà de la commémoration que signifie être femme aujourd’hui en Afrique du Sud ?

 Les femmes sud-africaines ont toujours était au cœur de la lutte contre le colonialisme et le régime d’apartheid pour la simple raison qu’elles en étaient les principales victimes. Victimes de l’oppression d’une société patriarcale en tant que femme, victimes de l’exploitation d’une société capitaliste et victimes de l’oppression raciste, elles ont vite compris la nécessité de mener de front, ensemble, une lutte contre cette triple oppression.

La Charte des Femmes fut adoptée le 17 avril 1954  à l’issue de la conférence fondatrice de la Fédération des Femmes Sud (FSAW). Elle a pour préambule ces mots prémonitoires d’une Afrique démocratique, non-raciale et non-sexiste : « Nous femmes d’Afrique du Sud, épouses et mères, Africaines, Indiennes, Européennes et Métisses déclarons notre objectif de combattre pour l’abolition de toutes les lois, règlements, conventions et coutumes qui nous discriminent en tant que femmes, et qui nous privent de l’accès à nos droits fondamentaux, aux avantages, responsabilités et opportunités que la société offre à toutes les autres sections de la population ».

Bien avant que la notion de « nation arc-en-ciel » devienne un slogan galvaudé, elle lui avait donné corps en réunissant 20 000 femmes devant le gouvernement à Pretoria. Francis Bard, une syndicaliste et une militante de l’Anc décrit ce moment mémorable. « Toutes les femmes étaient silencieuses. 20 000 femmes debout là, certaines avec leurs bébés sur le dos, et si tranquilles, aucun bruit, attendant. Quel spectacle si calme, et tant de couleurs, beaucoup de femmes en vert, jaune et noir (les couleurs de l'ANC) et les femmes indiennes dans leurs saris chatoyants ! Alors Lilian Ngoyi a commencé à parler. Elle a dit que le Premier ministre n’était pas là et qu’il avait eu trop peur de nous voir, mais que nous avions laissé les pétitions pour qu’il les voie. Alors, nous sommes restées debout en silence pendant une demi-heure.Toutes, le poing levé, silencieuses, à peine si les bébés pleuraient. Pendant une demi-heure, nous sommes restées là, sous le soleil. Pas un son. Juste l’horloge avec son tic-tac. Et puis Lilian a commencé à chanter et nous avons toutes chanté avec elle. Je n’oublierai jamais ce chant que nous avons chanté. C’était un chant écrit spécialement pour cette occasion par une femme de l’Etat Libre. Les paroles étaient comme ça : " Toi, Stridjom, tu as touché aux femmes, tu as déplacé un rocher, tu vas mourir ! "

En 1990 quand les négociations commencent entre le gouvernement de l’apartheid et l’Anc et ses alliés, les femmes savent ce qu’elles veulent voir inscrit dans la nouvelle constitution. La Coalition nationale des Femmes en 1992 regroupe  soixante organisations et huit coalitions régionales. Les discussions sont intenses, les idées fusent pour inscrire la question des femmes dans la construction d’une Afrique du Sud nouvelle.  Deux femmes font partie de l’équipe des négociateurs pour l’ANC : Ruth Monpati, une figure respectée de l’Anc, et une jeune militante Cheryl Carolus. Le résultat n’est pas parfait et on peut discuter à l’infini des concessions faites par le mouvement de libération, mais au moins la constitution sud-africaine inscrit dans son préambule que le pays est « une démocratie unie, non-raciale et non sexiste ».

Vingt ans après les premières élections démocratiques, où les femmes ont imposé le mot d’ordre « une personne, une voix », les femmes sud-africaines sont bien représentées au plan politique : 43% des députés sont des femmes, des femmes sont ministres, ambassadeurs, une femme sud-africaine est à la tête de l’Union africaine. Ces femmes font partie de l’élite politique, mais font-elle avancer mieux que les hommes les revendications liées à la place des femmes dans la société sud-africaine ?

A la lecture des statistiques, on ne peut que constater qu’elles sont toujours dans leur grande majorité au bas de l’échelle sociale. Elles forment les cohortes de pauvres qui vivent d’emplois précaires et mal payés : domestiques, ouvrières peu qualifiées dans l’industrie, employées saisonnières dans l’agriculture. Les femmes n’occupent qu’une  place très mimitée dans la direction et l’encadrement des entreprises.

Il existe une législation abondante concernant les droits des femmes travailleuses, des structures dédiées aux questions de genres, mais trop de femmes ignorent encore leurs droits à des congés maternité ou parentaux, à un salaire minimum et des horaires de travail réglementés si elles sont domestiques. Le Cosatu a pris l’initiative de faire campagne pour que ces droits soient mieux connus et mieux appliqués.

Les violences faites aux femmes, les meurtres les plus sauvages, les viols alimentent la chronique quotidienne des faits divers dans les journaux. Du viol d’un bébé, à l’éviscération d’une jeune femme après un viol, en passant par les viols collectifs des lesbiennes, l’horreur est sans limite. Pourtant le gouvernement, les syndicats, les associations civiles et religieuses mènent campagne après campagne pour dénoncer ce fléau et venir en aide aux victimes. L’affaire Pistorius serait d’une banalité navrante si ce n’était la notoriété de l'accusé.

Une jeune femme noire, anonyme, surnommée Braveheart qui s’est dénudé, puis a marché lentement, sans dire un mot, autour de la statue en bronze de Nelson Mandela dans un quartier chic de Johannesburg vient de défrayer la chronique. Son geste symbolique a été interprété par des féministes comme un appel à la protection du corps des femmes livrés à la violence.

Les commémorations vont se succéder et  rappeler les grands moments de la lutte qui ont vu les femmes se tenir aux avant-postes de la lutte de libération.  Mais la consigne donnée par le Ministère de la culture et des arts, aux femmes de porter un fichu noué sur la tête, le doek traditionnel, semble pour bien des féministes un symbole dérisoire pour affirmer la plénitude des droits des femmes et une confusion entre le sens politique des luttes des femmes pour leurs droits et le « doek » qui affirme la féminité de celle qui le porte. Le chemin est encore long pour atteindre les objectifs affirmés par la Charte de 1954 et réaffirmés en 1994 avec l'avénement d'une Afrique du Sud nouvelle.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La candidate du PS et le candidat de la Remontada à la présidentielle ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille