Outreau, onze ans après.

 

Du Calvaire à la Rédemption. Onze ans après, que sont devenus ceux d'Outreau?

De nombreux messages personnels ont fait part de l'inquiétude générale concernant le silence relatif actuel autour de l'affaire d'Outreau, et notamment sur ce qui est advenu des fameux acquittés. Alors disons que, onze ans après très exactement, les nouvelles sont plutôt bonnes, mais pas pour tout le monde, comme vous le verrez.

Revenons d'abord un peu en arrière. A la fin des procès (2005), des tractations financières secrètes eurent lieu, au plus haut niveau, afin de dédommager les acquittés de Paris et de Saint-Omer (et de faire en sorte que le volet Legrand fils mineur ne soit jamais audiencé, contrairement au Droit. Malheureusement, il fallu bien le juger, in extremis). Même s'il n'est absolument pas question ici de nier la dureté de la condition pénitentiaire française, indigne d'une nation moderne, ni que le dédommagement pécuniaire est une mesure salutaire (que faire de plus?) pour tâcher de compenser les années de prison, on se souviendra, d'abord, que Patrick Dills, qui fit dix-sept années de prison, obtint l'équivalent actuel de 150 000 euros.

Si, concernant nos acquittés, le dédommagement moral fut plus satisfaisant, puisque outre les excuses de la Chancellerie, celles du Premier Ministre de l'époque Dominique de Villepin, puis celles du Président Chirac lui-même, excuses écrites au nom de la République française et dépêchées tout spécialement par les motards de l'Elysée au domicile de chacun, les tractations concernant l'aspect financier ont été, de leur côté, menées rondement. Ces tractations, tenues cachées, s'élevèrent, selon des informations sûres, à environ dix millions d'euros pour les treize, soit une moyenne de 800 000 euros chacun. Il est cependant à envisager que certains ont obtenu plus que d'autres, eu égard aux conséquences dommageables de l'incarcération sur leur réputation et leur carrière professionnelle. Accessoirement, il ne faut pas oublier que les enfants victimes de traumatismes beaucoup plus importants que la prison pour des adultes, n'ont reçu que 30 000 euros chacun, puis envoyés à la rue sans aucune sorte de soutien à leur majorité. D'autres sont peut-être repartis chez eux pour que la famille reçoive l'indemnité.

Certes, pour nos acquittés, il leur a fallu déduire les sommes versées à leurs avocats respectifs, et que l'on peut juger conséquentes(mais négociées)... Les ténors du barreau ne sont bénévoles qu'un temps.

Les époux Lavier s'achetèrent de leur côté tout ce qu'il faut pour être enfin bien: grosse voiture, grande maison en centre ville, tout l'équipement nécessaire pour se sentir heureux, dont un circuit intérieur de caméras vidéos; des joujous et tant et plus pour les petits gosses. Cela ne les empêcha pas d'avoir ensuite maille à partir avec la justice, pour violences et maltraitances sur deux de leurs enfants mineurs, âgés de dix et onze ans. Certes, considérés contre primo-délinquants, les parents ne furent condamnés qu'à du simple sursis. Le Procureur de l'époque (en 2012), Jean-Philippe Joubert, avait pourtant déclaré devant les caméras de télévision que «les chambres de ces deux enfants qui se sont enfuis étaient vraiment des mouroirs. Il n'y avait même pas de lumière, il n'y avait pas de poignée pour sortir et il y avait des caméras partout pour filmer des enfants qui arrivent presque à l'âge de la puberté». Plus récemment, en juin 2016, Franck Lavier sera placé en garde à vue durant 48 h., puis mis en examen avec interdiction de retourner à son domicile, pour viol présumé sur sa fille C. (dont le prénom réel a été scandaleusement dévoilé par la presse) âgée de 17 ans. L'instruction suit son cours, et se déroulera, peut-être, dans des conditions raisonnables de bonne justice. Franck se souvient-il peut-être, non sans émotion, que l'affaire d'Outreau avait débuté pour lui de la même façon. Hormis ces petits soucis du quotidien, Franck et Sandrine Lavier se portent bien.

De son côté, l'abbé Dominique Wiel est devenu une sorte de vedette que l'on a souvent croisée à la télévision. Il sillonne la France pour y faire des conférences. En seulement quatre ans, il en aura organisé plus d'une centaine pour raconter son histoire. Lui aussi a écrit un livre. D'après La Voix du Nord (nous sommes en 2011), il animait chaque mois une formation aux faits-divers à destination des journalistes de FR3. En 2016, il continue, à près de 80 ans, à participer à des débats et des conférences. Il trouva quand même le temps d'adhérer au comité de soutien de Jean-Paul Lagache, condamné deux fois aux Assises pour pédophilie. Notre abbé vieillit bien et reste fidèle à ses convictions.

Le taxi Pierre Martel, qui fut acquitté à Saint-Omer en 2004, a repris ses activités dans la discrétion. Le père Legrand et Christian Godard sont décédés. De Thierry Dausque, acquitté en appel, aucune nouvelle.

Le fils Legrand a encore eu des petits ennuis avec la justice. Il avait déjà été condamné à trois mois fermes pour trafic de drogue, sans exécuter sa peine (en 2007). Il a été condamné plus récemment à du sursis pour violences sur la mère de son fils. Il avait également insulté son enfant devant témoins en lui faisant un doigt d'honneur et lui disant :«Va te faire enculer!». L'enfant, qui avait deux ans, connaissait-il-il le sens de la formule? Sinon, pour le reste, ça va. Il est à espérer pour lui qu'il ne se fasse pas trop remarquer : son avocat Julien Delarue doit commencer à fatiguer. On peut aussi s'interroger sur le fait que le fils Legrand, après avoir acquis voiture et logement, habite dorénavant chez sa mère et dort, selon ses dires, dans le canapé du salon, lui qui aurait touché, si l'on y ajoute l'indemnité de son père décédé, plus d'un million d'euros...A moins que... Quand on songe qu'avant l'affaire, la famille avait acheté (à crédit) à la fin des années 80 une maison individuelle dans un quartier résidentiel de la station balnéaire de Wimereux, avec un salaire d'ouvrier et une mère au foyer, puis que cette maison s'était trouvée perdue juste avant les événements pour une obscure raison....

Roselyne Godard (la boulangère) a désiré un temps se lancer dans des études de Droit pour devenir avocate, profession exercée à but lucratif, sûrement sur les conseils avisés de son défenseur et mentor, Eric Dupond-Moretti, «Maître Dieu», comme elle l'appelait. On ne sait trop à quoi aboutirent ces études.

Odile Marécaux-Polvèche, femme de l'huissier, a été indemnisée aussi, a récupéré l'intégralité de son salaire d'infirmière à l'Education Nationale, ce qui peut sembler tout-à-fait normal. Pourtant, comme elle avait décidé, après son divorce, de résider en Bretagne, un poste fut spécialement créé pour elle là-bas sur ordre du Ministre de l’Éducation Nationale. Rarement, dans l'histoire judiciaire française, considérant que l' «erreur judiciaire» n'en fut pas une, des détenus provisoires jugés finalement innocents n'ont été traités par l’État avec autant de bienveillance, d'égards et de mansuétude. Chapeau bas! Il est à souhaiter que toutes les «victimes» de notre justice soient traitées de la même façon.

L'huissier Alain Marécaux, que l'on a aussi beaucoup vu à la télévision, est également un cas qui peut intéresser. Il avait déclaré, on s'en souvient, avoir tout perdu avec cette affaire. Mais il avait oublié de raconter que son couple battait très sérieusement de l'aile. Que sa femme Odile avait fait une tentative de suicide, en juin 2001, de même que l'un de ses fils. Qu'Odile présentait de nombreuses marques de coups, mais qu'elle les imputaient à son fils aîné, et non à son mari: ouf! Que les trois enfants avaient fugué à plusieurs reprises. Que sa propre mère était déjà très sérieusement malade avant les ennuis judiciaires et que la mort de celle-ci ne peut être en rien imputée à Fabrice Burgaud. Que son étude dut être vendue (peut-être pas au meilleur prix, on peut en convenir). Qu'il revendit sa résidence principale, surnommée le «Manoir», puis sa résidence secondaire. Et donc qu'il fut payé pour tout cela, au moins, et que ces sommes s'ajouteront donc aux indemnités que l'on jugea, d'ailleurs, particulièrement conséquentes, puisqu'il fut question de deux millions d'euros (somme importante qui vint, si l'on réfléchit, en déduction de l'indemnité des autres, par exemple de celle des Legrand, qui restent, malgré tout, des prolétaires. Daniel Legrand, père: «On a été indemnisé, mais on n'a pas touché comme on avait dit...»). Le reste de l'histoire est plus connu: Alain Marécaux publia (avant même l'appel) un livre qui devint un best-seller( Il parvint à publier chez Flammarion, et les droits de l'ouvrage furent rapidement achetés). On en tira un film (dans lequel Marécaux était conseiller technique) qui remporta un assez bon succès, davantage grâce à une grosse campagne de promotion et au choix de l'acteur principal, Philippe Torreton, qu'à ses qualités purement cinématographiques. Il est cependant à déplorer que cette œuvre présentée comme une fiction ait utilisé sans vergogne le nom des protagonistes réels. Les avocats du Juge Fabrice Burgaud, lui-même incarné avec réalisme par un acteur-sosie, s'en virent refuser la supervision. Alain Marécaux retrouvera son métier d'huissier de justice. Il a maintenant une étude à Dunkerque (elle porte son nom), mais passe le plus clair de son temps dans sa résidence du Midi, en Ardèche.

Sous cet aspect positif des choses, le cas le plus emblématique de Rédemption reste celui de Karine Duchochois. Elle est indemnisée alors qu'elle n'a pas fait un seul jour de prison, hormis la garde-à-vue. Après avoir beaucoup pleuré pour retrouver son fils, dont le père-duquel elle était séparée et qui habitait avec l'enfant en région parisienne- avait pourtant obtenu la garde bien avant le début de l'histoire, elle écrit, elle aussi, un livre pour défendre sa cause (avant l'appel également-et l'on mesure dans quel état d'esprit se trouvait donc, l'opinion publique à propos de leur culpabilité présumée- le livre de Florence Aubenas, La Méprise, n'étant pas encore sorti pour enfoncer un coin supplémentaire)). Elle publie rapidement chez l'éditeur parisien Plon, un témoignage dont le titre ne lui conviendra pas: Moi Karine, innocente et cassée. («Je n'ai jamais été cassée», déclarera-t'elle). L'ouvrage, malgré une qualité objectivement médiocre, reçoit le prix littéraire «Comte de Monte Christo», tout nouvellement créé juste à ce moment-là, en 2005, et qui vise à récompenser les oeuvres littéraires autobiographiques sur la justice. C'est Gérard Lhéritier, présenté parfois comme un «ami» de Karine, qui en est l'initiateur. Karine en deviendra d'ailleurs l'attachée de presse. Mais Lhéritier, surnommé par des perfides le «Madoff» des lettres et qui fréquente le beau monde, de Rachida Dati à Nicolas Sarkozy, aura quelques petits ennuis avec la justice. Comme le rapportent de nombreux quotidiens, dont Le Nouvel Observateur (article du 7/12/14), celui que l'on présente aussi comme le plus gros acheteur mondial de manuscrits, est inquiété dans une enquête préliminaire pour «escroquerie en bande organisée et pratique commerciale trompeuse». Il s'agit de l'affaire Aristophil. La société, qui a ensuite ouvert une filiale en Belgique, dont Patrick Poivre d'Arvor est le parrain et le promoteur zélé, est basée sur le malin système de la pyramide de Ponzi. Les souscripteurs, qui espéraient de gros bénéfices dans l'investissement sur l'achat et la revente de manuscrits rares, n'auront plus que leurs yeux pour pleurer. PPDA sera entendu par la brigade financière sous le régime de la garde à vue pour un prêt de 400 000 euros accordé par Lhéritier, et qui a disparu des comptes. La société sera placée en liquidation judiciaire en 2015 et Lhéritier ne sera pas ennuyé plus que ça, même si l'affaire n'est pas terminée.

Bref, à l'époque où Karine reste personnellement très proche de l'influent présentateur de télévision PPDA, TF1 acquiert les droits de l'ouvrage de sa protégée pour en réaliser ensuite une fiction télévisée. En 2007, notre Karine rentre comme journaliste à France Info et tiendra une chronique «Le Droit d'Info» consacrée à la justice. Dorénavant journaliste, elle adhère, sans aucun diplôme ni qualification, à l'Association des journalistes judiciaires, présidée à l'époque par Stéphane Durand-Soufflant, chroniqueur du Figaro. Le monde est petit. Elle devient également journaliste animatrice du magazine hebdomadaire télévisé «Engrenage infernal» sur la chaîne Planète+ Justice. Elle réalise, en 2011, un reportage documentaire sur Outreau (à charge contre Fabrice Burgaud, bien entendu), diffusé dans l'émission «Zone Interdite» (M6). Entre temps, elle a aussi été engagée par la chaîne 13° Rue («Passeport pour le crime»), chaîne que PPDA rejoindra à son tour en 2013, et où officiait déjà Christophe Hondelatte, prosélyte infatigable de la thèse des défenseurs (les enfants ont menti, il n'y a pas de réseau criminel, etc.). Pour Karine Duchochois en tout cas, ce fut donc comment passer du ghetto ( des HLM d'Outreau) au gotha.

Questionnée en 2008 par le même Christophe Hondelatte dans son émission de France 2 Faites entrer l'accusé :«Karine, vous avez de l'ambition, il ne faut pas craindre de le dire, c'est bien l'ambition...Alors, cette affaire, peut-on dire qu'elle vous a finalement servie?» Réponse de Karine Duchochois:«Oui». Donc, là-aussi, tout va pour le mieux.

Le lecteur trouvera sans doute ces considérations mesquines, triviales, déplacées ou malveillantes de la part de celui qui tient cette plume...Il devrait plutôt se réjouir que les acquittés s'en tirent globalement mieux que les enfants violés d'Outreau.

 

Triviales et déplacées aussi, ces quelques remarques sur ce mystérieux prix littéraire «Comte de Monte Christo» dont il est question plus haut, quand on sait qu'il a été décerné également en 2009 aux Legrand père et fils pour Histoire Commune, témoignage dont la médiocrité littéraire n'est pas à prouver, écrit avec Youki Vattier ( réalisateur qui connaît bien Hondelatte pour avoir travaillé avec lui) : il s'agit, plus précisément, de la catégorie «Prix de l'émotion face à l'injustice»! A y regarder d'encore plus près, on se rend compte que, parmi les jurés de ce prix, il y a eu Patrick Poivre d'Arvor himself, mais aussi Philippe Houillon, député Rapporteur de la Commission d'Enquête parlementaire sur l'affaire en 2006 ; bon nombre de journalistes, comme Dominique Rizet du Figaro, ancien du SIRPA (Service d'Information et de Relations Publiques des Armées), qui officie sur la chaîne Planète+Justice (comme Karine), copain de Christophe Hondelatte et de l'avocat Dupond-Moretti ; le magistrat Serge Portelli, les journalistes Daniel Carlin, Matthieu Aron, ancien directeur de la rédaction de France Inter, coscénariste avec Marie-France Etchegoin (ancienne Rédac-chef de l'Obs) d'un documentaire sur l'affaire Alègre défendant la thèse de l'absence de notables («Notable donc coupable») et...l'avocat Eric Dupond- Moretti himself aussi! Ajoutons que Dominique Baudis obtint le prix en 2005 pour Face à la Calomnie, publié par Bernard Fixot qui publia également dans son autre maison Oh!Editions le témoignage de l'abbé Dominique Wiel. Inutile de charger la barque, mais Alain Marécaux reçut ce même prix pour Chronique de mon Erreur Judiciaire... Du beau linge bien propret, qui a ses entrées un peu partout, tous gardiens jaloux et militants de la doxa et tous parties prenantes dans l'histoire ou ayant des idées précises sur le fait de ne pas «trop écouter les enfants victimes» ; qu'il n'y a jamais de notables dans ce genre d'affaire, la preuve étant qu'aucun n'est jamais condamné; que le «réseau pédocriminel» est un fantasme de cinglés...

 

Donc tous gens, zélateurs de l'histoire officielle, qui se connaissent parfaitement, se fréquentent, déjeunent, cocktailent ensemble, fréquentent les palaces et la jet-set... et sont totalement objectifs. Il faut bien se serrer les coudes. Des personnes d'influence proches des vrais lieux de pouvoir, officiels ou non-officiels et qui assurent le pluralisme de l'information. Vous savez-bien: ceux qui font et défont l'opinion publique, pour notre plus grand amusement...

PS : Ce qui est dit ici est vérifiable, plus ou moins aisément car les médias «mainstream» ne creusent pas trop ces choses et mettent le public à l'abri des accointances, renvois d'ascenseur et intérêts communs entre les grands médias eux-mêmes, leurs serviteurs, les cercles protégés de la politique, de la magistrature, du spectacle, du sport, de la culture, de l'Education, de l'Eglise ; bref, de la plupart des Institutions. Tous gens par ailleurs forcément au dessus de tout soupçon. Les acquittés d'Outreau furent les arbrisseaux qui cachèrent la forêt et les enfants violés les grands perdants : après tout, ils ne représentent rien d'important.       

Le lecteur pertinent aura sans doute saisi que le problème était (pardon pour le gros mot) l'«invisibilisation» volontaire de ce même problème (j'espère me faire comprendre, au delà de la célèbre question un peu galvaudée: «Nous cacherait-on des choses ?»). Il aura peut-être également compris que les «dysfonctionnements» en chaîne de l'affaire d'Outreau (conjonction mathématiquement quasi impossible) n'en étaient pas réellement, et ne constituaient que l'ombreportée des fonctionnements cachés et voulus d'une mécanique qui n'était pas si mal huilée. Il pourra, en tout cas, en tirer les conclusions qu'il souhaite, comme il se doit.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.