Attention à l’automédication et à ses effets secondaires ! (parodique)

Toutes les substances ne peuvent être mises inconsidérément à la libre disposition du public. Il en va ainsi de nombreuses molécules que nombre de familles possèdent sous différentes formes dans leurs armoires, et qui peuvent faire l’objet d’une consommation inappropriée et conduire à des accidents en cas d’ingestion en quantité excessive.

Le cas le plus typique concerne le chlorure de sodium1 dont les effets sur l’organisme sont loin d’être anodins.

Les effets secondaires de cette molécule sont multiples. On sait qu’elle favorise la rétention en eau, mais ses effets, plus graves encore, concernent le fonctionnement du système cardio-vasculaire en augmentant la tension artérielle et en conséquence le risque d’accident cardiovasculaire, dont l'infarctus. Son usage est particulièrement déconseillé aux personnes souffrant d'hypertension artérielle, mais aussi, aux autres personnes atteintes d’insuffisance rénale. Une consommation excessive et répétée et ses effets sur l'hypertension artérielle, peut donc entraîner des complications chez les personnes qui en sont atteintes, car les reins malades sont en effet de moins en moins aptes à gérer cette situation.

En juin 2005, l'Agence européenne de sécurité alimentaire a rappelé que « les niveaux actuels de consommation de sodium sont associés directement à une augmentation de la tension artérielle, facteur de risque de maladies cardio-vasculaires et rénales qui sont les principales causes de morbidité [maladie] et de mortalité en Europe »

En cas d'insuffisance cardiaque, l'excès de sa consommation augmente le risque de survenue de décompensation et peut conduire parfois à des complications importantes nécessitant une hospitalisation (œdème aigu du poumon).

Sachons que selon certains auteurs, l'excès de sel entraîne chaque année la mort de 1,6 million (en 2010) de personnes dans le monde.

La question est de savoir si le chlorure de sodium, souvent associé à d’autres molécules2 dans les différentes formes disponibles doit être classé parmi les substances dont l’usage doit être réglementé.

1 Couramment appelé « sel de cuisine »

2 Chlorure de potassium principalement, mais aussi chlorure de calcium et même dses traces d’iode

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.