Outreau, la série

ALL ABOUT  OUTREAU.


Préambule

Je vous propose une petite loufoquerie en dix épisodes -à raison d'un épisode par semaine, à peu près- qui, je l'espère, vous amusera en vous instruisant. Bonne lecture !

PS: On l'aura compris, cette histoire, parfois bizarre, est entièrement fictive.

Résumé des saisons précédentes :

Saison 1 : Dans une petite ville du Nord de la France est découvert un important réseau pédocriminel. L'instruction, menée par le Juge Fabrice B., fait apparaître soixante-six adultes potentiellement auteurs de sévices sexuels et cinquante-quatre enfants potentiellement victimes. Les médias et l'opinion publique se déchaînent. Le procès d'Assises débute à Saint-Omer : sur les dix-sept accusés qui restent, dix condamnations sont prononcées par les jurés.

Saison 2 : Cependant, arguant notamment des revirements d'une des accusatrices, Myriam Badapouffe, la défense des condamnés et les médias ont commencé à émettre de sérieux doutes sur la culpabilité des condamnés. Six d'entre eux décident de faire appel. Entre temps, l'opinion publique s'est brutalement renversée. L'Appel se déroule à Paris. Les six condamnés de Saint-Omer sont acquittés, réhabilités, généreusement indemnisés, reçus par le Ministre de la Justice et par le Président de la République.

Saison 3 : Beaucoup estiment que cette affaire a été une erreur judiciaire sans précédent. Une commission d'enquête parlementaire est mise en place. Des acquittés écrivent des livres-témoignages. L'un d'eux, l'huissier Haricot, voit son ouvrage porté à l'écran. L'épisode nous montre intentionnellement un film partial et malhonnête. De nombreuses émissions de radio et de télévision reviennent sur ce que l'on considère maintenant comme un des plus grands « fiasco »de l'histoire judiciaire française...

 

A et B sont deux jeunes étudiants en cinéma férus de séries télévisées de qualité. Dotés déjà d'un peu de culture cinématographique, ils ne s'en laissent guère compter quant à l'utilisation des images...Ils aiment particulièrement évoquer leurs expériences et leurs souvenirs de cinéphiles passionnés, confronter leurs analyses et leurs points de vue, surtout autour d'une petite bière... La discussion qui suit, divisée en épisodes elle aussi, porte sur les trois premières saisons de la série...


Episode 1 : Outreau, le Retour.

 

A: Tu sais quoi? J'ai lu que la série Outreau reprenait à la télé...Ils sont en train de tourner la saison 4...

B: Ah, ouais ! C'était super, les trois premières saisons...J'étais complètement accro ! Et ça reprend quand ?

A: L'année prochaine. Va falloir attendre un peu...

B: Bon! C'est chouette quand même. J'ai vraiment bien aimé le début.Tu vois, déjà, le cadre: le quart-monde, le Nord, les banlieues, les zachèlèmes, les gens complètement déjantés, Rmistes, et tout...C'était super glauque, limite caricature : ils ont bien fait de mettre des petits notables, ça équilibrait...

A: Quand même, je trouve qu'ils auraient pu la placer ailleurs, l'histoire...Tu sais qu'il y a une ville qui s'appelle vraiment Outreau? Les gens là-bas doivent en avoir marre. Comme dépliant touristique, il y a mieux...Ils auraient pu la tourner, par exemple, dans le midi, pour changer, ou en Bourgogne, à Auxerre, c'est joli, là-bas, et puis, il ne s'y passe jamais rien...Ou en Angleterre, tiens!...

B: Ah! Tu crois ça, toi!? Non, je suis pas d'accord. Le Nord , c'est bien comme idée. Et puis il y a la Belgique pas loin.Tu sais, ça fait penser à Dutroux et tout, quoi...

A: T'as peut-être raison...En tout cas, le scénario est vraiment super. Quand on apprend, à la fin de la saison 2, que tous les coupables sont rendus innocents, c'est géant! C'était vachement bien fait, même si on s'y attend, puisque le Procureur Général à Paris, tu te souviens, Yves Godillot, un nom comme ça dans la série, il organise une conférence de presse pour présenter les plates excuses de la République pour cette terrible bévue judiciaire, avant même les délibérés !!! Incroyable! Super fortiche!! Il donne le résultat du match avant qu'il ait commencé! Ahahah !...En sport, on dirait :«C'est pas un peu truqué, tout ça, hmm ?...».Dans la série, c'est pour dire :«Voyez, les gens, plus c'est gros, plus ça passe !... ». Enfin bref, un bon film, c'est d'abord une bonne histoire, à condition qu'elle reste vraisemblable...

B: Je trouve que le rôle des médias est bien montré...et puis, les politiciens, les journaleux, les avocats, tout ça...

A :...les experts, les flics, les gendarmes, les services sociaux, les familles d'accueil, les Assoces, et j'en passe...

B: C'est sûr, en fait, il n'y avait pas que du spectaculaire. Bien documenté, cette série...! Et vraiment du fond!!

A: Tu vois, ce qui m'a aussi emballé, et je suis super content que ça reprenne, c'est le jeu des comédiens. Un bon réalisateur (vois-tu, mon cher), c'est quelqu'un qui doit savoir diriger ses comédiens. Un peu comme au théâtre...Donc: un bon scénario, et une bonne direction d'acteurs, égale un bon film!

B: Il faut d'autres choses, quand même...Enfin, bon! Il y en a un qui joue un peu gros,...c'est...comment qu'il s'appelle dans l'histoire?...Tu sais, l'avocat de la défense, «la rupture, c'est maint'nant!», le type qu'a tout fait dans sa vie, qu'a été maçon et qu'a été masseur, le mal rasé, le gros balèze...euh, celui qui fait Davignon-je-sais-plus-quoi...

A: Pas vraiment d'accord, coco. Il donne l'impression de surjouer, mais c'est son personnage qui veut ça. C'est le mec, genre:«Ret'nez-moi, ou j'fais un malheur!» Un peu José Garcia dans La Vérité si j'mens 2...C'est classique, comme rôle. Ou Blier dans Les Tontons flingueurs: «J'vais l'couper en p'tits morceaux, j'vais en faire du puzzle!...»Tu as ça aussi dans le théâtre. C'est Matamore, Rodomont, le soldat fanfaron de la comédie latine antique...

B: C'est bon, étale pas, j'ai compris. En tout cas, ils sont tous extra!! Celui qui fait l'autre avocat de la défense, le méchant, Breton-Lamenace, un nom comme ça...Whaaa! La tronche! Je sais pas où c'est qu'ils l'ont trouvé celui-là! On dirait un comédien de Mocky...Et, attends, ...euh...celui qui fait l'huissier, Haricot, je crois! J'avais les larmes aux yeux. C'était dans la saison 1... Tu sais qu'il a perdu je sais pas combien de kilos pour le rôle!?

A: Ah, ouais, ça se voit! C'était super réaliste! Tu sens que l'acteur, il est vraiment investi. Un peu comme Yves Montant dans L'Aveu, ou comme,...euh...De Niro quand il fait Al Capone (Les Incorruptibles) sauf que là, lui, c'était le contraire: il avait grossi pour le rôle...

B: Un des meilleurs, quand même, c'est celui qui incarne le curé, ou l'abbé, je sais plus comment on dit. Là, tu vois, c'est un jeu d'acteur super subtil. Tu lui donnes d'abord le Bon Dieu sans confession, sûr de lui et tout, et, mine de rien, il arrive à montrer, le comédien, qu'il est en fait un gros pervers, un Tartuffe...( «Pour en être dévot, je n'en suis pas moins homme...»). Ce n'est pas évident à jouer...Tu te rappelles, quand il déclare :«Jamais je n'avouerai que j'ai violé des enfants...». Le dialogue, il est bien...Le type, c'est comme si il avait l'inconscient au bord des lèvres !...Ou alors, plus que jésuite...C'est pas comme ceux qui font le couple L: eux tu vois bien tout de suite qu'ils sont plus que bizarres...

A: La p'tite K. est bien aussi, dans le genre reine de la manip, ancienne droguée, ancienne petite délinquante...La totale!! Le personnage, ils l'ont soigné!! En plus, elle est plutôt pas mal , l'actrice...

B: Bof, si tu veux...Mais en tout cas, toi, tu interprètes: c'est pas franchement dit dans la série qu'elle est comme ça...

A: Ok, c'est pas dit. Mais on comprend quand même...Le spectateur, il est pas débile. Tu vois, un bon film (disait Bresson), c'est aussi tout ce qu'on ne nous montre pas.

B: Et la prochaine saison, c'est sur quoi?

A: C'est génial comme idée: figure-toi qu'un des acquittés de la saison 2 repasse en procès pour des machins dégueulasses sur des gosses (qu'il a déjà avoué avoir faits) quand il était mineur. En plus, c'est complètement vraisemblable...Tu sais, le plus jeune de la bande, celui qui se prostituait pour de la came et quelques biftons... On nous avait même laissé penser qu'il avait été violé quand il était petit...Il paraît qu'il y aura plein de rebondissements !

B: Ben, dis-donc. Enfin, c'est bien. Je suis impatient...Mais, tu vois, il y a quand même un truc que je regrette...

A: Ah! Bon, c'est quoi?

B: Dans les trois premières saisons, ils n'ont pas voulu monter les enfants. C'est vrai, tu ne les vois jamais..

A: Ben, ils ont dû vouloir limiter le pathos...

A SUIVRE... ( Prochain épisode: «Le film qu'est dans la série»).


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.