Jacques DELIVRé
Abonné·e de Mediapart

85 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 nov. 2021

Pédocriminalité: honneur et deshonneur.

C'était en 2002, en Belgique, autour de l'affaire Dutroux-Nihoul. En France, l'affaire d'Outreau débutait. Et il ne fallait surtout pas que les comparaisons dépassent l'espèce d'assonance Dutoux/Outreau. Surtout pas. L'affaire Dutroux servit à la France de contre-modèle: que cela ne se renouvelle pas dans notre pays.

Jacques DELIVRé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Extrait de la préface du Professeur Léon Schwartzsenberg au livre de Régina Louf Silence on tue des Enfants, paru en 2002 aux éditions Mols.

Régina est une rescapée de réseaux pédocriminels qui sévissaient en Belgique. Elle fut entendue comme témoin (dénommée X1) dans l’enquête ouverte autour de l’affaire Dutroux. Les gendarmes qui travaillèrent interrogèrent d’autres rescapées, mais l’enquête leur fut retirée. Sans doute, les révélations risquaient-elles de mettre en cause des personnages qu’il ne fallait à aucun prix déranger.

« L’enquête peut être éteinte par la volonté d’autorités qui ne souhaitent pas que la Société , et que le pouvoir auquel ils tiennent tant, soient mis en cause, qu’elle tremble sur ses bases.

Mais que Messieurs les bourreaux ne se sentent pas quitte. Nous connaissons leur nom, et nous savons qu’un jour ils seront châtiés.

D’abord, à tout Seigneur tout déshonneur, au plus âgé, à «Pépère», ancien responsable politique, vous qui l’avez violée et maltraitée dès l’age de deux ans.

A vos côtés (respect pour l’âge), la grand-mère, Cécile Bernaerts, sur laquelle la justice des hommes n’aura plus à s’exercer puisqu’elle a cru être rappelée à Dieu. On ne peut s’empêcher d’être satisfait qu’une telle personne ne soit plus de ce monde. Dommage que l’enfer n’existe pas!

Auprès d’elle, les deux parents, Christiane et Georges Louf, qui, après avoir laissé prostituer leur fille dès son jeune âge l’ont «confiée» à l’âge de 12 ans à un protecteur.

Vous, justement, le maquereau, le souteneur, le tortionnaire, qui entriez dans sa chambre à n’importe quelle heure, parce que vous aviez la clé, Monsieur Antoine V., 40 ans, dit Tony, converti du toilettage des films publicitaires et à l’import-export. Et votre copain, «le représentant», à qui vous avez prêté l’enfant au cours d’une promenade et dont vous avez balancé le nom à la police ?

Et vous tous, qui participiez aux partouzes et qui vous amusiez de la peur des enfants violés : Monsieur le baron B., Maître D., avocat et Monsieur B. marchand d’armes, tout à côté de l’inévitable Tony et de Nihoul dit «Mich» qu’accompagnait son amie car il y avait parfois des femmes et c’était encore plus dangereux, car elles riaient et engageaient les hommes à frapper.

Parmi vous, le fameux baron dit «Rik» qui a sorti un couteau pour menacer la pauvre fille qui allait accoucher et dont l’enfant a été tué à l’arme blanche.

Et vous, le vieux banquier qui accompagniez Clo1 à la fin de sa vie alors que vous saviez qu’elle était condamnée.

Et vous, Monsieur l’avocat radié du barreau, qui avez assisté à l’accouchement de son petit garçon, alors qu’elle avait 12 ans avec trois autres hommes, et qui l’avez violentée pendant ses contractions ?

Et vous, beau-frère du baron, dit «Jo» qui avez forcé le doigt d’une petite fille à appuyer sur la gâchette au cours d’une partie de chasse.
Et vous, Monsieur L., président d’un grand groupe industriel ?

Vous êtes tous connus, répertoriés, membres éminents de la société.
Ce qui domine chez vous tous, grands bourgeois, faux aristocrates, hommes d’affaires, avocats, médecins, ou simples voyous, et que nous débusquerons tous (soyez-en sûrs), c’est votre vulgarité, votre bassesse.

Pas un animal au monde, qui ne pourrait vous donner des leçons de noblesse !

Tous vos noms sont connus, et si nous ne les écrivons pas, c’est pour que vous ne fassiez pas interdire ce livre, en protestant de votre honneur que vous avez tant souillé.
Mais il n’y a pas que les bourreaux, il y a ceux qui les protègent, directement ou indirectement.

Madame V., professeur de néerlandais, qui aviez immédiatement pris le parti des adultes-parents-bourreaux contre une petite fille apeurée. A quoi vous sert votre métier de pédagogue ?

Madame la directrice d’école, qui avez réservé votre compassion aux parents et à la grand-mère à qui vous avez téléphoné devant la victime pour se plaindre de ses affabulations. A quoi vous a servi votre éducation religieuse ?

Et vous, docteur J., médecin de la grand-mère, médecin de famille, qui assistiez les bourreaux, vous avez déshonoré votre profession. Comment s’étonner qu’il y ait eu de tels médecins à Auschwitz ? Comment s’étonner qu’il y en ait en ce moment aux États-Unis, pour aider à la condamnation à mort des prisonniers ?

Au contraire de tous ceux et celles qui ont joué le rôle de frein lors de l’enquête- Monsieur S., Procureur à Gand, Monsieur V., Juge d’instruction, Madame S., Substitut de Bruxelles, Madame le Procureur général à Liège, le Commandant de gendarmerie D., Madame D., Juge d’instruction-honneur à tous ceux qui se sont efforcés de faire connaître la vérité, qui ont fait honneur à leur profession et au peuple belge :

-Honneur à Jean-Marc Connerotte, juge d’instruction à Neufchateau, grâce auquel deux petites filles ont été retrouvées.

-Honneur à Michel Bourlet, procureur à Neufchateau qui a permis en outre de reprendre rapidement Dutroux après son évasion, grâce à l’annonce rapide que son arme n’était pas chargée.

-Honneur au magistrat national Van Dooren.

-Honneur au gendarme Patrick De Baets, qui a mené les premières auditions, et aux autres gendarmes : Aimé Bille, Rudy Hoskens, Michel Clippe, Stéphane Liesenborgs, Christian Pirard.

-Honneur au président de la commission d’enquête publique parlementaire et à tous ses membres.

-Honneur à un psychiatre, Marc Reisinger, qui a choisi dès le début le parti des victimes.

-Honneur aux journalistes du Morgen (Douglas De Coninck, Annemie Bulté) et de Télé-Moustique (Jean-Marie Van Heeswijck), qui ont décelé très vite les failles de l’instruction et qui poursuivent leur œuvre salutaire.

-Honneur au professeur Igodt, qui, à la tête d’un Collège de psychiatres, a affirmé, (contrairement au désir de nombreux enquêteurs) que Régina Louf n’était pas folle, qu’elle était saine d’esprit et qu’on pouvait croire ce qu’elle disait.

-Honneur à Madame Bye Heyse, qui a écouté, aidé, soutenu une patiente presque détruite par ses jours passés, qui lui a permis de revivre et qui fait honneur au beau métier qu’elle exerce : médecin.

-Honneur à Tania, l’amie qui a poussé X1 à témoigner et qui l’a chèrement payé.

-Honneur à Poffie, le chien, à Tasja, la jument, à tous les animaux auprès desquels une enfant perdue a pu retrouver une tendresse inconnue des adultes qui l’entouraient.

-Honneur à Erwin2, qui a montré que l’amour et le courage étaient plus forts que le crime et les assassins organisés.

-Honneur à tous ceux sur cette terre qui, contre ceux qui disposent du pouvoir et de l’argent pour étouffer la vérité, font entendre leur voix, parce qu’elle est celle de la justice.

-Honneur au peuple belge qui va obliger la magistrature à instruire le dossier de ces réseaux d’assassins, jusqu’à obtenir la condamnation de tous les participants à ces crimes.
-Honneur au peuple belge qui le fait au nom de tous les enfants qu’il tutoie dans son coeur et qu’il appelle secrètement par leurs prénoms : Julie, Mélissa, Elisabeth, An, Eefje, Loubna, Kim, Ken, Clo, C., et tant d’autres...qui réclame justice pour l’innocence bafouée."

Léon Schwartzenberg.

1Amie de Régina.

2Compagnon de Régina, qui parvint à la sortir de ces terribles réseaux pédocriminels.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse