Romstorie: Castaner et Bessac, un Narvalowgate à Montreuil

On fait appel à mon expertise et je reçois depuis ce matin de multiples demandes pour éclaircir le sens du mot «narvalo». Il semblerait que narvalo soit un mot tsigane et on cherche des «experts» capables d’expliquer le sens exact de ce mot, de déterminer s’il s’agit là d’une insulte ou pas.

Le débat semble d’importance et le hashtag "#narvalowgate" est bien parti pour connaître un succès durable.

Patrice Bessac, Maire PCF de Montreuil, et Christophe Castaner, Délégué général de La République en Marche, s’invectivent sur le réseau Twitter au sujet du jeune Ryan Nezzar, originaire de Montreuil, nommé depuis peu porte-parole de La République En Marche, parti dirigé par Christophe Castaner.

Or ce jeune homme au parcours brillant, issu d’un milieu modeste de Montreuil et néanmoins énarque après avoir étudié à Sciences-Po, tel un petit Poucet  inconséquent a laissé derrière lui de nombreux tweets pas très flatteurs à l’égard de personnalités politiques, lesquelles n’ont rien oublié. Elles ne manquent pas de lui repasser maintenant le plat, quand bien même il serait froid.

Captures d’écran à l’appui, la presse se délecte. Rabelaisien au rabais dans sa jeunesse si on opte pour la sévérité, lecteur et admirateur de Bukowsky si on prêche l’indulgence,  Ryan Nazzar en moins de 140 signes traitait Marine Le Pen de "pute" et Alain Juppé de "fiotte". Quant à Bruno le Maire et Manuel Valls, qualifiés respectivement  de "couilles molles" et de "zéro couille", sans doute les aimait-il bien, pour si bien les châtrer.

Magnanime et très embarrassé, Christophe Castaner interrogé par Pauline de Saint Rémy au micro de RTL plaide pour son poulain, rattrapé par son passé et "son vocabulaire de jeune de Montreuil" Patrice Bessac, maire de Montreuil n’a pas manqué de réagir et d’exiger des excuses par le biais d’un tweet où il n’a  pas pleuré le poivre : "M. Castaner vous êtes vraiment un narvalow, vos propos sur les jeunes de Montreuil sont indignes, méprisants et la preuve d'une méconnaissance profonde de la ville et de nos habitants."

Le mot narvalo, qu’on prête à la langue tsigane, signifie : fou. A première lecture, on s’interroge sur un éventuel lapsus calami, sur ce w qui change tout, insère involontairement (?) le mot  "low" qui signifie "bas" en français dans l’injure pour en alourdir la portée, en augmenter la charge dévastatrice. Le low final de narvalow tire le propos vers le bas, rabaisse le président de La République En Marche, désolidarise Montreuil de son enfant terrible passé dans l’état-major des adversaires politiques.

La controverse connait des rebondissements. Après quelques heures de silence, la maladresse se transforme en ruse de communiquant. Le mot "narvalow" ne serait pas un lapsus mais trouverait son origine au Narvalow Club, une structure associative de Montreuil qui valorise des projets artistiques en lien avec les cultures urbaines au travers la mise en place de temps forts propices à l'échange et  aux rencontres, etc. Ainsi, Patrice Bessac est sauvé, on a créé une affaire dans l’affaire et plus personne ne comprend rien. Nul ne pourra lui faire de procès pour avoir traité Castaner de dingue, circulez, c'est de l'humour et de la promotion d'une association locale.

Méfiez-vous des mots écrivait Boris Cyrulnik, neurologue, psychiatre, éthologue et psychanalyste « - Il n'y a pas de mot sans dérive sémantique. Quand nous inventons un mot et que nous le lançons dans la culture, il connait deux destins opposés. S'il n'intéresse personne, il s'éteint, se dessèche, et on n'en parle plus. Mais s'il intéresse la culture, on se précipite dessus et on le boursoufle à force de le tirer dans tous les sens. »

Le mot "narvalo" à l’origine du mot "narvalow" serait-il un mot romani ? Ce n’est absolument pas certain et, bien que notre langue soit rarement écrite, de nombreux Tsiganes considèrent que ce mot ne fait pas partie de leur langue et serait un mot d’argot de la langue française. Pour parler d’untel qui serait considéré comme fou, simplet, sot, niais, bête, stupide, idiot, crétin, etc. le mot le plus courant est le mot : dilo, au pluriel dili, qui figure dans le titre du merveilleux film de Tony Gatlif : Gadgo dilo. Ce mot est parfois prononcé nilo par les Manouches.

Par ailleurs, les Manouches utilisent fréquemment  "yalo" avec la même signification. J’ai souvent entendu le mot  "mouq" avec la prononciation du "ou " très longue, sans doute tiré du sanskrit mughdà  qui signifie fou, simplet etc., ainsi que "morch", couramment prononcé "morche" ou "norche" sans le e final (comme Porsche) dont l’origine probable pourrait être le mot sanskrit murkha, signifiant  niais, obtus, stupide, crétin, fou, etc. Selon les pays, selon les régions ou les familles on trouvera de très nombreux termes différents de ceux-ci. Il est important de se rappeler que dans la langue française, le Dico des Rimes donne 92 synonymes du mot fou ; aberrant, abruti, absurde, abusif, acharné, agité, aliéné, amoureux, anormal, arriéré, bizarre, burlesque, bête, chimérique, cinglé, crétin, dingo, dingue, débile, déchaîné, déficient, dégénéré, dément, démesuré, dérangé, etc...

Narvalo et narvalow ne seraient donc pas des mots d’origine rom ou tsigane. Nous avons néanmoins cherché si la racine narva se retrouvait quelque part et elle existe bel et bien dans le mot sanskrit Pu-narva-su qui désigne la constellation des Gémeaux, Castor et Pollux. Alors, entre la politique impitoyable à l’égard des Roms de Patrice Bessac, maire de Montreuil qui laisse les familles errer dans les rues été comme hiver, chassées, pourchassées par la police municipale et les récents propos, jugés « indécents » par le Secours catholique et par la Fondation Abbé Pierre, de Christophe Castaner, lequel affirmait que des familles sans-abri refusaient d’être logées lors des maraudes, lequel est Castor, lequel est Pollux ?

Le #narvalowgate de Montreuil, querelle sémantique, ne serait-il qu’un triste épisode supplémentaire  de Narva contre Narva ? 

1024px-repin-saporoher-kosaken

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.