Outreau, la série

OUTREAU, la série... Episode dix ( deuxième partie).

B :... Et alors, il y a des moments, dans l'émission de la saison 3 qui sont quand même marrants, et ceux-là, j'm'en souviens bien, du genre quand Jacques T., avec son bon accent franc-comtois, dit au mec H.:«Ben, j'suis sûr que, de toute façon, n'avez pas pu lire les 30 000 pages du dossier que je me les suis coltinées pendant quatre mois rien que pour les lire et qu'heureusement que je suis à la retraite, et que j'ai emm... tout le monde dans mon entourage avec toutes ces histoires cradingues et que, quand on rentre là-dedans, c'est pas possible d'en sortir indemne, ça tourne carrément à l'obsession, et que j'y pense tout le temps parce que c'est sur des gosses, parfois tout p'tits, des bébés, et que c'est dégueulasse, et tout, et que vous avez dit, dans votre bouquin que les enfants avaient été indemnisés pour des viols «imaginaires» alors qu'il y en a quand même DOUZE reconnus officiellement victimes, et que c'est carrément pas très classieux dans la bouche d'un représentant du Peuple Souverain et de notre mère à tous, la République, de s'en prendre comme ça à de pov'gamins et que, ras l'bol, etc»...

A : Je me souviens!...Oh la la, il était chaud bouillant!... Un journaliste qui croit à ce qu'il fait, c'est vraisemblable, ça, dans une fiction?...

B : Ben quand même, il y en a!...Bon alors, le mec H. qui prend de haut Jacques T. en pensant style:« Mais qu'est-ce c'est qu'cette émission à la gomme, où y zont invités ce gars-là, dont j'vais quand même pas m'emmerder à lire son bouquin de laborieux...Regardez-moi le pedzouille avec ses gros sabots qu'est v'nu visiter la capitale avec sa carte senior,...», ( Tu parles, dans la série, le pedzouille en question, il avait été rédac chef de l'AFP!...et il habite Paris !...) et le mec H. qui daigne malgré tout condescendre à descendre de la stratosphère des idées pures et supérieures où c'est qu'il est tout le temps ( tu penses, il est député, c'est pour dire qu'il est vachement intelligent), et qui, en songeant (in petto):«Vous êtes tous des nabots, mais comme y a des gens qui r'gardent, j'vais m'abaisser deux s'condes...», lui répond, donc:« Dois-je vous rappeler, Môssieur, que j'ai fait des études de Droit ( c'est vous dire si j'suis vachement intelligent...), et que, n'est-ce pâs, vous avez mis longtemps à lire le dossier, tout çâ...( l'air de dire, la Franche- Comté, c'est pas près de la Suisse, hein?...), eh! bien, moâ, que voulez-vous, il m'a fallu beaucoup moins de temps que vous pour établir mon intime conviction sur cette affaire qui, j'en conviens, peut sembler fort complexe à des cerveaux un peu ruraux, mais que voilâ, moâ, j'ai tout compris en vitesse...».

A : Et alors, le machin, dans la série, tu t'souviens, qui est vraiment marrant et bien fait, c'est que tu vois, en montage alterné, mais en décalé temporel (en flash-back), le mec H. qui bosse chez lui ( ça, y a qu'une fiction qui peut montrer un truc pareil...), et donc, pendant qu'il dit tout ça à la télé, tu le vois, en alterné, bien peinard dans son burlingue avec plein de chouettes bouquins reliés cuir et tout, à se curer le pif en sirotant son darjeeling, avec les soixante rames du dossier dans un coin, et à regarder pousser les rosiers de son jardin...Bon, il feuillette de temps en temps, par ci, par là (faut dire, c'est chiant...), il prend un air inspiré du genre: « Oui, oui, oui, je commence à saisir ce que tous ces nullards ont foutu...Ah!... Si j'avais été là, etc. » Bref, on te montre deux séquences en parallèle qui se contredisent!!

B : Effet garanti!

A : Son «intime conviction» était déjà établie avant...

B : Ou, plus vraisemblablement, c'était la Grâce divine, ou le Saint-Esprit, qu'avait dégringolé sur les épaules du mec H.!...

A : Je sais pas si il aurait eu la même conviction transcendantale sans tout le battage qu'ils avaient fait aux journaux, aux radios, aux télés, que l'opinion publique, à l'époque d'avant les acquittements prévus avant même le jugement en Appel, elle était remontée comme un coucou suisse avec l'idée de l'erreur judiciaire du siècle... Déjà que les politiques sont pas biens vus (et que je sais pas pourquoi), là, ils avaient un peu la pétoche tout de même,...Il fallait des têtes sur les piques, hein?! Et que ça soye pas leurs tronches à eux les politiques, surtout... Enfin tout ça, c'est dans la série qu'ils le montrent, bien sûr...

B : Tu vois qu'elle était pas si mal, la saison 3...En tout cas, le petit juge, il en a pris pour son grade: «  Effondrement du juge Fabrice B.! Coup de tonnerre dans le Landerneau!! C'était bien qu'il avait merdé grave, qu'il était trop jeune, tout ça...» ( l'air de dire: les vieux chnoques, c'est beaucoup plus intelligent, c'est connu, warf !...). Alors, l'audition devant la Grosse Commission parlementaire, comme pour un suspect, c'était genre grand oral de l'Agrégation ou de l'ENA, ou soutenance-de-thèse-en-présence-de-monavocat, devant un jury composé de je sais pas combien de députés, et de secrétaires et tout ça, comme si c'était Nuremberg en petit, avec, pas vraiment un nazi qui comparaissait, mais presque, un naze, au moins,... Avec le mec H. qui se prend pour Fouché ou Torquemada, genre tribunal populaire !...Alors, t'imagines? Soutenir une thèse en te disant:«De toute façon, non seulement, j'l'aurais pas, même avec «Mention juste passable, sans les félicitations de personne»... Ils me prennent pour Eichmann ou quoi ?J'me suis cassé l'cul à trimer plus encore qu'un député pour faire une instruction, et que j'avais en même temps plein d'autres trucs sur le feu (si j'ose dire), comme l'incendie du tunnel sous la Manche, et ici, le verdict de ma soutenance, ça va être à tous les coups style: avertissement, blâme, rétrogradation, mutation d'office, radiation, exil en Corée de ch'Nord, ou pire encore etc...» C'est pas franchement porteur, comme machin pour se défendre vraiment, hein? Mine de rien, faut en avoir une paire quelque part, le petit juge seul jeune arrogant et tout...Moi, je pense clairement qu'il a été livré en pâture à l'opinion publique, pour calmer le monde...

A : Ouaip! C'est tout-à-fait clair...C'est ce que la série montre bien... Il faut expier les fautes de la société. C'est le bouc émissaire traditionnel, le pharmakos des anciens Grecs...(...ouais, bon, j'arrête d'étaler, ok...).D'ailleurs, dans le film sur l'huissier( mauvais et super malhonnête) qu'on voit dans la saison 3 aussi, à la fin, on nous le montre, le petit juge, enfin, son sosie, tu te souviens, on nous le montre façon vachement froid comme je ne sais pas quoi, inhumain, que t'as les autres violeurs pédotrucs qui sont beaucoup plus humains que lui...Eh! Quand le Haricot, enfin, son sosie dans le film qui joue le personnage de l'huissier qui est en prison, il a sa mère qui meurt parce que bon, elle était déjà très malade de toute façon, le film nous montre le juge qui lui dit:« Je sais, vot'mère elle a canné, qu'est-ce que vous voulez bien qu'ça m'foute?( enfin, il dit ça «en substance»...) Bon, rev'nons à nos moutonsses: alors, vot'zizi, comment qu'y va , aujourd'hui???» Warfff!...Bon, j'brode un peu, là, mais c'est le sens général...

B : Allez, tchintchin, mon quinquin!! On se marre bien des fois, hein, quand même!!?

A : Y faut!...Salut et fraternité !

FIN DE LA SAISON...

Avertissement :  Toute ressemblance présumée avec des événements réels, ou avec des personnes humaines( en tout cas, présumées telles), existant ou ayant existé, serait le produit du hasard le plus invraisemblable.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.