GRACE A DIEU, CE N'EST PAS LA CHARIA.

Non (heureusement!), ce n'est pas la charia.

Ce n'est pas la charia, cette loi islamique lointaine et cruelle entre toutes, connue pour ses châtiments publics exemplaires et barbares. Ce n'est pas la charia et les terribles punitions d'un autre age qui vont avec, puisque nous sommes (heureusement!) en France, en l'an béni 2019 après la naissance de notre Saint Prophète.
Dans notre Bien Aimé Pays de la Douceur de Vivre, des Droits de l'Homme, du Camembert Odorant, de la Couture Très Haute et des Jolies Femmes élégantes, si notre Saint Pouvoir Démocratique Légitime décide, dans sa Grande Sagesse et Responsabilté (Grâces lui soient rendues devant l'Eternel!), d'interdire une manifestation sur la voie publique, puisque c'est son Droit le plus Saint et le plus Juste, puisque l'Etat est de Droit, comme le veut notre Sainte Ecriture Constitutionnelle, et de par, subséquemment, la Divine Volonté de notre Chef Très Honorable et Divin Président-Khalife, dont ma plume indigne ne peut tracer ici le Saint Nom Parfumé, ni celui de sa Sainte Epouse au Nom de miel (Grâces leur soient rendues pour l'éternité! Amen!)

Ainsi, par décision Souveraine de la Plus Haute Autorité, toute manifestation sur la voie publique est-elle donc interdite, excepté lorsqu'elle est autorisée.

Si, malgré l'interdiction formelle de toute manifestation remplie de haine sur la voie publique, il se trouvait des contrevenants à cette Sainte Règle (Ô les impies, les chiens galeux, les vers de terre factieux, les insoumis putrides à la langue de fiel, les brûleurs iconoclastes des Symboles Sacrés de Notre Très Sainte République, les terroristo-populistes purulents, les mécréants à la bouche écumeuse et l'haleine putride, puissent-ils par la Volonté la plus Haute et Estimable du Tout-Puissant, griller pour l'éternité dans les flammes dévorantes de l'Enfer!).
Bref, et en attendant le Châtiment Suprême à venir, décidons que tout contrevenant à la Sage Interdiction sus-dite, encourt les Justes et bien Douces Peines suivantes, par degré de bienveillante sévérité toute légitime, eût égard à l'importance de la faute commise:

-Garde-à-vue, de 24 à 48 heures, sans boire ni manger.
-Amendes.
-Injection publique et immédiate de gaz moutarde sur la face et les yeux (de préférence le plus près possible).
-Peine de prison avec sursis.
-Peine de prison ferme et croupissement dans les geôles de la Sainte République.
-Bastonnade publique immédiate, avec les moyens adéquats, sur tout ou partie du corps, de la tête aux pieds.
-Bastonnade publique énergique et immédiate, avec les moyens adéquats, jusqu'à ce que fractures des membres inférieurs et supérieurs, des côtes, de la face, etc. s'en suivent.
-Amputation publique et immédiate, avec les moyens adéquats mis à la disposition des Vaillants Défenseurs de l'Ordre Sacré, amputation, disions-nous, du pied, ou d'une partie de la jambe, sans anesthésie.
-Amputation publique et immédiate de la main, sans anesthésie, au moyen des instruments adéquats, etc.
-Enucléation de l'oeil, sans anesthésie, publique et immédiate.
-Peine de mort.

Les Agents Héroïques de la Force Publique Populaire et Démocratique, seuls à même de constater les infractions et les désordres liés au non respect des Règles Saintes et Bénies de l'Etat de Droit, sont chargés du jugement immédiat des contrevenants (Ces chiens galeux, ces impies, ces mécréants, ces fascisto-islamico-bolchéviques purulents, dont les noms saliraient la plume de qui les écrirait, dont la langue serait souillée de qui les prononcerait, qu'ils soient maudits, eux et leur descendance, pour les mille générations à venir, et puissent-ils griller éternellement, etc.) et de l'exécution, pour l'exemple et l'édification des foules, sont chargés donc d'exécuter illico la dite-sentence qu'ils auront sur-le-champs et promptement prononcée dans leur Grande Sagesse, tout habités, illuminés et guidés qu'ils sont par l'Esprit de notre Grand Chef Bienveillant (Que son Nom soit loué!), qui sait tout, surveille tout, ne se trompe jamais et ne ment jamais (Loué soit encore son Saint Nom) puisqu'il travaille pour le Bien du Peuple Souverain, et que ces Agents-là tout dévoués à Sa Sainte Personne ne peuvent donc pas se gourrer eux-mêmes.
Mille fois Béni soit le Saint Nom de notre Bien Aimé Président-Khalife, et puisse-t-il vivre pour l'Eternité, en Sagesse et en Responsabilité. Amen!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.