Le beurre et l’argent du beurre ou comment écrémer l’argent public sud-africain

La Commission Zondo qui enquête sur les malversations qui ont permis à Jacob Zuma, la famille Gupta et leurs cercles rapprochés de vider les caisses de l’Etat à leur profit, a entendu les victimes et témoins du scandale de la laiterie Estina du village de Vrede dans la province de l’Etat libre. Le dirigeant était alors Ace Magashule, aujourd’hui secrétaire général de l’ANC.

L’affaire a commencé en 2012 quand au prétexte fort louable de permettre à des petits fermiers noirs d’avoir terre, bétail et matériel, 4000 hectares de terre municipales furent alloués, sous l’autorité de Mosebenzi Zwane, alors responsable de l’agriculture de la province, sans autre forme de procès, à la compagnie Estina, c’est à dire à la famille Gupta.

 Selon un témoin, Adrian Basson, un fermier blanc appelé pour l’entretien du matériel destiné à la laiterie « le projet était foutu dès le début ». Il fit remarquer que les pâtures n’étaient pas propres à nourrir des vaches, mais tout juste des moutons, en voyant des vaches aux côtes saillantes. Il avait vu juste puisque près de 200 vaches sont mortes de faim sur les 500 que comptait le cheptel initial. Les responsables de l’exploitation n’avaient pas la moindre idée de la gestion d’une exploitation agricole.

 Quand des éleveurs noirs qui voyaient la gestion catastrophique  d’un projet qui aurait du leur être bénéfique, ont commencé à poser des questions, ils ont été menacés de mort par les sbires de Zwane et d’ailleurs plusieurs ont été tués. Mais jamais aucun n’avait été entendu par la médiatrice (Public Protector), Bisisiwe Mkhwebane, aujourd’hui accusée de collusion avec les Guptas et fidèle de Jacob Zuma, qui avait saboté  le dossier sur le scandale Estima au point que certains parlementaires ont posé la question de savoir si elle était apte au poste que lui avait confié le Président Zuma.

 De fait le projet de laiterie était devenu une vache à lait pour la famille Gupta qui n’avait pas hésité à soutirer la coquette somme de 30 millions de rands pour couvrir une partie de l’extravagant mariage d’une fille de la famille à Sun City en 2013. Ce n’était que le premier jet d’une traite de quelque 280 millions de rands d’argent public versés dans les poches de la famille Gupta et ses amis. Aucune des ses transactions n’auraient pu se faire sans la complicité de ministres du gouvernement Zuma.     

 Dans un livre  au titre éloquent Gangster State, Unravelling Ace Magashule’s Web of Capture, le journaliste P.L Myburg, démonte les mécanismes qui ont permis le pillage des ressources de l’état sud-africain par une équipe autour de Jacob Zuma et ses fidèles au sein de son gouvernement et ses amis Guptas. Le livre n’est pas traduit en français.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.