Jacques Cuvillier
Abonné·e de Mediapart

93 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 juin 2021

Il n’y a plus de grands soirs

20 juin : ce fut un triste soir. Et chacun de s’interroger sur le score décevant de la participation, sur ce qui manque au tableau. L’électeur était au centre des interrogations. Mais les candidats ne se sont-ils pas aussi largement abstenus de dégager l’horizon et de répondre aux attentes ? Où sont donc passés les « grands soirs » ?

Jacques Cuvillier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je me souviens d’une époque pleine de promesses. Pour un jeune, dans les prémisses de 1968 et dans sa suite, tant de choses devaient changer ! Miser sur l’avenir, c’était y croire et en vouloir.

Vouloir quoi au juste ? Bien entendu, les vues divergeaient. Développements scientifiques et techniques préparant la vie de l’an 2000 pour les uns, un vingtième siècle spirituel et un nouvel âge de la conscience pour d’autres, société profondément modifiée socialement aussi pour ceux qui entretenaient la promesse d’un grand soir à l’issue d’une révolution.

De fait, chacun avait quelque part son grand soir en perspective, et la vie démocratique devait être infléchie pour y conduire. Ceux qui se mettaient en route pour y travailler le faisaient POUR quelque chose. Dans ces conditions, il fallait, pour se présenter aux électeurs, faire miroiter les lendemains qui chantent. Donner envie de s’engager. Les rêves de ces temps-là relevaient-ils de l’utopie ? Bien évidemment. Mais comment se mettre en route sans un rêve dans la tête ?

Les lumières du crépuscule ont flanché et celles de l’aube semblent incertaines. Comment rêver encore ?

Les promesses électorales ne tendent pas tant à susciter le mieux qu’à préserver du pire. Et les notes d’optimisme semblent venir d’un registre désaccordé.

Comment donner confiance avec des promesses tentantes dont on ne peut ignorer les effets néfastes ? Comment persuader encore de la validité de principes économiques quand leurs effets dévastateurs sont déjà constatés ? Comment oser proposer un chemin quand on sait déjà que toute proposition sera accueillie comme une vraie bonne idée pour une part de son électorat et comme une fausse bonne idée par tous les autres ? Comment oser encore s’exprimer clairement connaissant la puissance des symboles et le piège des mots, au point que toute une approche écologique à adopter d’urgence puisse être au bord de la ruine pour une appréciation sur les sapins de Noël ?

Difficile de proposer une voie réaliste à un électorat qui se positionne essentiellement en CONTRE.

Dans ces conditions, le réflexe est l’abstention. Et ce n’est pas ici de celle des électeurs qu’il s’agit, mais de celle des candidats aux élections. Il faut communiquer, employer sans mesure les mots qui « portent » : sécurité, croissance, écologie, emploi… tout en s’abstenant autant que possible de trop se prononcer sur les sujets qui risquent de provoquer des cris ou des critiques, car il suffit d’un seul pour déclencher la polémique qui peut être fatale.

Que reste-t-il pour s’y retrouver ?

Comment s’étonner que l’image du candidat ne devienne pas en quelque sorte évanescente et que les électrices et les électeurs des collectivités territoriales en viennent à se référer systématiquement aux canons des grands partis, aux figures des présidentiables et de quelques ministres, que l’on connaît forcément mieux par leurs interventions publiques ? Rien d’étonnant non plus à ce qu’une prime soit donnée aux personnalités en place : on les connaît au moins un peu.

Les professions des candidats que l’on distribue dans les boîtes aux lettres sont éloquentes tant par la présence de leurs éléments de langage que par leur inconsistance de fond. Elles disent au citoyen à quel point il est hasardeux de se faire une idée de la politique qui sera entreprise, et l’incitent en fin de compte à ne pas se prononcer. Une jeune personne me l’a signifié clairement : « c’est quoi en fait, la différence ? »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — États-Unis
Dans le Missouri, l’avortement a déjà presque disparu
En juin prochain, la Cour suprême des États-Unis abrogera probablement l’arrêt « Roe v. Wade », qui a fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Mais dans le Missouri, État conservateur du Midwest, cela fait des années que les interruptions volontaires de grossesse se réduisent à peau de chagrin.
par Alexis Buisson
Journal — Violences conjugales
Johnny Depp/Amber Heard : un risque que les procès en diffamation sapent #MeToo
Le procès en diffamation qui oppose depuis plusieurs semaines Johnny Depp à son ex-épouse, l’actrice Amber Heard, ne cesse de susciter le malaise. Outre le côté spectacle, la diffamation apparaît ici détournée de son objectif premier. Au risque de bâillonner de potentielles victimes dans d’autres affaires. 
par Patricia Neves
Journal — International
« Sauver l’Amérique », huit ans dans les pas de ceux qui prêchent l’intolérance
Qui sont ces prédicateurs qui tentent d’imposer leur radicalisation religieuse aux États-Unis ? Qui parviennent, alors qu’une majorité d’Américains soutiennent l’IVG, à guider le bras de la Cour suprême dans un projet de décision très défavorable au droit constitutionnel à l’avortement ? Thomas Haley a suivi l’un d’entre eux, filmant ses prêches, ses actions, sa vie de famille. Glaçant.
par Thomas Haley

La sélection du Club

Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier