Procès de Franck Lavier: y aurait-il un pilote dans l'avion?

Franck Lavier, acquitté dans l'affaire d'Outreau, devrait repasser en jugement.

Procès Franck Lavier : y aurait-il un pilote dans l’avion ?

Pour un viol, qui est un crime, ce sont toujours (normalement) les assises. Les assises jugent les crimes, par exemple des faits (présumés) de viol, qui peuvent se traduire par des condamnations allant jusqu’à 15 ans d’incarcération. La correctionnelle juge les délits. Pour une agression sexuelle, cela peut aller jusqu’à 5 ans de prison.

Ce qui devait, semble-t-il, être organisé pour juger Franck Lavier, « acquitté d’Outreau », accusé de viol par sa fille, désormais majeure, qui a porté plainte et ne l’a pas retirée. C’était en 2016. L’instruction aura donc duré 5 ans : un peu longuet, quand même. On ne s’est pas pressé.

L’instruction se termina récemment. Mais il fut proposé, au lieu des assises, la Cour Criminelle. Destinée à désengorger les tribunaux, la cour criminelle peut juger les crimes, en effet. Défendue par l’actuel Ministre de la Justice, elle était en expérimentation depuis 2018. La partie civile refusa, semble-t-il, cette possibilité. En effet, la cour criminelle se compose de cinq magistrats professionnels, mais il n’y a pas de jury populaire.

On apprend, au final, que Lavier sera jugé par un tribunal correctionnel. Ce qui signifie donc que la qualification pénale initiale de crime (viol) a été rétrogradée en délit (agressions sexuelles) par le Juge d’instruction et le Procureur. On peut se demander pourquoi. Selon beaucoup, la correctionnalisation des crimes est illégale, et la partie civile pourrait interjeter appel. De même, le tribunal correctionnel pourrait, s’il s’agit bien d’un crime, se déclarer incompétent.

Franck Lavier a déjà été jugé pour viols sur mineurs : aux assises de Saint-Omer (2004), il fut condamné à 5 ans fermes. Puis, acquitté en appel à Paris (2005), et grassement indemnisé par l’État, ainsi que sa femme Sandrine. Il fut pourtant condamné en 2011 pour violences sur deux de ses enfants, qui présentaient de graves sévices corporels( ils s’étaient enfui chez leur ancienne nourrice). Le procureur de l’époque parlait devant les télévision, en évoquant la chambre des enfants, d’un « véritable mouroir ». Rien de moins. Considérant que Lavier était primo-délinquant, et un peu traumatisé par l’affaire d’Outreau, il ne fut condamné (tout comme sa femme) qu’à du sursis. Tout ça ne l’empêcha pas d’être convoqué comme témoin (de moralité?) au procès de Daniel Legrand à Rennes pour disculper le jeune homme. Et en profiter pour tancer les jeunes gens partie civile (les trois frères Delay, Chérif, Dimitri et Jonathan): c'est pas bien de mentir, et tout ça et tout ça. Franck Lavier était devenu un véritable spécialiste de toutes ces choses-là.

Franck Lavier est donc déjà passé devant les assises, pour viols sur mineurs, et en connaît donc parfaitement le chemin. Aujourd’hui, ce serait la correctionnelle, pour exactement le même type de crime ? En outre, avec circonstances aggravantes : viols (peut-être répétés) sur mineure, par un ascendant (le père). Nous sommes bien dans le contexte d’une famille incestueuse (présumée!).

Pourquoi tout ça ?

Les mauvaises langues, comme il n’en manque jamais lorsqu’il s’agit de crimes sur enfants, allez savoir pourquoi, s’imagineront peut-être que la personnalité de l’actuel Ministre de la Justice n’est pas étrangère à la chose : Eric Dupond-Moretti. EDM, ancien avocat de la défense d’une des accusés de l’affaire d’Outreau, qui construisit habilement sa notoriété sur la chose, se paya généreusement, comme ses copains Delarue, père et fils, Berton et tous les autres, en négociant des indemnités exceptionnelles pour leurs clients acquittés.

S’il peut être prouvé qu’il a pu y avoir pression, et que Dupond n’occupe pas le poste qu’il occupe par hasard, cela signifie que, pour une fois, il y a un pilote dans l’avion.

Étant lui-même indisponible pour le moment, tout occupé à distribuer du papier sur les marchés pour se faire élire, ses copains avocats, comme ils l’ont fait à Rennes pour défendre Daniel Legrand fils, viendront-ils au secours de la malheureusement Fabienne Roy-Nansion, défenseure esseulée de Lavier ? Et, elle aussi, ancienne avocate de la défense au moment de l’affaire d’Outreau ? Le Service-Après-Vente de la mystification exige-t-il encore de tels douloureux sacrifices ?

En tout cas, L’association de défense des enfants Innocence en Danger vient de se porter partie civile.

Tout ça promet encore de beaux pugilats et controverses, de longs articles mensongers et partisans dans les médias, de la part de journalistes que tout le monde connaît…

A moins que les choses aient un peu changé dans les mentalités. Vingt ans passés, c’est une génération.

Allez donc savoir.

Comme je le disais dans un précédent billet, l’affaire d’Outreau est loin d’être terminée.

Remarque: selon une information livrée ce matin par Jacques Thomet, il est écrit officiellement dans les réquisitions de renvoi devant la correctionnelle:"Les faits de viol et agressions sexuelles par ascendant sont caractérisés, et ce, malgré les dénégations de Franck Lavier, mais ils doivent être analysés, en opportunité [je souligne] en faits d'agressions sexuelles par ascendant. Le renvoi en correctionnelle est acquis"; Tour de passe-passe, donc: les viols sont bien des viols, mais se métamorphosent, tout en restant des viols, en agressions sexuelles...

Bien entendu, cette formule "en toute opportunité" existe. Elle semble bien renvoyer au pouvoir dit "discrétionnaire" de l'administration. Ce qui signifie qu'il est donc possible, légalement, de s'affranchir des règles du droit quand certaines circonstances l'obligent. Mais QUELLES circonstances, précisément? Parce que Franck Lavier est un ancien acquitté d'Outreau? Parce que Franck Lavier n'est pas soumis aux mêmes lois communes que tout le monde?

Il s'agit donc bien d'une décision arbitraire laissée à la libre appréciation de celui qui la prend: circulez, y a rien à voir, et si vous n'êtes pas contents, c'est pareil! Confirmation-une de plus- que l'affaire d'Outreau n'est, en rien, une affaire ordinaire. Certainement pas ce que l'on a bien voulu nous en dire: un simple inceste familial élargi à deux voisins...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.