Plaidoyer pour la lecture

Une lettre ouverte signée par 326 auteur.e.s a été envoyée au Président Ramaphosa, à la Ministre Nkosazana Dlamini-Zuma, et au South African National Coronavirus Command Council pour demander que la vente des livres soit autorisée avec l’allégement des mesures du confinement à partir du 1er mai.

On peut lire : « A partir du 1ermai, les restaurants pourront livrer des plats préparés. Nous en comprenons la valeur sur le plan économique et pour les consommateurs. Nous voulons insister sur la livraison de la nourriture pour l’esprit qui est aussi un service essentiel : pas seulement pour que les écrivains continuent à écrire, les éditeurs à éditer et les libraires à vendre, mais pour que les lecteurs puissent continuer à lire, que de nouvelles idées jaillissent et que la vie de l’esprit de notre pays continue à s’épanouir »…

En Afrique du Sud, acheter un livre est souvent un luxe, mais beaucoup d’entre nous travaillons pour la promotion de la lecture, pour que les livres soient accessibles par le prêt ou l’achat et pour faire comprendre que les livres sont une nécessité plus qu’un privilège. Nous voudrions voir émerger de cette crise, une opportunité pour développer l’accès au livre dans les communautés, afin que le travail déjà fait pour l’alphabétisation en Afrique du Sud ne soit pas perdu.

Nous ne demandons pas que les librairies soient ouvertes physiquement dès maintenant. Mais nous demandons une simple addition au niveau 4 des consignes de confinement pour que tous les livres soient accessibles pour l’achat en ligne ou par téléphone et être livrés et que tous les libraires, petits ou grands, soient autorisés à faire leur commerce.

Tous les livres ont une valeur éducative ».

La lettre a été signée entre autres par JM Coetzee ; William Kentridge ; Ivan Vladislavic, Pumla Dineo Gqola ; Antjie Krog ; Ingrid de Kok ; le dessinateur Zapiro ; des journalistes et des universitaires.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.