VIOLENCES FAITES AUX FEMMES: COMMENT VONT-ILS S'EN SORTIR?

Face à cette sorte de mouvement qui semble irrépressible de prises de paroles multiples concernant les violences faites aux femmes, et que l'on peine à formuler clairement (hormis la «boîte de Pandore»), que pourrait-il bien advenir de tout cela? Quelle taille aura la boule de neige au final, et dégèlera-t'elle un jour? Bref, pour le dire un peu pompeusement: de quoi cela est-il le nom?

«L'esprit scientifique nous interdit d'avoir une opinion sur des questions que nous ne comprenons pas, sur les questions que nous ne savons pas formuler clairement». Gaston Bachelard, La Formation de l'Esprit scientifique.

Au risque de s'engager (ou de se tromper), la direction prise semble être bonne, plutôt saine, et pouvant réjouir les vrais démocrates. Il convient, en effet, que toutes ces déplorables attitudes, dont la gravité varie très fortement, ainsi que les dommages, et venant des hommes exclusivement (si l'on a bien compris) cessent le plus rapidement possible (Ce genre de vœu pieux tenant du slogan ne marche, au demeurant, jamais; ou alors, il faut disposer de beaucoup de temps et, donc: l'avenir nous le dira).
Mais où s'arrêtera cette direction, si l'on peut dire? On en ignore la tournure finale, si il y en a une...
Retombée progressive du phénomène, reflux de la vague, risque de dilution des problèmes soulevés ou, au contraire, leur multiplication exponentielle; révélations scandaleuses; enthousiasme; circonspection; excès en tous genres, calomnies, voire manipulations; condamnations de quelques personnalités pour contenter tout le monde, tandis que le système continuera à fonctionner plus discrètement; rôle là-dedans des médias, tartufferies et hypocrisies diverses, aveux, dénégations, étouffement, voies de garage, etc.?

Ce qu'il sera intéressant de surveiller et d'analyser in vivo, seront les modalités de la récupération politique du phénomène (s'il continue à s'amplifier) et la nature des discours qui iront avec:

-Qu'est-ce que les Politiques vont faire de ça (on a vu le Ministre de l'Intérieur: pas très convaincant...On verra Schiappa et les autres...)?

-Comment le traduiront-ils dans la réalité législative, judiciaire, éducative ou autre?

Les Politiques, mais pas seulement: les journalistes, les chroniqueurs, les spécialistes médiatisés de tous bords, les artistes, les philosophes qu'on voit à la télévision, et même les humoristes, etc. Tous ceux qui ne manqueront pas d'un mot éclairé et pertinent pour qu'on comprenne bien ce qui se joue (car on n'est pas capables de penser tout seul, hormis avec les humoristes). Autrement dit, tout ce qui va participer à la construction d'une pensée collective (et d'une morale contemporaine) sur le sujet...

Et quel «sujet», d'ailleurs?

-Les rapports de domination hommes/femmes?

-Les écarts de salaire?

-Domination signifie-t'elle toujours violence?

-Qu'est-ce qui se joue d'une société dans la violence d'un homme?

-La violence et les rapports de domination dans l'ensemble de nos sociétés?

-Le fonctionnement général de la démocratie?

-Le rôle du Pouvoir, des relations et de l'Argent-Roi?

-La Parité?

-La double, voire la triple journée de nombre de femmes mariées (ou en couple) et de mères de famille.

-Les femmes battues; les enfants maltraités?

-Les procédures de divorce et les modalités de la garde des enfants?

-La législation française sur ces questions?

-Le rôle des policiers et des gendarmes?

-Le «recueil» de la parole de toutes et tous, blessés psychiques?

-Le témoignage des enfants victimes et la Justice?

-L'attitude du Ministère (du Gouvernement) et les instructions données aux Procureurs sur la chose?

-La pédocriminalité, hollywoodienne ou non?

-L'inceste?

-Les réseaux mafieux et leur rôle dans l'alimentation des groupes pédocriminels et les enlèvements d'enfants?

-Un renforcement des moyens judiciaires et policiers pour surveiller ce qui se passe sur Internet?

-Le déni ou la minoration des crimes sexuels?

-Les scandales anciens qui ont été étouffés?

-La «promotion canapé»?

-Le rôle des Médias?

-La Publicité?

-L’Éducation?

-La Mode?

-Les Religions?

-La «culture du viol», quasi arrimée dans l'inconscient collectif?

-Les blagues sexistes? Pénalisées?

-Etc.Etc.Etc.

De la boîte offerte par Zeus à la célèbre Pandore, créature divine belle, curieuse mais un peu perfide, sont furieusement sortis tous les maux de la terre: Guerre, Mort, Famine, Vieillesse, Misère...

Seule, car plus lente à réagir, est restée dans le fond l'Espérance ou, plus exactement: «l'attente de quelque chose». Joli, non?

Bon, il est vrai que le mythe grec était déjà un tantinet misogyne.

Comme fut «machiste», par ailleurs et au risque de l'analyse facile, la prise de la ville antique de Troie, réputée pourtant inviolable: murs abattus (défloration), entrée du cheval (par ruse d'un côté, imprudence de l'autre, malgré les conseils de Cassandre); cheval: symbole phallique dans nombre de Mythologies.

Moralité: En attendant mieux, tout cela vient forcément de fort loin!

Quant à savoir de quoi «tout cela» est le nom, sans doute un peu tôt pour le dire.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.