Cigarettes et écran de fumée sur le continent africain

Dans son programme Panorama, la BBC a mis à nu les activités de corruption de la multinationale British American Tobacco( BAT) sur le continent africain grâce aux témoignages de lanceurs d’alerte. Ce qui est étonnant dans cette affaire c’est que tout le monde le savait depuis longtemps, mais que tout le monde laissait faire. Les affaires restent les affaires quelque qu’en soit le prix.

BAT a dépensé 601502 dollars dans dix pays africains : Burundi, Comores, République démocratique du Congo, Kenya, Malawi, Rwanda, Soudan, Tanzanie, Uganda et Zambie en plus de pots de vin généreusement alloués à la filiale sud-africaine BAT SA et la caisse du défunt Président Mugabe du Zimbabwe pour l’aider dans sa campagne électorale de 2013

Ce n’est pas cher payer pour asseoir un monopole du tabac quand la majorité des pots de vin varient entre 3000 et 20 000 dollars selon le chercheur Andrew Rowell de l’université de Bath qui constate que l’Afrique peut s’acheter pour pas cher et BAT voit dans l’Afrique un continent où il pourra vendre ses cigarettes à n’importe quel prix après avoir éliminé ses concurrents. 

Une agence de sécurité FFS basé à Johannesburg était censée surveiller et aider à traquer le commerce illicite de cigarettes, mais selon le lanceur d’alerte François van der Westhuizen, ancien employé de BAT SA « nos opérations n’avaient rien à voir avec la loi , la plupart étaient illégales…nous faisions partie du monde de la criminalité ». Un employé de FFS affirme que tous les coups étaient permis : pots de vin, espionnage, téléphone sous écoute, surveillance des camions, l’essentiel était d’anéantir tous les concurrents en particulier les manufacturiers sud-africain spécialisés dans la cigarette bon marché les « cheapies ».

Les personnes les moins surprises sont celles qui avaient pour mission de traquer les commerces illicites, les services des douanes ou des impôts sud-africains. Ils avaient sonné l’alarme dès 2013 comme l’a dit et écrit Johann van Loggerenberg dans son livre Tobacco Wars et d’ajouter « ce qui est incroyable, c’est que ni au Royaume uni, ni en Afrique du Sud, les représentants de la loi ne semblent s’en préoccuper …Ce qui m’étonne beaucoup, c’est que la BBC arrive à trouver un lanceur d’alerte qui explique comment BAT à verser des pots de vin à Mugabe (une jolie somme de l’ordre de 3 à 500 000 dollars ! ), un autre pour décrire ses activités illégales en Afrique du Sud , mais que les autorités n’y arrivent pas. »

BAT réfute toutes ces accusations et affirme la main sur le cœur qu’elle faisait tout son possible pour lutter contre le commerce illégal de cigarettes, mais ne dit rien des ravages du tabagisme dans les pays pauvres et dont les population souffrent déjà de maladies respiratoires et de tuberculose.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.