Jacques Cuvillier
Abonné·e de Mediapart

90 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mars 2013

Aux enfants d'Outreau

Merci Chérif ! Merci Dimitri ! Merci Jonathan !Le film de Serge garde, une décennie après les faits, envoie en pleine figure des spectateurs des faits pourtant connus, mais qui ont été curieusement négligés ou minimisés. Beaucoup de leurs commentaires, sur la page Facebook du film, mais aussi dans la presse en ligne au bas d'articles souvent partisans et assassins,  saluent et remercient Serge Garde pour son film très utile à la cause des enfants. Je m'y associe. Je pense qu'il faut aussi remercier toutes les personnes qui ont bien voulu offrir leur témoignage : sans eux, le film n'existerait pas. Il faut pour nombre d'entre eux un certain courage pour se lever comme ils l'ont fait à l'encontre d'un mythe qui ne laisse pas l'opinion publique indifférente au point de susciter – on l'a vu – des réactions agressives.Je pense tout particulièrement à Chérif et Dimitri qui apparaissent dans le film - et avec quelle force ! Pour eux mais aussi pour leur frère Jonathan,  c'est d'une certaine façon l'épreuve d'une nouvelle comparution. Leur légitime désir n'est-il pas d'avoir la possibilité de vivre en paix en dans un sentiment de sécurité ?

Jacques Cuvillier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Merci Chérif ! Merci Dimitri ! Merci Jonathan !

Le film de Serge garde, une décennie après les faits, envoie en pleine figure des spectateurs des faits pourtant connus, mais qui ont été curieusement négligés ou minimisés. Beaucoup de leurs commentaires, sur la page Facebook du film, mais aussi dans la presse en ligne au bas d'articles souvent partisans et assassins,  saluent et remercient Serge Garde pour son film très utile à la cause des enfants. Je m'y associe. Je pense qu'il faut aussi remercier toutes les personnes qui ont bien voulu offrir leur témoignage : sans eux, le film n'existerait pas. Il faut pour nombre d'entre eux un certain courage pour se lever comme ils l'ont fait à l'encontre d'un mythe qui ne laisse pas l'opinion publique indifférente au point de susciter – on l'a vu – des réactions agressives.

Je pense tout particulièrement à Chérif et Dimitri qui apparaissent dans le film - et avec quelle force ! Pour eux mais aussi pour leur frère Jonathan,  c'est d'une certaine façon l'épreuve d'une nouvelle comparution. Leur légitime désir n'est-il pas d'avoir la possibilité de vivre en paix en dans un sentiment de sécurité ?

Pourtant toute apparition, toute citation publique même, surtout dans le sujet qui rappelle tant d'horreurs, leur demande un effort particulièrement important, et leur apporte toujours de nouvelles et durables souffrances. Chaque regard sur leurs vies est pour eux une flèche enflammée. Sachons-le et regardons cela avec respect.

Je sais que Chérif a en lui le sens du devoir et l'envie de faire quelque chose d'utile pour les enfants, les enfants victimes. Il me l'a fait savoir et m'a autorisé à le dire.

Il nous faut donc voir à quel point ses efforts, dans les conditions d'existence qui sont les siennes et qu'il nous a fait découvrir dans son livre « je suis debout » méritent notre immense reconnaissance.

Ma pensée va également à ses deux frères que je ne veux pas considérer à part.

Merci donc pour ce que vous avez bien voulu, au nom de toutes les victimes à qui cela servira !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Des traitements à prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss