jacqueline derens
retraitée
Abonné·e de Mediapart

288 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 déc. 2021

jacqueline derens
retraitée
Abonné·e de Mediapart

Shell et les baleines à bosse

La compagnie pétrolière n’en est pas à son coup d’essai sur la terre sud-africaine. Après les violations de l’embargo pétrolier au temps de l’apartheid, la prospection dans le Karoo pour les gaz de schiste, Shell s’attaque aux océans. Sur la côte menacée, manifestions et pétitions se succèdent avec un mot d’ordre : Shell can go to hell !

jacqueline derens
retraitée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Shell va prospecter à 20 kilomètres de la côte des provinces du Cap oriental et du Kwazulu-Natal, sur une superficie de 6000 km2 entre 700 et 3000 mètres de profondeur à la recherche de réserves d’hydrocarbures. Le navire Amazon Warrior va faire les recherches à partir du mois de décembre 2021 et pendant quatre à six mois en faisant des sondages sismiques assourdissants. Scientifiques et défenseurs de l’environnement craignent des conséquences désastreuses pour les baleines, dauphins et toute la vie marine de ces eaux et de la côte qui les borde.

 Les baleines à bosse fréquentent la baie de Zavora tout au sud du Mozambique pour s’accoupler et mettre bas, après avoir quitté les eaux froides de l’océan antarctique. Le spectacle d’une baleine donnant naissance à son petit est unique, tout comme le passage des baleines pendant les mois d’aout, septembre et octobre au large des côtes sud-africaines. Les baleineaux n’ont que quelques mois pour apprendre à devenir autonomes avant la grande migration vers les eaux froides. Pendant leur apprentissage ils communiquent avec leurs mères par de légers bruits. Le bruit des détonations de la prospection pourrait perturber cette communication et les désorienter.

 Le responsable de Shell South Africa, qui a grandi près de cette côte sauvage, affirme que si cette prospection était néfaste ou dangereuse, Shell ne la ferait pas. « Nous devons coexister avec la nature et chez Shell nous faisons de notre mieux pour ne pas faire de mal à l’environnement ». Sauf qu’en mars 2011 Shell avait l’intention d’explorer puis d’exploiter les immenses réserves de gaz de schistes du Karoo, une région semi désertique avec une flore et une faune unique au monde, en utilisant la fracture hydraulique. Shell avait juré qu’après cette exploitation, la compagnie quitterait le Karoo en meilleur état qu’il l’avait trouvé en arrivant et que cette industrie permettrait la création de 700 000 emplois. La mobilisation populaire pour dénoncer ce projet et les efforts des associations et de leurs avocats avaient d’abord obtenu un moratoire, puis l’abandon du projet.

http://renapas.rezo.net/spip.php?article569

http://renapas.rezo.net/spip.php?article658

La mobilisation contre l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures dans l’Océan Indien n’est pas sans rappeler la mobilisation des militants anti-apartheid néerlandais qui avaient initié le boycott de Shell. Dans les années1980, le régime d’apartheid avait un besoin impératif de pétrole pour alimenter son industrie et de carburants pour son armée et sa police. Pour faire face aux sanctions globales et obligatoires votées par les Nations unies, le géant pétrochimique Sasol avait fabriqué de l’essence à partir du charbon, une méthode déjà utilisée par les Nazis pendant la seconde guerre mondiale. L’Afrique du Sud regorgeait et regorge toujours de réserves de charbon, mais ignorait à l’époque l’existence de réserves de gaz et de pétrole au large de ses côtes. Total, Elf à l’époque, Exxon, BP avaient aussi allégrement violé les sanctions onusiennes pour voler au secours du régime d’apartheid sans aucun état d’âme. Toutes les actions pour isoler le régime d’apartheid et exiger l’application des sanctions faisaient partie de la stratégie de l’ANC et toutes les actions des mouvements anti-apartheid allant dans ce sens étaient fortement encouragées par le mouvement de libération, sans compter l’attaque menée par ses militants en Afrique du Sud contre la raffinerie de Sasol en mai1980 et celle contre un dépôt de Shell en juin 1981.

Aussi la déclaration de l’actuel ministre des ressources minières et de l’énergie, Gwede Mantasha comparant le militantisme contre Shell à une « forme d’apartheid et d’un colonialisme d’un type spécial » parce qu’il s’opposerait au développement économique du pays, à la création de richesses, à la création d’emplois a beaucoup choqué, comme son affirmation que la défense de l’environnement contenue dans la section 24 de la Constitution est garante de son application.

https://www.dailymaverick.co.za/article/2021-12-10-mantashe-calls-environmental-activism-colonialism-and-apartheid-of-a-special-type-amid-opposition-to-shell-wild-coast-survey _

L’industrie minière est un pilier de l’économie sud-africaine, la présence massive de charbon a conduit à la création de centrales thermiques qui ont certes fourni l’électricité dont le pays avait besoin à bas coût, mais sans tenir compte de la pollution des sols dans des régions entières, des maladies liées à l’extraction minière et sans compter les accidents mortels. Aujourd’hui les enjeux sont tout autres. Lutter contre le réchauffement climatique, encourager la transition énergétique vers des formes d’énergie moins polluantes exigent un courage politique qui semble faire défaut au gouvernement actuel et qui contredit les engagements pris à la dernière conférence sur le climat. Shell, comme les autres multinationales du pétrole, disposent de moyens de pression sur les gouvernements qui dépassent de loin la force des manifestations pour la défense des baleines à bosse. Sauf que la défense de la planète prend de l’ampleur et que l’opinion publique n’a pas dit son dernier mot.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Les Français désertent le grand écran, le septième art broie du noir
Affecté par la baisse plus forte que prévu des fréquentations en salles et par l’arrivée des plateformes américaines, le cinéma français voit son modèle économique chamboulé.  
par Mathias Thépot
Journal
Le cinéma, emblème d’une politique culturelle fantoche
Alors que des professionnels lancent une journée d’appel à des états généraux du cinéma, jeudi 6 octobre, la politique culturelle sur le sujet demeure aussi introuvable que problématique.
par Joseph Confavreux
Journal
Un Nobel de la paix contre Poutine et Loukachenko et pour les droits humains
En pleine guerre en Europe, le prix Nobel de la paix a été décerné vendredi au défenseur des droits humains Ales Bialiatski, du Belarus, à l’organisation russe Memorial et à l’organisme ukrainien Center for Civil Liberties. Une façon de dénoncer les politiques dictatoriales de Vladimir Poutine et de son allié bélarusse Alexandre Loukachenko.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Europe
Lev Ponomarev : « La folie de Poutine progresse à mesure qu’il perd, puisqu’il ne sait pas perdre »
Lev Ponomarev, co-fondateur de Memorial, co-lauréat du prix Nobel de la paix 2022, opposant à Vladimir Poutine, est un défenseur des droits, en exil pour avoir protesté contre l’invasion de l’Ukraine. Il dresse le tableau d’une Russie aussi accablée qu’accablante. 
par Antoine Perraud

La sélection du Club

Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac