Jacques DELIVRé
Abonné·e de Mediapart

89 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 nov. 2021

PPDA, Fidel Castro, prix littéraire, escroquerie,acquittés de l'affaire Outreau..

Tout cela fait beaucoup. Retours en arrière et explications.

Jacques DELIVRé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pauvre PPDA! Faut-il encore charger la barque, qui prend l'eau de toutes parts? Les calfatages furent pourtant nombreux, au fil du temps. Hormis son rapport aux femmes, dont on cause en ce moment, PPDA c'était déjà un type bizarre sous d'autres aspects.

Vedette, star même de TF1 durant des années, il s'était fait par exemple remarquer en 1991 par une fausse et assez maladroite interview de Fidel Castro. L'équipe de TF1 s'était bien rendue à la conférence de presse de Fidel à Cuba, mais aucune question ne put lui être posée par PPDA. Sans doute, le Leader Maximo ne devait pas regarder le fameux JT de TF1? Peut-être même -comment faisait-il?- ne connaissait-il pas PPDA? Quoi qu'il en soit, Fidel répondit à des tas de questions, notamment à celles posées par des journalistes de médias sud-américains. Notre PPDA national, vexé sans doute de ne pas avoir obtenu l'exclusivité, fut donc bien obligé d'inventer une fausse interview: fausses questions, jamais posées par PPDA à Fidel, vraies réponses de Fidel, aux vraies questions posées par d'autres journalistes. Vous suivez? Questionné quelques temps auparavant sur ce genre de pratiques journalistes des questions posées après, il avait pourtant déclaré être contre, que cela faisait "trucage": "La base du métier [de journaliste, pas d'illusionniste], c'est l'honnêteté." Ben ouais. L'honnêteté est même la base de plein d'autres trucs dont vous n'avez pas idée, Monsieur Poivre...

Plus près de nous, PPDA, ami de Gérard Lhéritier, sorte d'homme d'affaires peu scrupuleux, parvient à se compromettre un peu et fera de la garde à vue dans le cadre d'une enquête d'escroquerie. C'est cette histoire qui va être rappelée ici.

Curieusement, cette histoire où il est question de manuscrits et de Belles Lettres, va mettre en rapport PPDA avec d'anciens accusés de l'affaire d'Outreau, devenus acquittés.

Parmi les acquittés de l’affaire d’Outreau, le cas le plus emblématique reste celui de Karine Duchochois. Elle est grassement indemnisée alors qu'elle n'a pas fait un seul jour de prison. Elle écrit, rapidement elle aussi, un livre(avant l'appel) chez l'éditeur parisien Plon, dont le titre ne lui conviendra pas: Moi Karine, innocente et cassée. (« Je n'ai jamais été cassée », déclarera-t'elle). L'ouvrage, malgré une qualité objectivement médiocre, reçoit le prix littéraire « Comte de Monte Cristo », tout nouvellement créé en 2005, et qui vise à récompenser les oeuvres littéraires autobiographiques. Le prix aura une durée de vie éphémère. C'est Gérard Lhéritier, présenté parfois comme un « ami » de Karine, qui en est le créateur. Mais Lhéritier,  surnommé le « Madoff » des lettres, qui fréquente le beau monde, de Rachida Dati à Nicolas Sarkozy en passant par PPDA himself (c'est un ami), aura quelques petits ennuis avec la justice. Comme le rapporte de nombreux quotidiens, dont Le Nouvel Observateur (article du 7/12/14), celui que l'on présente aussi comme le plus gros acheteur mondial de manuscrits, est inquiété dans une enquête préliminaire pour « escroquerie en bande organisée et pratique commerciale trompeuse »1.

Bref, à l'époque où Karine reste personnellement très proche aussi de l'influent présentateur de télévision PPDA, TF1 acquiert les droits de l'ouvrage de sa protégée pour en réaliser ensuite une fiction télévisée...Qui ne verra jamais le jour: mais au moins l'argent sera empoché. En 2007, notre Karine rentre comme journaliste (elle n'a ni diplôme, ni compétences) à France Info et tiendra une chronique « Le Droit d'Info » consacrée à la justice. Dorénavant journaliste, elle adhère à l'Association des journalistes judiciaires, présidée à l'époque par Stéphane Durand-Souffland, chroniqueur du Figaro, ami de Dupond-Moretti et partisan de la thèse : il ne s’est rien passé à Outreau. Le monde est petit. Elle devient également journaliste animatrice du magazine hebdomadaire télévisé « Engrenage infernal » sur la chaîne Planète+ Justice. Elle réalise, en 2011, un reportage documentaire sur Outreau, diffusé dans l'émission « Zone Interdite » (M6), et qui reprend la vulgate mensongère servie au public depuis le début. Entre temps, elle a aussi été engagée par la chaîne 13° Rue (« Passeport pour le crime »), chaîne que PPDA rejoindra à son tour en 2013, et où officiait déjà Christophe Hondelatte. Pour Karine Duchochois, ce fut donc comment passer du ghetto (d'Outreau) au gotha.

Questionnée en 2008 par le même Christophe Hondelatte dans son émission de France 2 « Faites entrer l'accusé »: « Karine, vous avez de l'ambition, il ne faut pas craindre de le dire, c'est bien l'ambition...Alors, cette affaire (d'Outreau), peut-on dire qu'elle vous a finalement servie? » Réponse de Karine Duchochois: « Oui ».

Toutes considérations qu'on jugera « triviales ». Sans aucun doute. Triviales encore, ces quelques remarques sur ce mystérieux prix littéraire « Comte de Monte Cristo » dont il est question plus haut, quand on sait qu'il a été décerné (généralement au Fouquet's) également en 2009 aux Legrand père et fils (autres acquittés de l’affaire) pour leur bouquin Histoire Commune, témoignage dont la médiocrité littéraire n'est pas à prouver: il s'agit, plus précisément pour eux, de la catégorie «Prix de l'émotion face à l'injustice». L'ouvrage a été rédigé avec Youki Vattier, réalisatrice qui travailla, par ailleurs, avec Christophe Hondelatte. A y regarder d'encore plus près, on se rend compte que, parmi les jurés, il y a eu Patrick Poivre d'Arvor himself, mais aussi Philippe Houillon, député Rapporteur de la Commission d'Enquête parlementaire sur l'affaire en 2006. L'huissier Alain Marécaux, acquitté d'Outreau lui aussi, recevra le prix lui aussi en 2006, pour un bouquin qu'il a écrit lui aussi (Chronique de mon Erreur judiciaire). Faut bien s'entraider un peu...

D'ailleurs, si l'on prend la peine de consulter la liste des membres du jury, on y trouve d'autres connaissances, beaucoup de journalistes, certes, un député comme on l'a dit, mais aussi un magistrat et un avocat:

-Dominique Rizet du Figaro, qui travaille (lui-aussi!) avec Christophe Hondelatte, un ami, pour la télévision (Faites entrer l'accusé). Qui officie également sur la chaîne Planète+Justice (comme Karine Duchochois), mais qui est copain de surcroît avec Eric Dupond-Moretti ( avocat qui remportera de son côté le 6e prix Comte de Monte Cristo avec Loïc Sécher pour Le Calvaire et le Pardon). Dominique Rizet a commencé sa carrière au SIRPA2 , et c'est sans doute pour cela qu'il a ses entrées un peu partout, notamment dans les milieux de l'armée et de la police, ce qui aide grandement quand on veut avoir accès à des informations délicates.

-Daniel Karlin, journaliste qui a popularisé, en son temps, les travaux aujourd'hui controversés de Bruno Bettelheim sur l'autisme, et qui est auteur d'un documentaire plus récent diffusé sur France 2 (Des enfants abusés) et dans lequel il confronte («sans tabous et sans les juger») un pédophile et sa victime. Cela fait immédiatement songer à la célèbre boutade attribuée à Jean-Luc Godard: « 5 minutes pour Hitler, 5 minutes pour les Juifs. »

-Le magistrat Serge Portelli, auteur d'ouvrages sur les violences faites aux enfants, mais grand défenseur de la thèse «on a beaucoup trop écouté les enfants à Outreau».

-Mattieu Aron3, qui fut directeur de la rédaction de France Inter, auteur d'un récent ouvrage de compilations les grandes plaidoiries du siècle où l'on retrouve celle de l'avocat de la défense à Outreau Hubert Delarue. Mais aussi co-scénariste avec Marie-France Etchegoin du documentaire sur l'affaire Alègre Notable, donc Coupable, et qui, comme son titre l'indique, défendit ardemment la thèse de la non-participation de personnalités dans l'affaire, contrairement à ce que tendait à monter l'enquête du gendarme Michel Roussel qui fut finalement soigneusement écarté4.

-L'avocat Eric Dupond-Moretti, décidément copain avec tout le monde, etc. Il eut l’avenir que l’on sait.

Bref, du très beau monde influent, proche des cercles des pouvoirs (officiels et non-officiels); de ceux qui se connaissent bien pour se fréquenter et discuter, casser la croûte, boire un verre, qui font et défont l'opinion publique pour notre plus grand amusement mais, semble-t'il bien, toujours dans la même direction...

Karine était devenue, en son temps, attachée de presse de la société de Lhéritier Aristophil. Puis, plus récemment, attachée aux relations publiques du Musée des Lettres et Manuscrits.

1 Il s'agit de l'affaire Aristophil. La société, qui a ensuite ouvert une filiale en Belgique, et dont Patrick Poivre d'Arvor est le parrain et le promoteur zélé, et qui est basée sur le malin système de la pyramide de Ponzi, sera mise en liquidation judiciaire en 2015. Les souscripteurs, qui espéraient de gros bénéfices dans l'investissement sur l'achat et la revente de manuscrits rares, n'auront plus que leurs yeux pour pleurer. PPDA sera entendu par la brigade financière sous le régime de la garde à vue pour un prêt de 400 000 euros accordé par Lhéritier, et qui a disparu des comptes de la société.

2Service d'informations et de Relations Publiques des Armées.

3Diplômé aussi de l'INHESJ, l'institut national des hautes études de la sécurité et de la justice.

4Roussel qui déclarera notamment (Colloque Justice et affaires sensibles, Cercle républicain, 9/11/09) : « L'affaire Alègre n'est pas la version fabriquée dans le film Notable donc coupable. C'est un tueur « qui a tué pour lui et pour les autres, probablement protégé ». L'affaire, « c'est de trop nombreux dossiers véritablement sabordés, un passif énorme de dossiers criminels qu'il est impératif d'ouvrir ».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali
Journal — Économie
Le risque d’une crise systémique de l’économie
Avec l’irruption de l’inflation s’engage une nouvelle phase de la crise du capitalisme. Désormais, celle-ci semble totale et multidimensionnelle. En trouver l’issue sera de plus en plus complexe. 
par Romaric Godin
Journal — États-Unis
Attaque du Capitole : Donald Trump plombé par un témoignage dévastateur
Une membre du cabinet de l’ancien président états-unien a témoigné mardi devant la commission d’enquête sur les événements du 6 janvier 2021. Elle affirme que Donald Trump savait que ses partisans étaient armés et qu’il a voulu les rejoindre.
par François Bougon
Journal
La crise politique de 2019 secoue encore la Bolivie
L’ancienne présidente par intérim, Jeanine Áñez, a été condamnée à 10 ans de prison pour non-respect de la Constitution et manquement à ses devoirs, pour s’être installée à la présidence sans en avoir le droit, en 2019, après le départ d’Evo Morales. Une procédure judiciaire loin d’être finie. 
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux
Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale