Jacques Cuvillier
Abonné·e de Mediapart

90 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mars 2013

Aux enfants d'Outreau

Merci Chérif ! Merci Dimitri ! Merci Jonathan !Le film de Serge garde, une décennie après les faits, envoie en pleine figure des spectateurs des faits pourtant connus, mais qui ont été curieusement négligés ou minimisés. Beaucoup de leurs commentaires, sur la page Facebook du film, mais aussi dans la presse en ligne au bas d'articles souvent partisans et assassins,  saluent et remercient Serge Garde pour son film très utile à la cause des enfants. Je m'y associe. Je pense qu'il faut aussi remercier toutes les personnes qui ont bien voulu offrir leur témoignage : sans eux, le film n'existerait pas. Il faut pour nombre d'entre eux un certain courage pour se lever comme ils l'ont fait à l'encontre d'un mythe qui ne laisse pas l'opinion publique indifférente au point de susciter – on l'a vu – des réactions agressives.Je pense tout particulièrement à Chérif et Dimitri qui apparaissent dans le film - et avec quelle force ! Pour eux mais aussi pour leur frère Jonathan,  c'est d'une certaine façon l'épreuve d'une nouvelle comparution. Leur légitime désir n'est-il pas d'avoir la possibilité de vivre en paix en dans un sentiment de sécurité ?

Jacques Cuvillier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Merci Chérif ! Merci Dimitri ! Merci Jonathan !

Le film de Serge garde, une décennie après les faits, envoie en pleine figure des spectateurs des faits pourtant connus, mais qui ont été curieusement négligés ou minimisés. Beaucoup de leurs commentaires, sur la page Facebook du film, mais aussi dans la presse en ligne au bas d'articles souvent partisans et assassins,  saluent et remercient Serge Garde pour son film très utile à la cause des enfants. Je m'y associe. Je pense qu'il faut aussi remercier toutes les personnes qui ont bien voulu offrir leur témoignage : sans eux, le film n'existerait pas. Il faut pour nombre d'entre eux un certain courage pour se lever comme ils l'ont fait à l'encontre d'un mythe qui ne laisse pas l'opinion publique indifférente au point de susciter – on l'a vu – des réactions agressives.

Je pense tout particulièrement à Chérif et Dimitri qui apparaissent dans le film - et avec quelle force ! Pour eux mais aussi pour leur frère Jonathan,  c'est d'une certaine façon l'épreuve d'une nouvelle comparution. Leur légitime désir n'est-il pas d'avoir la possibilité de vivre en paix en dans un sentiment de sécurité ?

Pourtant toute apparition, toute citation publique même, surtout dans le sujet qui rappelle tant d'horreurs, leur demande un effort particulièrement important, et leur apporte toujours de nouvelles et durables souffrances. Chaque regard sur leurs vies est pour eux une flèche enflammée. Sachons-le et regardons cela avec respect.

Je sais que Chérif a en lui le sens du devoir et l'envie de faire quelque chose d'utile pour les enfants, les enfants victimes. Il me l'a fait savoir et m'a autorisé à le dire.

Il nous faut donc voir à quel point ses efforts, dans les conditions d'existence qui sont les siennes et qu'il nous a fait découvrir dans son livre « je suis debout » méritent notre immense reconnaissance.

Ma pensée va également à ses deux frères que je ne veux pas considérer à part.

Merci donc pour ce que vous avez bien voulu, au nom de toutes les victimes à qui cela servira !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Libertés publiques
Covid-19 : « Le gouvernement réglemente par protocoles et foires aux questions, une menace pour l’État de droit »
Stéphanie Renard, maîtresse de conférences en droit public, fait le bilan de deux années de crise. Cette spécialiste de l’ordre public sanitaire s’inquiète de la diffusion d’un « droit souple » qui « menace l’avenir de l’État de droit et le principe de légalité », et dénonce un « retour en arrière, vers une vision hygiéniste de la société ».
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Nucléaire
Hugo, lanceur d’alerte du nucléaire : « J’accuse EDF de dissimulations »
« Avec ce type d’attitude, nos centrales ne sont pas sûres » : le témoignage choc d’un membre de la direction de la centrale nucléaire du Tricastin, inquiet que la culture de la sûreté nucléaire passe en arrière-plan des impératifs financiers au sein du groupe EDF.
par Youmni Kezzouf et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report