Outreau, la série.

 OUTREAU , la série ... Episode six:«C'est dans la boite, coco!» ou «Oh! Les belles images!»

 

A : Oh! Les belles images!

B : Tu plagies Beckett?

A : Ouais mon gars, j'ose! Ce que je veux dire, c'est que cette série, c'est pas seulement l'excellent scénar à rebondissements, la prestation grandiose des comédiens,...c'est aussi toute la façon de filmer, les plans, les angles, les mouvements de caméra, l'utilisation du hors-champ, le montage, la photo,...Tout ça, c'est très très pro !...

B : Du cinéma, quoi...

A : Niveau histoire, c'est un peu à la mode, tous ces trucs-là, de manip par les images, de « pièges à conviction », comme dit une psychologue que j'aime bien, de mélange de réalité et de fiction, où tu ne sais plus où tu en es,...On nous balade...

B : Mais quand c'est du cinoch, on aime ça, finalement!!

A : Sûr, parce c'est sans risque, tu comprends ...Du vrai divertissement intelligent ...Si tu vois Matrix , ou Inception qu'est plus récent, on ne sait plus dans quel monde on est,...dans quel rêve; tu peux rentrer dans l'inconscient des gens pour leur soutirer des infos que, eux, des fois , ils ont oubliées...C'est à la mode...Déjà, avec Truman show : tu vis dans le réel , ou tu vis dans la fiction? Mais aussi, bien avant, il y a ça chez Hitchcock et Kazan...

B : Dans quoi, par exemple?

A : Ben, dans Le Grand Alibi, ou un peu aussi dans Un homme dans la foule de Kazan...Mais là, c'est davantage sur la télé, la pub, la politique, comme chez Capra... Dans Le grand Alibi, c'est génial ! Hitch, quel talent! Tu te souviens...Au début du film, tu as le mec qui raconte sa version d'un meurtre dont il a été témoin...Lui, il est en voix off, et toi tu vois pendant ce temps les images exactement de ce qu'il raconte...Mais, en fait, après ( c'est avec Marlène Dietrich...), tu te rends compte petit à petit que le mec, c'est un gros malade, violent et tout, et, comme il est pervers, il ment et manipule tout le monde, comme tous les pervers!...Tu le crois au début uniquement parce que, quand il raconte, il y a les images qui vont avec ce qu'il affirme, qui illustrent son propos et le corroborent. Seulement voilà, mon gars, tout est FAUX!! Et le spectateur, pov'cloche, il est sur le cul quand il se rend compte que les images n'étaient pas VRAIES,...enfin plutôt, qu'elles montraient des choses qui n'existaient pas,une invention du pervers... Mais comme c'est des images, montrées en plus par le grand Hitch, tu crois que c'est vrai, puisque tu les a vues...Tu es toi-même manipulé par les images !!!Aaaah!

B : Si tu y penses, c'est un peu le Mythe de la caverne, de Platon...

A : De Platoon!..

.B : Déconne pas. Les spectateurs croient voir la réalité, parce que c'est montré par la télé ou le cinéma, des fois,...alors que ce ne sont que les «ombres» du réel..

A : Quel poète, tu fais !

B : Non , c'est ce que veut dire Platon: gaffe à ce qu'on voit, ou plutôt ce qu'on nous montre, ce qu'on a l'HABITUDE de voir...C'est super trompeur...La vraie réalité - lui dit carrément : la Vérité - n'est pas forcément ce qu'on voit...ou ce qu'on nous montre. On est un peu attachés nous aussi au fond de la caverne, à regarder passer des ombres sur les écrans...

A : Yes! Un des épisodes dans la saison 1 que j'ai vraiment adoré, c'est au moment du premier procès, dans le Nord, quand tu as les accusés, les prévenus, enfin, je ne sais comment on dit, qui sont devant toutes les télés de France et de Navarre...Ça, c'est super bien montré, le moment où ils sont filmés: et gros plan par-ci, et travelling par là, on est vraiment avec eux...La caméra qui tremblotte, les bousculades, tout le truc sur les visages. Des images qui marquent, la p'tite K. qui pleure son môme, la boulangère que tu ramasses à la petite cuillère, le cureton en travelling arrière qui sort de prison et qui dit:« Ah! Les couleurs, les couleurs, c'est surtout ça qui m'a manqué...» On s'y croirait...L'huissier qui fait son numéro de fou, le taxi, sa femme, le couple L. qu'arrive complètement déglingué! Cette galerie de gros plans larmoyants! Après l'«encre sympathique», c'est la «caméra subjective super empathique»! Après, tu retrouves ça un peu, mais filmé en plans plus larges, dans les épisodes de la saison 3 sur la commission d'enquête parlementaire...Et ça repleure !...Mais c'est vachement crédible, en même temps …

B : Et après, tout repasse à la télé!...

A : Ce qui fait que tu vois le cadre de la télé dans le cadre de ta télé ...C'est pas du «surcadrage», ça??

B : Si, j'crois...ou alors des images en poupées russes!...

A : Le plus fort, c'est quand même dans le film (mauvais) sur l'huissier. Parce que t'as: primo, la série qui est censée monter une réalité, puis à l'intérieur, le tournage d'un film (mauvais), qui est supposé être une fiction autobiographique présumée, hein ? Ou une réalité présumée aussi ( je veux pas avoir d'emmerdes, alors je mets «présumé» partout ), puis deuzio, à l'intérieur du navet ( présumé tel, lui, carrément), des séquences où tu vois les infos à la télé qui, elles, sont censées être la vraie réalité, pour ne pas dire la vérité vraie!...C'est, je crois, Elise Lucet qui présente..Je l'aime bien la Lison, avec ses yeux qu'ont toujours l'air de découvrir d'un coup que le pov'monde dont elle cause, il est complètement pourri!

B : Je suis pas certain que la télé ( même la télé réalité ), ça soit toujours la réalité!

A : Là, mon pote, tu prêches un converti!!


A SUIVRE... ( Prochain épisode:« Les journalistes de la défense»).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.