LERM, les violences et les menaces

Nos députés en marche s'éveillent atterrés après deux années de douce euphorie et de contentement de soi.

Nos députés en marche s'éveillent atterrés après deux années de douce euphorie et de contentement de soi.

Ils s'éveillent avec des menaces, des insultes, des entrées de locaux voire de maisons personnelles murées, ils ont la pétoche qu'ils maquillent en indignation.

Ils s'éveillent à la vraie vie. La vraie vie c'est être mis devant les conséquences de ses actes. On peut se la jouer startuppeurs politiques, boys scouts de la start-up nation, cireur de pompe aux premiers de cordée etc jusque là on fait joujou, et ces gens ont fait joujou.

Voilà que le joujou se casse.

Quand on a dans le même temps rendu aux très riches 4 milliards d'euros en même temps repris autant aux salariés retraités, donné aux employeurs toute latitude pour licencier comme on calcule ses charges de fin d'année en même temps que promis une réforme du chômage drastique au nom du boulot qu'il y aurait en traversant la rue, offert 40 milliards aux entreprises prétendument en manque alors qu'il y a 80 milliards d'optimisation/fraude fiscale des mêmes, laissé dire qu'il y a un pognon de dingue pour le social tout en pressurant les hôpitaux, privatisant la SNCF, les aéroports, piquant minablement 5 euros sur les aides au logement, laissant entendre que le coût du travail était excessif en France sans jamais parler du coût des actionnaires... puis au passage stigmatisé les gens qui ont des voitures diesel alors que pendant trente ans on les y a incité j'en passe.

Alors c'est avec la vie concrète des gens qu'ils ont fait joujou ces potaches de la startupnation

Et les gens ça a des nerfs, le plus étonnant, le vrai étonnant c'est que ça n'aie pas pété plus tôt, que les gens se soient laissé insulter, piétiner, appauvrir, moquer, ficher, licencier, et maintenant gazer et bastonner, sans riposter.

Alors les nerfs craquent et ils ripostent c'est quand même la moindre des choses. Le joujou des crétins startuppeurs qui prétendent nous gouverner est cassé, mais les nerfs des gens aussi. Du coup voilà ces potaches sont dans le collimateur, on leur promet le pire car ils ont fait le pire, affamer, humilier, spolier, mépriser.

Ils ont la pétoche et la peur c'est le commencement de la sagesse ou... de la folie. Il est à craindre qu'ils ne choisissent la folie du plus de baston encore comme semble être le propos du premier ministre, ils risquent alors plus de menaces, plus d'insultes, plus de tags, plus de murs et le pire, alors ils n'auront qu'à s'en prendre à eux-mêmes.

Maintenant, de vous à moi camarades ou crétins (car il y en aussi) révoltés ces méthodes de violences envers ces personnes, leurs maisons, leur vie quotidienne, s'abaisser aux insultes parfois plus que douteuses, tabasser au passage, cela ne nous aide pas, cela ne nous grandit pas, cela nous salit et c'est même dangereux pour notre bon sens. Faisons-leur peur mais un peu autrement.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.