jacqueline salenson
retraité, passionnée de vie associative, ex administratrice de l'admd, ex déléguée de l'admd Hérault et Creuse,
Abonné·e de Mediapart

23 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 févr. 2015

jacqueline salenson
retraité, passionnée de vie associative, ex administratrice de l'admd, ex déléguée de l'admd Hérault et Creuse,
Abonné·e de Mediapart

réponse à Claude bartholone: consultation assemblée nationale pour la loi de santé (fin de vie)

jacqueline salenson
retraité, passionnée de vie associative, ex administratrice de l'admd, ex déléguée de l'admd Hérault et Creuse,
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

je viens de répondre à tous les articles 1 par 1 (voir pdf associé)

mais de façon générale,la loi dont il s'agit pose très mal le problème:

 il s'agit de définir les droits des usagers du système de santé et les devoirs des médecins en fonction de ces droits, que l'usager soit très malade ou non, d'une maladie ou de poly-pathologies

variées, que l'usager soit guérissable ou non, que ses handicaps venant de maladie, vieillesse, ou accident, soient acceptables par lui ou non.

 la loi ne devrait pas distinguer les malades les uns des autres, car quand commence la fin de la vie? nul ne le sait précisément. et faut-il garder ce tabou de la mort qui la met à l'écart de la vie? je ne le pense pas:

ne pas mettre les citoyens dans des cases me parait essentiel, il y va du respect dû à tout être humain.

 La fin de la vie peut se passer très bien ou moins bien et même très mal avec des souffrances importantes, morales sinon physiques, et incurables.

Elle peut s'étaler sur plusieurs semaines, mois voire années.

Il est plus facile de la définir après la mort qu'avant.

 L'agonie est mieux définie: une personne grabataire dont on sait que la mort est très proche quelques jours). Est-elle obligatoire, avec son cortège de souffrances connues? ou peut-on demander à passer outre, par mort volontaire dès son début? pour moi, oui, d'autres préféreront la sédation continue, et encore d'autres accepteront ce passage en souffrance.

 la loi doit définir d'abord les droits de tous les usagers du système de santé: être respectés dans leurs volontés et leur éthique quant à leur vie, leur santé, leur mort.

il est bien évident que nous n'avons pas tous les mêmes, ni entre citoyens, ni entre médecins et soignants.

et il faut respecter tout le monde, donc permettre à des médecins réticents à suivre les volontés d'une personne à la confier à un collègue qui partage ou du moins peut agir dans le respect des idées du patient (droit de réserve).

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Asie et Océanie
Xi Jinping, le pompier pyromane
L’atelier du monde est au bout du rouleau et dans toute la Chine, des protestations réclament la fin des mesures draconiennes de contrôle social décidées au nom de la lutte contre le Covid. Le numéro un chinois est pris au piège de sa politique autoritaire.
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« Je ne vois pas comment cet embrasement s’arrêterait »
Il y a une semaine, les ouvriers de la plus grosse usine de production d’iPhone se révoltaient, ouvrant la voie à un mouvement de protestation dans toute la Chine, exaspérée par la politique « zéro Covid ». Entretien avec la sociologue Jenny Chan, spécialiste du monde ouvrier chinois.
par Eric Sautedé
Journal — Justice
À la mairie de Saint-Étienne : « Après Perdriau maître chanteur, voici Perdriau maître censeur »
Un nouveau conseil municipal sous tension s’est tenu lundi à Saint-Étienne, dix jours après la censure préalable d’un article de Mediapart. Les appels à la démission du maire se sont multipliés, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’hôtel de ville. Inflexible, Gaël Perdriau a déclaré qu’il ne démissionnera pas, même s’il est mis en examen. 
par Mathieu Martinière (We Report)
Journal
Soupçons de fraude fiscale : la justice saisie du cas de l’ex-ministre Caroline Cayeux
La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a fait savoir mardi qu’elle avait signalé au parquet de Paris le cas de Caroline Cayeux, ministre démissionnaire du gouvernement, soupçonnée d’évaluation mensongère de son patrimoine et de fraude fiscale.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan