jacqueline derens
retraitée
Abonné·e de Mediapart

265 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 mai 2020

Covid-19 et la Reine de la pluie

Il paraît que les femmes au pouvoir ont mieux géré la pandémie que les hommes et la palme est attribuée à l’unanimité à Jacinda Ardern, première Ministre de Nouvelle-Zélande. Le fléau continue ses ravages dans le monde entier, comme en Afrique du Sud dont le gouvernement comprend autant d’hommes que de femmes. Faudrait-il alors genrer la gestion de la pandémie et surtout l’après Covid-19 ?

jacqueline derens
retraitée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Plongée dans les statistiques morbides, atterrée par les prévisions économiques catastrophiques, révoltée par les inégalités sociales face à la pandémie, indignée par le mépris avec lequel est traité le corps médical, alors que son dévouement jusqu’à l’épuisement m’émerveille, je ne peux qu’enrager devant tous ces hommes qui déblatèrent et inondent de leurs inepties et contradictions médias et réseaux sociaux. De l’homme politique menteur, à l’homme de sciences jouant au gourou, je ne sais lequel a le plus suscité ma colère.

Dans ce torrent qui aurait pu m’emporter vers je ne sais quel geste fatal, un article est venue apporter sa bordure d’argent au nuage noir qui nous enveloppe. Un article un peu déjanté par rapport à la gravité de ton de tous les autres, un article sur la Reine de la pluie qui redonne de la magie et du rêve à notre monde engoncé dans ses certitudes rationnelles, si piteusement décontenancé devant un virus qui lui tient la dragée haute.

 Qui est donc la Reine de la pluie ? Je peux affirmer qu’elle existait parce que je l’ai rencontrée au cours d’une mission de coopération dans la Province du Limpopo en avril 1999. Un beau matin, où le soleil brûlait déjà la terre desséchée, on m’annonça qu’une visite à la Reine de la pluie était au programme de la journée.

Son histoire et l’importance de cette tradition des femmes fortes est le sujet de l’article du Pr Marwala, vice-chancelier de l’Université de Johannesburg, paru dans le Daily Maverick https://www.dailymaverick.co.za/opinionista/2020-05-15-the-rain-queen-and-covid-19-imagining-a-post-coronavirus-future La tradition de la Reine de la pluie a bercé l’enfance de ce respecté universitaire.

Il y a plus de cinq siècles, le royaume des Balobedu, situé près de la frontière entre la province du Limpopo et l’actuel Zimbabwe, était dirigé par des hommes qui s’entretuaient pour le pouvoir. Alors le dernier roi, guidé par un prophète, décida d’avoir un enfant avec sa fille pour commencer une nouvelle lignée de femmes à la tête du royaume. La légende veut aussi que la Reine de la pluie soit l’incarnation de la déesse Mwari et aussi une magicienne capable, en exécutant un rituel bien précis, d’apporter la pluie à ses alliées et la sécheresse à ses ennemis. Mwari veut dire dieu dans les langues Venda et Shona et les pouvoirs de magicienne se transmettent de mère en fille depuis des siècles.

Mais la reine ne se contente pas de faire la pluie et le beau temps dans son petit royaume. Reconnue par le gouvernement, cette monarchie tribale regroupe une centaine de villages et la reine doit veiller à leur bien –être. La dernière reine, toute magicienne qu’elle fut, ne jurait que par l’éducation et elle-même avait obtenue une bourse de la Fondation Mandela en 2003 pour suivre des études dans une université britannique. La modernité ne lui faisait pas peur, bien au contraire et elle encourageait ses sujets à étudier et encore étudier, tout en collaborant avec les autorités pour améliorer le quotidien de ses sujets. Morte prématurément en 2005, elle laissait une fille en bas âge. Celle-ci, qui va avoir 16 ans, se prépare à succéder à sa mère, sous le nom de Masalanabo Modjadji VII et comme sa mère, elle est convaincue que l’éducation est la priorité des priorités « pour être en phase avec son temps ».

Mais quel est donc le lien entre cette histoire de sorcières royales et le Covid-19 ? Simple et évident pour le Pr Marwala. Si l’on veut sérieusement réfléchir à l’après Covid-19, éviter les erreurs qui nous ont conduit où nous en sommes, entrer dans une ère vraiment nouvelle et moderne, il faudra utiliser toutes les compétences et ne pas laisser sur le chemin la moitié de l’humanité où se trouvent les plus compétentes des sorcières.

.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B