Jacques Cuvillier
Abonné·e de Mediapart

94 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mars 2020

Confinement et dangers collatéraux

Un signal qui pourrait passer inaperçu nous alerte : forte augmentation des demandes de divorce en Chine à l’issue de la période de confinement… Ce phénomène qui apparaît dans les statistiques révèle les effets collatéraux d’une période qui peut être cause de graves dangers pour les personnes les plus exposées que sont les femmes et les enfants.

Jacques Cuvillier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Masses critiques en présence d’un catalyseur : la frustration

La masse critique, c’est la quantité de matière suffisante capable de provoquer une réaction en chaîne lorsque des éléments capables d’interagir sont rapprochés. Inutile de dire que cette image s’applique lors du confinement dans un espace limité. Entre parents, entre parents et enfants, la vie n’est pas toujours facile en temps ordinaire, mais avec une règle contraignante, le stress d’une situation inédite, l’inconfort qu’elle impose, la situation peut devenir très compliquée.

La vie confinée requiert une bonne dose de compréhension, d’empathie, de patience, d’abnégation même, toutes qualités dont les personnes d’une certaine catégorie sont totalement incapables. En de telles circonstances, les personnalités dominantes qui ont déjà d’ordinaire une certaine propension à la violence peuvent devenir extrêmement dangereuses.

Limiter l’alcool ?

Des situations aussi inédites que la crise sanitaire en cours auraient pu s’accompagner de mesures autres que purement prophylactiques en termes de comportement et de déplacement. Personne ne peut ignorer l’importance que peut revêtir l’abus d’alcool en de telles circonstances ni la tentation, en période de désœuvrement et d’ennui de forcer un peu sur la bouteille ou les cannettes.

L’alcool, qui en a entendu parler dans le contexte de l’épidémie ? Comment peut-on ignorer ce problème ? Une prohibition temporaire qui viderait certains rayons de supérettes ne serait-elle pas justifiée ?

Violences entre proches

Quelque 130 féminicides en 2018, 150 en 2019, un enfant tué tous les cinq jours, c’est déjà insoutenable. Que deviendront ces chiffres en 2020 ?

Cette situation alarmante exige une vigilance toute particulière des professionnels qui ont déjà en charge des cas de relations conflictuelles. Les « mesures décidées par le juge » sont généralement adaptées aux conditions de vie normales. Pas aux conditions exceptionnelles que nous connaissons.

Il ne fait aucun doute que certaines d’entre elles devraient être sujets de mesures d’urgence, la vie de nombreuses personnes, essentiellement des femmes et des enfants dépendent d’autres facteurs que du coronavirus. Alors que sur le terrain, du fait du confinement, des tribunaux ferment tout comme des services de protection de l’enfance de Conseils départementaux, sauf nous dit-on, pour « les urgences absolues » : comment des victimes de violences intrafamiliales, confinées avec leur bourreau pourront-elles être protégées avec de telles décisions ?

Un service dédié pourrait sauver des vies

Les pouvoirs publics ont mis en place des numéros d’appel accessibles au public. Le renforcement de ces services ne concerne jusqu’ici que l’urgence sanitaire. Ne convient-il pas de renforcer aussi les possibilités de signalement des cas d’urgence, et d’y associer des équipes d’intervention dotées de prérogatives « de temps de guerre » pour tout ce qui a trait aux violences entre proches ?

Surveiller les points faibles

Les machines, même celles qui fonctionnent depuis longtemps connaissent des avaries lorsqu’elles sont en surchauffe. Ce fait est immédiatement perceptible en ce qui concerne les services hospitaliers qui avaient déjà tiré tous les signaux d’alarme avant que l’épidémie ne s’abatte sur le pays. Mais la société a laissé sans attention nombre de problèmes dont l’évolution se révèle critique dans la situation actuelle. Condition économique des personnes dites « précaires » – et qui se révèlent en réalité fort solides compte tenu de ce qu’elles affrontent – situation de logement insuffisant ou insalubre, voire absent ! Situation des jeunes qui ne sauront comment subsister sans les « expédients » de débrouille qu’ils ont développés sans que l’on s’en inquiète outre mesure.

Les médias nous parlent abondamment de la situation jugée préoccupante de ces Français qui, après avoir pris l’avion pour aller en pays lointain s’y trouvent momentanément coincés. Ceux-là sont bien en vue dans les médias. Mais comment ne pas déplorer la faible visibilité des « gens de peu » de la société, ceux qui ont été dits « sans dents » qui, du fait de leur précarité, restent « sous les radars » et ne peuvent compter que sur l’État qui les a trop laissés sur le bord de la route, et la vigilance des citoyens qui souvent, regardent ailleurs ?

Toute machine casse à partir de ses points faibles qui génèrent des dysfonctionnements en cascade. Pour les éviter, les pouvoirs publics sont contraints de voir plus loin que l’horizon épidémique. Une mobilisation de « temps de guerre » est requise. Pas seulement dans les discours, mais dans les actes.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amériques
Pourquoi Lula reste incontournable
Candidat à l’élection présidentielle d’octobre prochain, l’ancien chef de l’État brésilien, 76 ans, reste la figure centrale de tout le camp progressiste. Une hégémonie due à sa trajectoire, à ses politiques sociales, mais aussi à la préservation des pratiques politiques du pays. Premier volet de notre série sur le Parti des travailleurs.
par Jean-Mathieu Albertini
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal
Regarder en face son passé colonial : quelques leçons venues de Belgique
Le Parlement belge a entamé voilà deux ans un travail historique d’ampleur sur son passé colonial. Il s’ajoute à des initiatives locales sur la décolonisation de l’espace public et à une loi sur la restitution des biens spoliés. Y a-t-il des leçons à en tirer pour la France ?
par Justine Brabant et Ludovic Lamant
Journal
Restitutions de patrimoine africain : repolitiser le débat, rendre visibles les objets oubliés
Dans un contexte de débats nourris autour de la restitution des biens spoliés durant la colonisation, la dernière livraison de la revue « Politique africaine » éclaire quelques angles morts des discussions autour de ce patrimoine, parfois oublié, souvent dépolitisé.
par Justine Brabant

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat